Frédéric Cuillerier réunit vendredi les “fantassins de la République”, les maires du Loiret

Vendredi, l’Association des maires du Loiret se réunit en assemblée générale à Gien. Il le dit sans aigreur, “non je n’ai pas de regret”, ni “aucune amertume”. Frédéric Cuillerier présidera l’AG de l’AM 45 (360 adhérents dont 326 communes, plus les EPCI) un mandat qu’il assume à fond. A l’été dernier, il avait été candidat à la candidature aux sénatoriales de septembre. Avant de jeter l’éponge.  Son camp d’origine le centre droit en avait décidé autrement.

Frédéric Cuillerier, président de l’AML.

Alors en évoquant ses responsabilités au sein de l‘AMF (Association des Maires de France) dont il est l’un des membres du comité directeur (finances et transports), il raconte derechef les réunions avec Elisabeth Borne, la ministre des Transports. Pour faire entendre la voix des maires:  “Nous sommes rassurés mais restons vigilants”, dit-il à propos des petites lignes SNCF que le rapport Spinetta à l’origine voulait supprimer. En détaillant bien les participants, la ministre, le patron de la SNCF, les syndicats...”Pas sûr qu’un sénateur ait un rôle aussi déterminant”, lance t-il, mine de rien, toujours sur le même ton, ferme mais mesuré, calme, presque monocorde. Il ne hausse pas non plus le ton lorsqu’il évoque la figure incontournable de Jean-Pierre Sueur, politiquement de l’autre bord, mais on sent le respect du maire de Saint Ay, pour le travailleur acharné du Sénat et au local.

A la mairie de Saint-Ay (3 250 habitants),  “grande banlieue” ligérienne chic d’orléans, Frédéric Cuillerier, 67 ans  en est à son septième mandat, il fait partie de ces élus qui comptent dans le Loiret, sans pour autant avoir toujours été tout en haut de l’affiche. 

Des débuts avec Giscard

Sept mandat à la mairie de Saint Ay.

Politiquement, il avait commencé sa carrière tout à la droite de l’UDF dans les Clubs Perpectives et Réalités de Giscard d’Estaing dont il fut vice-président aux côtés de Jean-François Deniau et d’Alain Lamassoure. A Orléans, il chemina un temps aux côtés d’un Jacques Douffiagues, l’ancien maire. Chef d’entreprise, à la fois promoteur immobilier et dans les pièces détachées automobiles, Frédéric Cuillerier se recentra sur l’échiquier en participant au club “société en mouvement” de Gilles de Robien,  Aujourd’hui il ne se retrouve “ni dans Les Républicains”, dont il juge les “positions trop droitières”, ni dans l’UDI. “Je suis un homme de consensus, de rassemblement”, précise Frédéric Cuillerier qui se veut vis-à-vis d’Emmanuel Macron et du gouvernement, “constructif“, au sens premier du terme. Si on lui propose un positionnement “dans la lignée d’Olivier Carré“, désormais sans étiquette, il ne s’inscrit pas en faux.

Défenseur de l’autonomie communale

François Baroin et André Laignel.

Pour ce congrès des maires du Loiret, le thème “qui rassemble”, sera celui du changement climatique (lire par ailleurs), “du global au local”. Les inondations de juin 2016 sont encore dans toutes les mémoires de ces petits maires qu’il appelle affectueusement “les fantassins de la République”. Dans un département du Loiret dont les 9/10 ème des communes sont en zone rurale, il se veut “défenseur de l’autonomie communale”, parce que dit-il, “c’est le socle de la nation”. Alors oui aux interco, maintenant bouclées dans le Loiret, mais pour Frédéric Cuillerier et l’AMF, “les communes ne veulent pas perdre leur autonomie fiscale”.  Oui mais par quoi remplacer la taxe d’habitation qui va être progressivement supprimée pour tous les contribuables, une manne de 26 milliards pour les communes? “Nous proposons de récupérer le foncier qui va aujourd’hui au Département“. Ainsi qu’une part de TVA, comme c’est le cas pour les régions. Et les conseils départementaux eux, récupéreraient une partie de CSG, un impôt fléché social.

Gourault et Philippe ancien membres du bureau de l’AMF

La mairie de Cléry-Saint-André

Ces maires de droite et de gauche, menés par son tandem Baroin-Laignel au sein de l’AMF, seront-ils entendus? Pour sa part Frédéric Cuillerier rappelle qu’une Jacqueline Gourault, aujourd’hui ministre et qu’un Edouard Phillippe, devenu premier Ministre, furent il n’y a pas si longtemps au bureau de l’Association des maires de France. Ca aide à comprendre.

Les transports? Le président des maires du Loiret se dit “très favorable à la ligne Orléans-Châteauneuf-sur-Loire”. Et pour ce qui est des petites lignes, qu’elles restent traitées par la SNCF ou passent au privé, “il faut “ dit-il, “un consensus sur leur maintien”, et il ajoute, “nous souhaitons être associés aux décisions“, en cas extrême de suppression, “sur les solutions de substitutions”. Un message lancé aux régions qui reprendront  en totalité la gestion de ce réseau secondaire.

Consensuel, Frédéric Cuillerier se veut aussi “pragmatique”, aussi lorsqu’on lui demande quelles sont en dehors de la fiscalité, des regroupements en intercommunalité, des services publics en voie de disparition, de la désertification médicale, des 80 km/h… les préoccupations premières des maires, il y ajoute, “le problème des normes, ces 400 000 normes qui pèsent sur les collectivités locales. “C’est lourd à porter mais on bénéficie des souplesses d’application de la part des préfets. Avec l’Etat et ses services décentralisés, cela se passe bien, il y a une bonne écoute”,  Illustration pratique, le problème des pré- enseignes (restaurant, artisans…), désormais interdites au bord des routes, en  zone rurale. “Le préfet en janvier a tenu ses engagements de dialogue, il a réuni un groupe de travail et on va avancer”. Et Frédéric Cuillerier d’en conclure qu’il y a “de la souplesse de la part de l’Etat“. 

A Paris, le gouvernement veut bien faire plier les collectivités et les baronnies locales sur les économies à faire, en dépenses et en …élus. Mais face aux “fantassins de la République”, il y regarde à deux fois.

Ch.B

—————————————————————————–

Le dérèglement climatique au menu giennois

Inondations: A St Cyr en Val près d’Orléans en 2016.

Christian Bouleau, le maire de Gien accueillera vendredi après-midi ses confrères les maires du Loiret et les présidents des intercommunalités (326 membres) à l’Espace Cuiry.  Le thème de réflexion décliné cette années sera ” le dérèglement climatique du global au local”. A l’origine c’est Jean Jouzel, un climatologue habitué des plateaux TV , qui devait en traiter à la tribune.  Souffrant, il sera remplacé par un autre climatologue éminent, Eric Guilyardy. Auparavant aura eu lieu l’Assemblée générale statutaire en présence de Marc Gaudet le président du département et du                                                                                                            préfet de région et du Loiret Jean-Marc Falcone.

Des ateliers thématiques auront lieu en début d’après-midi, sur les thèmes des relations avec le notariat, du maintien des personnes âgées à domicile et du portail web sur la gestion des risques initié par le Conseil départemental.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail