Paul Seignolle, président de l’ADA Blois Basket : « Nous avançons de façon cohérente sans brûler les étapes »

Leader de Pro B devant Orléans et Roanne à 8 matchs de la fin du championnat, le club blésois est aux portes d’une montée en Pro A. Paul Seignolle, son emblématique Président depuis 3 saisons a bien voulu répondre à nos questions pour dresser le bilan du projet Top 20/2020 qui fédère le club depuis juin 2016.

Magcentre : pouvez-vous dresser un premier bilan du projet Top 20/2020 que vous portez depuis votre arrivée à la présidence de l’ADA ? 

Paul Seignolle : Ce projet a pour objectif de placer l’ADA Blois Basket parmi les 20 meilleurs clubs français. Il comporte 3 volets. Sportif, économique et sociétal. Sur l’aspect sportif, nous progressons régulièrement. Après notre titre de Champion de France de Nationale 1 qui nous plaçait de fait 37e club français en 2016, nous sommes actuellement 1er de Pro B. Ce qui nous situe au 19e rang. Nous sommes donc dans les clous. Parallèlement, nous poursuivons la structuration du club pour nous donner les moyens de nos ambitions.

Magcentre : cela passe par la formation…

Paul Seignolle : Absolument. Nous avons pris la décision de créer un centre de formation. Il verra le jour dès juillet prochain. Pour l’alimenter, nous allons lancer une campagne de détection de jeunes talents en relation avec différents partenaires dont le Lycée Augustin-Thierry. Un week-end de détection est ainsi prévu les 17 et 18 avril au Jeu de Paume. Nous aurons ensuite une année pour être agréé par la Ligue Nationale de Basket. L’idée est de roder le centre avec 3 ou 4 jeunes. Pour assurer son fonctionnement, un entraîneur et un directeur seront nommés. C’est un ancien joueur, David Pipereau qui assurera bénévolement cette dernière fonction. Nous avançons de façon cohérente sans brûler les étapes.

Magcentre : d’un point de vue financier, où en êtes-vous ? 

Paul Seignolle : C’est un domaine prépondérant qui doit permettre au club de perdurer si ses résultats sportifs ne sont pas bons. Les 220 entreprises et collectivités partenaires du Basket Club Entreprises, que préside Michel Pillefer, jouent à ce titre un rôle majeur en finançant 50 % de notre budget. Là encore, le projet est de donner un nouveau souffle au BCE, de lui donner les moyens de se développer en élargissant son offre de services au bénéfice de ses membres qui doivent y trouver leur compte. Le BCE doit ainsi leur permettre de créer plus de liens pour générer un trafic d’affaires. À ce titre, des évènementiels comme des rencontres avec des intervenants sont envisagées. Et avec la salle du Jeu de Paume, nous disposons d’un outil exceptionnel pour faire vivre le BCE.

 

Magcentre : Comment comptez-vous faire ? 

Paul Seignolle : Nous allons nous appuyer sur les résultats d’une étude marketing de qualité réalisée par les étudiants de l’école de commerce de la CCI 41 (ESCVL) . Nous avons aussi d’ores et déjà staffé notre équipe commerciale pour proposer des opérations et services à nos partenaires. La digitalisation va aussi nous permettre de muscler notre communication avec une présence accrue sur les réseaux sociaux où l’ADA est déjà suivie par 9.000 personnes sur Facebook. Par ailleurs, pour m’inspirer de bonnes pratiques et faire du benchmarking, je me suis aussi rendu récemment à Bourg-en-Bresse, agglomération de taille équivalente, dont le club est actuellement 8e de Pro A. Le JL Bourg Basket possède un BCE de 280 entreprises qui génère 2,4 millions de CA (sur un budget de 4.4). Avec sept partenaires à plus de 100.000 € ! C’est un modèle dont nous pouvons nous inspirer.

Magcentre : l’ADA Blois Basket va-t-elle devoir adapter sa structure juridique ? 

Paul Seignolle : En effet. Compte tenu de la hausse de la masse salariale et de celle de nos ressources, une Société anonyme sportive professionnelle (SASP) verra le jour le 1er juillet prochain. Elle fonctionnera avec un conseil de surveillance intégrant 6 ou 7 actionnaires privés et un directoire dont j’assumerai la présidence avec, à mes côtés, Pascal Bardet et Julien Monclar. Pour faire fonctionner le club, la SASP s’est d’ores et déjà portée acquéreur de 200 m² de bureaux situés dans le complexe immobilier face au Jeu de Paume et qui sera livré en 2019. De même avons-nous acquis 3 appartements pour le logement de nos joueurs.

Magcentre : le club remplit un rôle social et éducatif important… 

Paul Seignolle : C’est le troisième volet du projet Top 20/2020. Avec la Ville de Blois et d’autres partenaires comme les bailleurs sociaux, nous travaillons dans les quartiers nord pour promouvoir le basket et en faire un outil d’intégration par le sport. J’en profite pour saluer le travail de Mokhtar Ndir éducateur mis à disposition du club par la ville. Grâce à son travail et celui des autres bénévoles, l’ADA possède 23 équipes de jeunes qui sont très nombreux parmi nos 360 licenciés. J’ajoute que dans le cadre de nos partenariats avec la ville et le Département, nous offrons une centaine de places gratuites aux jeunes à chaque match. Notre ambition est de ne laisser personne au bord du parquet.

Magcentre : on connait votre prudence et votre mesure mais si d’aventure, l’ADA finissait en tête de Pro B, que se passerait-il ? 

Paul Seignolle : Nous serions en capacité de monter sous réserve d’une modification de l’éclairage de la salle nécessaire pour les retransmissions télé (35.000 €). Il faudrait aussi établir un budget mais c’est mon job d’anticiper et ma préoccupation quotidienne. De toute façon, nous n’en sommes pas encore au 18 mai, terme de la saison. Nous prenons le championnat match après match. Ce qui est certain, en tout cas, c’est que l’ADA Blois disputera, pour la 1ère fois de son histoire la phase finale de Pro B dans sa salle du Jeu de Paume. Et, soyens-sûr, nous porterons fièrement l’image d’une ville et d’un département dynamique sportivement mais aussi économiquement.

Propos recueillis par Jean-Luc Vezon

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.