1er avril: Magcentre en mode aquarium

L’aquarium de La Rochelle.

À Magcentre nous n’avons jamais fait les choses à moitié. Surtout lorsqu’une fenêtre se présente pour lancer une saillie, persifler, égratigner, “impertiner”. Alors vous pensez un 1er avril, qui tombait de surcroît en 2018 le jour de Pâques! Le Christ, bien avant ses avatars de la semaine sainte, avait bien multiplié les pains, Magcentre pouvait bien multiplier les poissons.

Dans la presse d’aujourd’hui le poisson d’avril a bien du mal à se… frayer un passage à l’heure du politiquement très correct. Sans doute les effets de la biodiversité en péril. Cette frousse du dérapage humoristique contrôlé s’explique aussi par la multiplication des “fake news” qui polluent la toile. À la différence que le “Poisson” lui n’a pas pour objet de désinformer, d’intoxiquer, d’effrayer, d’embrigader, mais de rigoler un bon coup, même si l’on est tombé dans le panneau à la première lecture. Et lorsque tout au long de l’année, nous teintons l’actualité aux couleurs de l’humour grinçant dans nos “Goracentre” modestement inspirés du Gorafi, nous signalons distinctement au lecteur qu’il s’agit d’un “article parodique”. 

Magcentre dément donc de la façon la plus formelle les quatre informations empoissonnées parues le 1er avril sur son site, à savoir:

Que les Blésois ne se précipitent pas au port de la Creusille, ils n’ont aucun chance d’y apercevoir la sous-marin Le Terrible que le Département parraine et qui aurait remonté la Loire dans le but d’aller faire le plein de combustible nucléaire à Chinon, Saint-Laurent-des-Eaux ou Dampierre en Burly.

Que les Orléanais qui assisteront au défilé johannique le 8 mai n’essayent pas d’apostropher le cheval de Jeanne d’Arc en l’appelant “Youssef”. Que la fachosphère ne crie pas au scandale sur les origines arabisante du destrier johannique, elle a déjà suffisamment  fait entendre ses voix de l’intolérance et de la bêtise à propos de Jeanne, maintenant le cheval… “trot c’est trot”.

Que les mélomanes et les familles des jeunes chanteurs et danseurs qui chaque année se produisent sous la baguette de Clément Joubert se préparent bien à monter au Zénith d’Orléans en 2019 : le duo Bastien, Bastienne, dans sa mise en scène minimaliste due à des temps de disette, n’est pas au programme de la Fabrique qui serait devenu un tout petit atelier.

Que les naturalistes  et défenseurs de la biodiversité ne partent pas tout de go et verts de rage à la recherche de la corne perdue. Avec ce gros poisson sous forme de rhinocéros, la fiction rejoint la réalité puisque le monde a pleuré la disparition bien réelle, malheureusement, de son dernier rhinocéros blanc. Quant à Eugène, victime de ce vol de cornes dans son sommeil, il en a même pleuré, dès qu’il fut mis au courant… dès qu’Eugène sut.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Eugene Sut et … Robinson crut zoé…
    Par ailleurs, le Christ a aussi multiplié les poissons.
    Mais(r) où va se nicher l’imagination de Goracentre…
    Quant au cheval de Jeanne il fallait oser le faire…Il n’y avait rien de trop…quand il s’agit de faire sourire en nos temps parfois bien tristes.
    Cecheval, contrairement à ceux du champ de courses d’Orléans, il ne va pas au trot, y slam…Cela amène à présager un défilé du 8 Mai rythmé.
    Pourquoi ne pas faire de Marie-Agnès Gillot l’invitée d’honneur? M.A.G …des initiales prédestinées pour une interview de votre part.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail