Soirées Performances, round 2 : imprévu et émerveillement

Ce mercredi 4 avril avait lieu la deuxième soirée performance au théâtre d’Orléans, avec un hall plein de spectateurs curieux de voir ce qui les attendaient. Car soyons honnête, les performances parfois expérimentales, cela peut être déroutant. Pourtant, avec une installation ayant pour principal interprète la lumière et un spectacle de danse remplacé à la dernière minute, les spectateurs et nous-même n’avons pas été déçus et on en redemandait même encore un peu…

Deep are the woods, poésie du fond des bois

Voilà une performance qui change et bouleverse quelque peu nos petites habitudes de spectateurs. Installée sur un plateau, la performance conçue par Eric Arnal-Burtschy nous plonge en immersion totale dans ce qui semble être, d’après le titre, des bois profonds. En petit groupe d’une dizaine de personnes, nous entrons dans une salle sombre, après nous être déchaussé. Si l’interprète principale est la lumière, le spectateur n’est pas passif durant ces quarante minutes que dure le show. D’abord allongés, libre à nous ensuite de nous asseoir et de marcher dans cette étrange atmosphère, où la brume et la lumière jouent avec nos sens.

Deep Are The_Woods ©Bara Srpkova

Alors laissez votre imagination vous emmenez au plus profond des bois, qui ont étrangement un petit goût d’infini.

Les Rois de la piste remplacés par la soirée What you want

Une des danseuses principales se blessant gravement avant la soirée, en voilà un sacré imprévu ! Heureusement, le Centre Chorégraphique de Tours a ce qu’il faut pour remplacer une soirée qui s’annonçait disco. What you want est le titre d’un spectacle qui n’est jamais tout à fait le même et pour cause, c’est sa raison d’être. Le mode d’emploi est simple : sur scène, six danseurs professionnels, avec chacun un style et une morphologie différente.

cl Frederic Lovino

A côté d’eux, un juke-box avec trente-quatre chansons cultes, allant de la pop d’aujourd’hui (Sia et Adèle) au rock d’hier (The Cure ou The Rolling Stones) en passant par le classique (bonsoir Jean-Sébastien Bach). Le but du jeu ? C’est au public de choisir quel danseur improvisera sur quelle chanson. D’abord seul, puis en duo et enfin en trio, les danseurs évoluent sur scène dans des registres totalement différents et le public passe du rire à l’émotion. Le spectateur, qu’il soit un connaisseur ou un débutant dans l’art de la danse, a les yeux rivés sur la scène et en redemande encore. Les Rois de la piste ont été remplacés hier soir.

Tant pis. Tant mieux ? C’était en tout cas un beau moment qu’on aimerait revivre plus souvent.

VM

Tous ces spectacles seront à nouveau visibles durant ces onze jours de Soirées Performances

Du mardi 3 au samedi 14 avril – Théâtre d’Orléans
Tarif unique 5€ le spectacle
Tarif exceptionnel Grande- 15€ (10€ pour les abonnées de la Scène nationale d’Orléans)

Le programme

Scène Nationale d’Orléans

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail