Orléans : un petit conseil municipal, vite fait sur le gaz…

Un des conseils municipaux les plus rapides de l’histoire orléanaise s’est déroulé lundi 9 avril dans l’après-midi. 35 mn chrono auront été nécessaires pour envoyer les 23 points de l’ordre du jour.

Une minute de silence (ou presque) en mémoire des victimes de Münster samedi 7 avril dernier.

Ville jumelée avec Orléans, l’Allemande Münster a été durement frappée le week-end dernier par un chauffard fou tuant deux personnes et faisant des dizaine de blessés en fonçant sur la foule avec une camionnette. Une minute de silence a été respectée en mémoire des victimes, et aussi à la mémoire du colonel Arnaud Beltrame, officier de gendarmerie qui s’est sacrifié lors de l’attentat dans l’Aude près de Carcassonne le 16 mars dernier. 

23 points à l’ordre du jour, pas grand chose à se mettre sous la dent hormis quelques subventions associatives votées à la volée, et un court débat au sujet d’une action foncière dans le quartier Blossières-Murlins-Acacias, avec mise à disposition par le plus grand bailleur social de la métropole “Les Résidences de l’Orléanais” pour l’aménagement d’une plaine de jeux et de loisirs sur le site Bénoni-Gaultier, en attendant un échange avec l’aménageur de la future ZAC des Groues. Dominique Tripet, élue communiste du conseil municipal, s’est faite la porte-voix d’une association (Pôle nord) plutôt circonspecte au sujet de ce projet.

Pourquoi les conseils municipaux d’Orléans sont souvent plus courts qu’autrefois ?

Il fut un temps, aux dires des plus anciens de la salle du conseil, où les élus rentraient dans la salle vers 18h pour en sortir vers 23 heures ou minuit. Mais ça, “c’était avant”, comme on dit. L’époque d’un ex maire qui aimait bien faire durer le plaisir, quitte à étaler un peu la confiture sur le pain…
Désormais, les commissions travaillent beaucoup en amont, évitant ainsi des débats fastidieux, au détriment du débat public reprochent certains (et certaines) mais vu le peu de public on se demande si cela a encore de l’intérêt.
Beaucoup de compétences ont aussi été transférées à la Métropole (eau, assainissement, transports, entretient des routes etc.) ce qui permet d’expliquer la “réduction phénoménologique” de ces conseils municipaux.
Visiblement, pas grand monde ne s’en plaint…!

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. S’il y a si peu de public, c’est à cause de l’horaire ! Prochaine étape : 1 conseil tous les 3 mois, puis 6 mois, et peut-être 12 mois ?

  2. Avant, on disait “la dictature : c’est ferme ta gueule, la démocratie : c’est cause toujours” Désormais on peut inverser les termes…

  3. Comme sa mère l’a fort bien expliqué, Arnaud Beltrame ne s’est pas “sacrifié”. S’il a pris la place de l’otage, c’était pour faire son devoir de soldat et tenter de maitriser le terroriste.
    Il aimait trop la vie pour se “sacrifier” !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail