Frédéric Chatoux, encre de vie et fervente passion

A Orléans, vendredi soir, parmi les nombreux spectateurs de la dernière représentation de la  pièce “Edmond”,  décapant spectacle d’Alexis Michalik qui en assure aussi la mise en scène ,  figurait Frédéric Chatoux, flûte solo de l’Opéra de Paris et auteur du très beau roman “Qui parle” publié aux éditions Abordables. Pour mémoire, Frédéric Chatoux s’était produit en soliste dans cette même salle Touchard , en compagnie de l’Orchestre symphonique d’Orléans, en mai dernier,  pour un merveilleux concert à l ‘issue duquel il s’était livré avec un naturel enjoué à la toute première signature de son roman, “Qui parle”

Pour la belle histoire, Frédéric Chatoux était l’invité du récent Salon du livre de Paris, où, sur le stand des éditions Abordables, il  a eu le beau geste d’interpréter Ravel à la flûte. Comment Frédéric Chatoux, l’écrivain, a-t-il ressenti ce spectacle proposé par le CADO, œuvre tonique, sensible et drôle,  narrant l’écriture de “Cyrano de Bergerac” par Edmond Rostand , donné depuis le 16 mars dernier et à guichets fermés ? 

Frédéric Chatoux: “En tant qu’auteur je me sens minuscule devant tout cela. Cela dit, j’admire cette belle manière de tourner autour du texte,  cette belle façon de proposer une pièce où l’envers du décor devint le décor; cette mise en abîme et ce miroir tendu dans lesquels on est pris,  relèvent d’un tour de force époustouflant;  ici,  l’évocation du processus de création, avec le télescopage des espoirs et de la souffrance,  est résolument juste;   car  dans l’écriture d’une histoire, l’auteur ne sait jamais s’il va aller jusqu’au bout ; parfois,  comme désemparé,  il se montre ainsi toujours à l’affût , lors de rencontres, de la parole rêvée à voler” .

Frédéric Chatoux a-t-il une nouvelle œuvre en cours ? Absolument: “Dans ce nouveau roman que je viens de commencer d’écrire, je m’autorise des dialogues du quotidien avec l’emploi de plans séquences comme il y en a dans Edmond. Je m’attache à tenir une ligne, une tension dramatique,  et je veux, comme en musique, allier tension et détente pour maintenir l’attention du lecteur et de l’auditeur”.

“Dans ce nouveau roman,  où ne cessent d’arriver les personnages, dont la fille de Sol”,  poursuit-il, ” tout est ancré dans le réel, avec le fil rouge du surnaturel, toujours cette petite voix qui m’est chère”. A nous aussi. 

Jean-Dominique Burtin.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail