Proposition de loi contre les fausses nouvelles et secret des affaires: attention danger!

La proposition de loi (PPL) visant à lutter contre les fausses nouvelles prévoit la création d’une procédure de référé judiciaire permettant de suspendre dans les 48 heures, en période électorale, la diffusion d’informations “manifestement fausses”, propagées de manière artificielle et massive, et “de nature à altérer la sincérité du scrutin”. Le Spiil (Syndicat de la Presse Indépendante d’Information en Lignes, dont Magcentre fait partie), soulève le risque de détournement de cette procédure pour empêcher la diffusion de certaines informations et ainsi nuire à la liberté d’expression.

“Le Spiil s’était jusqu’à présent tenu à l’écart des différents débats suscités par l’annonce par le Président de la République d’un projet de loi visant à lutter contre les fausses nouvelles, lors de ses vœux à la presse en janvier dernier. D’abord parce que le texte n’avait pas encore été rendu public, et surtout parce qu’il considère que le sujet des fake news ne concerne pas les éditeurs de presse : professionnels de l’information, ils assument la production, la vérification et la diffusion de leurs contenus, contrairement aux plateformes.

Pourtant, à la lecture du projet de texte, le Spiil s’inquiète du risque pour la liberté d’expression que présenterait la mesure de référé prévue à l’article 163-2-1. Détournée de l’esprit de la loi, cette procédure pourrait constituer le moyen de faire supprimer des informations publiées par la presse. En effet, même sous le contrôle du juge, elle interviendrait en dehors des dispositions de la loi de 1881 qui garantit le juste équilibre entre liberté d’expression et protection des personnes et des institutions. Le jugement d’un tel délit, en dehors de ce cadre juridique, fait encourir le risque d’une non prise en compte des principes de la liberté d’expression et de la liberté d’informer.

C’est pourquoi le Spiil demande à ce que les sites de presse en ligne soient exclus du dispositif prévu à l’article 1er de la PPL visant les “services de communication au public en ligne”.  Il rappelle que les éditeurs de presse ne relèvent que du cadre juridique de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, qui organise les obligations des éditeurs de presse et prévoit les délits en cas d’infraction.”

Par ailleurs, toujours dans le cadre de la liberté de la presse menacée, une lettre ouverte sur un projet de loi concernant le secret des affaires et ses dérapages appliqués à l’information, a été envoyée au Président de la République, le 16 avril 2018.  En voici le  contenu et les signataires.

“M. le Président, refusez qu’avec le secret des affaires, le secret ne devienne la règle et les libertés des exceptions. Monsieur le Président, Le Parlement s’apprête à voter via une procédure accélérée une proposition de loi portant « sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d’affaires) contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicites ».
Ce texte est la transposition d’une directive européenne adoptée en 2016, malgré les mises en garde des associations, des syndicats, des journalistes, et l’opposition massive des citoyens. Bien que nécessaire, une protection des secrets de fabrication, de l’innovation et de la propriété intellectuelle ne doit pas entraîner une remise en cause des libertés fondamentales, ou une restriction de la liberté de circulation des personnes et des idées.
La France dispose de marges de manœuvre pour la transposition de la directive dans son droit
national, et peut faire le choix de préserver les libertés tout en respectant le droit européen.
Alors qu’habituellement, les directives européennes sont transposées par un projet de loi
gouvernemental, passant en conseil des ministres et comportant une étude d’impact, nous regrettons que la France ait cette fois choisi une discrète proposition de loi d’initiative parlementaire. Discrète et expresse : déposée le 19 février 2018, elle vient d’être adoptée à l’Assemblée Nationale et sera examinée par le Sénat ce 18 avril, avec une adoption prévue dans la foulée en procédure accélérée.
Tout cela sans aucun débat public, alors même qu’ONG, syndicats, journalistes et citoyen.ne.s ont à plusieurs reprises dénoncé le danger que cette directive représente pour les libertés fondamentales. Plusieurs centaines de milliers de français.es se sont ainsi mobilisé.e.s contre cette proposition de loi en signant des pétitions dont la plus récente, lancée le 19 mars, a déjà recueilli plus de 300 000 signatures.
En janvier 2015, lorsque nous vous avions interpellé sur l’intégration dans votre projet de loi
d’un amendement sur le secret des affaires, vous aviez fait le choix de retirer cette
disposition, la jugeant dangereuse pour les libertés publiques. Pourtant, lors du récent débat
parlementaire, votre gouvernement a refusé les amendements permettant de restreindre
l’application du secret des affaires aux seuls acteurs concurrentiels. Pourquoi un tel
revirement ?
L’option retenue par la proposition de loi présentée par la majorité parlementaire et durcie par la
commission des lois du Sénat, remet en cause l’intérêt général et le droit des citoyens à l’information.
Il s’agit d’une inversion de nos principes républicains : le secret devient la règle, et les libertés des
exceptions. De fait, en l’état, cette loi permettra de verrouiller l’information à la fois sur les pratiques
et sur les produits commercialisés par les entreprises.
La définition du « secret d’affaire » est si vaste que n’importe quelle information interne à une
entreprise peut désormais être classée dans cette catégorie. La loi sur le secret des affaires
concerne des informations d’intérêt général telles que les pratiques fiscales des entreprises, l’impact de leurs activités et de leurs produits sur la santé et l’environnement, etc. Des scandales tels ceux du Médiator, du bisphénol A ou des Panama Papers pourraient ainsi ne plus être portés à la connaissance des citoyens. L’infraction au secret des affaires aurait lieu dès l’obtention de ces
informations, quel que soit l’objectif poursuivi dans leur utilisation et diffusion.

La loi concerne aussi les savoir et savoir- faire acquis par les salarié.e.s, et pourrait ainsi permettre
de généraliser les clauses de non concurrence limitant la mobilité des salarié.e.s.
Les journalistes, les scientifiques, les syndicats, les ONG ou les lanceurs d’alertes qui
s’aventureraient à rendre publiques de telles informations s’exposeraient à une procédure judiciaire
longue et coûteuse, et surtout à une sanction qui décourageraient de futures divulgations. D’autant
que la commission des lois sénatoriale vient de créer une sanction pénale pour ce nouveau délit tout en supprimant les sanctions pour procédures dilatoires ou abusives, pourtant prévues par la
directive. C’est là le pouvoir de cette loi : devenir une arme de dissuasion. Pour les téméraires qui
briseront cette loi du silence, il ne restera plus qu’à espérer que les tribunaux feront primer la liberté
d’expression et d’information…La récente condamnation par le tribunal de Metz d’Edouard Perrin, le
journaliste qui a révélé l’affaire Luxleaks, remet en cause la protection des sources et indique plutôt
une orientation contraire.
Les « garanties » proposées aux journalistes, aux lanceurs d’alertes et aux syndicats ne vaudront
ainsi pas grand-chose devant une juridiction (incluant les tribunaux de commerce) armée d’un
nouveau droit érigeant le secret des affaires en principe, et la révélation d’informations d’intérêt
public en exception. Sans compter les centaines d’associations œuvrant quotidiennement en faveur
des droits humains ou pour la protection de l’environnement qui devront systématiquement justifier
leur mission d’intérêt général. Pourtant, la liberté d’expression et la liberté de l’information devraient
être le principe prééminent, comme le prévoit l’article 10 de la Convention européenne des droits de
l’homme. C’est la condition de la démocratie.
Monsieur le Président, nous comptons sur les engagements que vous avez formulés durant la
campagne électorale en faveur de la protection des droits fondamentaux pour défendre la liberté
d’expression. Aussi, nous, signataires de cette lettre ouverte, lanceurs d’alertes, syndicats,
associations, journalistes, chercheurs, nous opposons à l’adoption en l’état de cette loi, et
vous demandons, Monsieur le Président, de défendre le droit à l’information et l’intérêt
général en restreignant le champ d’application du secret des affaires aux seuls acteurs
économiques concurrentiels.”

Signataires :
Appel-Muller Patrick, Directeur de la rédaction de l’Humanité ; Auroi Danielle, Présidente de Forum Citoyen pour la RSE ;
Berille Luc, Secrétaire général de l’UNSA ; Beynel Éric, Porte-parole de Solidaires ; Binet Sophie et Kotlicki Marie-José,
Secrétaires générales de l’UGICT-CGT ; Blanchet Lise, Présidente de la Commission SCAM des journalistes : Borrel
Thomas, Porte-parole de Survie ; Bounaud Laurène, Déléguée générale de Transparency International ; Cellier
Dominique, Président de Sciences Citoyennes ; Collectif « On ne se taira pas ! » ; Compain Florent, Président des Amis
de la Terre France ; Coriat Benjamin et Sterdyniak Henri, Économistes atterrés; Cossart Sandra, Directrice de Sherpa;
Cutajar Chantal, Présidente de l’Observatoire Citoyen pour la Transparence Financière Internationale ; Darmon Muriel,
Présidente de l’Association Française de Sociologie ; Deltour Antoine, Lanceur d’Alertes LuxLeaks ; Dubreuil Katia,
Présidente du Syndicat de Magistrature ; Duval Guillaume, Président du Collectif Éthique sur l’étiquette ; Faucheux
Benoît, Directeur général de CCFD Terre Solidaires ; Fayet Véronique, Présidente du Secours Catholique ; Fontaine
Alain, Directeur général de Terre des Hommes France ; Julliard Jean-François, Directeur exécutif de Greenpeace France ;
Kalinowski Wojtek, Co-directeur de l’Institut Veblen ; Laarman Nicolas, Directeur général de Pollinis ; Lanier Vincent,
Premier secrétaire général du Syndicat national des journalistes ; Lefevre Christophe, Secrétaire national en charge des
affaires européennes de la CFE-CGC ; Lepers Elliot, Directeur de l’ONG Le Mouvement ; Mahieu Laurent, Secrétaire
général de la CFDT Cadres ; Marolleau Jean-Louis, Secrétaire exécutif du Réseau Foi et Justice Afrique Europe –
Antenne de France ; Merckaert Jean, Rédacteur en Chef de la Revue Projet ; Monfort Patrick, Secrétaire général du SNCSFSU
; Morin Jérôme, Secrétaire général de la F3C CFDT ; Noisette Christophe, Rédacteur en Chef d’Inf’OGM ; Pedersen
Birthe, Présidente d’Action Aid France – Peuples Solidaires ; Peres Éric, Secrétaire général de FO Cadres ; Perrin
Édouard, Président du Collectif « Informer N’est Pas un Délit » ; Petitjean Olivier, coordinateur à l’Observatoire des
Multinationales ; Pigeon Martin, Corporate Europe Observatory ; Plihon Dominique et Trouvé Aurélie, Porte-paroles
d’ATTAC ; Poilane Emmanuel, Directeur général de France Liberté et président du CRID ; Poitier Julie, Directrice de Bio
Consom’Acteurs ; Rehbinder Lison, Coordinatrice de la Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires ; Remy Clément,
Président de Pollinis ; Rizzoli Fabrice, CrimHalt ; Roques Laurence, Présidente du Syndicat des Avocats de France ;
Salemkour Malik, Président de la Ligue des Droits de l’Homme ; Vire Emmanuel, Secrétaire général du Syndicat National
des Journalistes CGT; Youakim Marie, Co-présidente de Ritimo ; SDJ des Échos ; SDJ de Premières Lignes ; SDJ de
TV5 Monde ; SDJ de BFMTV ; SDJ de l’AFP ; SDJ de Challenges ; SDJ de la rédaction nationale de France 3 ; SDJ de
Télérama ; SDJ du JDD ; SDJ de l’AEF ; Société des rédacteurs du Monde ; SDJ de Radio France ; SDJ du Figaro ; SDJ
du Point ; SDJ de RTL ; SDJ de La Vie ; SDJ de Libération ; Rédaction d’Alternatives Economiques ; SDJ de TF1 ; SDJ
de RMC, SDJ de Mediapart ; SDJ de l’Humanité ; SDJ de France 2 ; Prix Albert Londres ; Télé Libre.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Marron proteste contre les amalgames entre mouvements sociaux mais ce projet de loi auquel on joint le secret des affaires subrepticement en est pourtant un.

  2. Pas simple de définir une fausse nouvelle.

    Un journal qui accuserait les cheminots de s’être constitués une “rente” alors que le projet de loi de réforme de la SNCF vise en réalité à offrir une “rente” aux actionnaires des compagnies privées ferroviaires, est-ce une fausse nouvelle ?

    C’est pourtant ce qu’a osé écrire très récemment un grand magazine dont le propriétaire est un avionneur.

  3. Ce n’est jamais qu’un élément de plus dans la destruction progressive de la LIberté

  4. Info capitale qui devrait être à la une de Mag Centre !
    (et pas en dernière position)
    Et un lien pour nous permettre de pétitionner serait le bienvenu.

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail