Bourges, moto : l’écurie Tecmas vise le Top 5 au Mans

Si la saison dernière l’écurie berruyère était parvenue a empocher le titre de champion de France de Superbike par l’intermédiaire de Kenny Foray, le boss Michel Augizeau était loin de ses objectifs pour sa grande rentrée en Mondial d’Endurance en tant que team officiel BMW. Dans une dizaine de jours (21-22 avril), pour les 24 Heures du Mans, il espère que ses pilotes prendront leur revanche face au mauvais sort et pointeront aux première loges.

(c) Stéphane Valembois

Responsable de la communication au sein de l’équipe basée à Bourges, l’ancien journaliste Christian Ragot, explique que « en 2017, l’écurie berruyère Tecmas n’avait pas eu la réussite espérée. Aux 24 Heures du Mans, une chute de Mathieu Lussiana, peu après la première heure de course, avait considérablement fragilisé la BMW S1000 RR n°9 qui dut passer beaucoup (trop) de temps au stand pour de multiples interventions. D’autant plus frustrant que la moto avait été fantastique en début de course » dixit le boss Michel Augizeau, alors que Kenny Foray avait à plusieurs reprises été pointé à la première place après de belles passes d’armes avec De Puniet, Checa et Parkes, avant de se contenter, au final, d’une bien modeste 28e place au scratch. Une entrée en matière bien loin donc des ambitions affichées par l’écurie en cette ouverture de saison.

(c) Stéphane Valembois

Ce printemps 2017 n’avait donc pas été à la hauteur des espérances des Berrichons mais, à l’automne, à l’occasion du Bol d’or le team pensait, avec son trio de pilotes de haute volée Kenny Foray, Julien Da Costa et Camille Hédelin, prendre sa revanche. Constamment à la lutte avec les autres motos officielles, sans jamais trop tirer sur la mécanique, la moto de Tecmas pointait à la 5e place scratch lorsqu’une casse moteur, aussi inexplicable qu’inexpliquée par les ingénieurs allemands, peu avant la 18e heure de course, ne ruine les espoirs de podium de l’équipe berruyère. Imaginez la déception, énorme ! Car jusque-là, la stratégie de course avait été parfaite et les pilotes n’avaient pas commis la moindre erreur, au point qu’une place sur le podium était tout à fait envisageable. « Ce sont les aléas du sport et de la course. On reviendra plus fort en 2018 », commenta alors Michel Augizeau. Cette année, sans le soutien officiel de BMW cette fois, Tecmas alignera une BMW S1000 RR aux 24 Heures du Mans motos les 21 et 22 avril prochains. Avec aussi une équipe remaniée puisque Kenny Foray, est pilote officiel Tecmas-BMW en FSBK et a été retenu par le constructeur allemand pour disputer la totalité du Mondial d’endurance au sein du team allemand NRT 48.

Julien Da Costa, le « Monsieur Plus » de Tecmas

C’est le dauphin de Kenny Foray en Superbike, l’Angevin David Perre qui a été sollicité pour le remplacer dans el trio de pilotes TECMAS. Le nouveau venu fera équipe avec le fidèle et régulier Camille Hédelin, de toutes les campagnes Tecmas en Endurance, et Julien Da Costa qui vivra au Mans sa deuxième expérience en Endurance avec le team berruyer. C’est Maxime Bonnot qui sera pilote suppléant. « Julien Da Costa, c’est du très lourd ; un vrai spécialiste de l’Endurance et des courses de 24 heures, qui va s’aligner pour la 17e fois au Mans. Il a piloté pour les plus grands constructeurs et surtout, il sait gagner des courses. Son expérience, son sens tactique en font le leader de notre équipe », se réjouit Michel Augizeau. Trois fois champion du monde de la spécialité (2007, 2008 et 2013 avec le SERT), Da Costa a remporté les 24 Heures du Mans à trois reprises avec Kawasaki en 2010, 2011 et 2012 et deux fois le Bol d’Or en 2008 (Suzuki) et 2012 (Kawasaki). La classe, non ?

Troisième chrono aux Tests officiels

Michel Augizeau. (c) Stéphane Valembois

Après deux semaines d’essais en Espagne où les pilotes ont pu se familiariser avec l’équipe technique toujours placée sous la responsabilité de Romain La Monica, l’ingénieur Tecmas, Michel Augizeau s’est dit satisfait : « Ces essais ont permis aux trois pilotes de se rassembler et de trouver le meilleur compromis possible au niveau des réglages. On a pu aussi valider toutes les petites retouches apportées à la moto qui s’avère saine et performante. Cela s’est confirmé lors des Tests officiels des 24 Heures du Mans, les 3 et 4 avril derniers, où, malgré des conditions météos délicates, nous avons toujours été avec les meilleurs ; David Perret, profitant d’une piste presque sèche en fin de séance, pour signer le 3e chrono absolu (1’38’’824) derrière la Yamaha officielle du Yart (Parkes-Fritz-Fujita, en 1’36’’867) et la BMW du NRT 48 pilotée par… Kenny Foray (1’38’’586). Mais devant les deux Honda officielles et la Yamaha du SERT».

Des chronos qui permettent d’envisager un Top 5 dans la Sarthe. Du côté des pilotes, on y croit, comme le confirme Julien Da Costa. « On la moto et l’équipage pour. Mais une bonne dizaine d’équipes peut prétendre la victoire. On a vu au Bol d’Or qu’avec un peu de réussite, le podium était possible. Un Top 5 serait déjà super. Mieux, ce serait un exploit ! »

Une bécane de la Région Centre-Val de Loire sur la boîte, on en causerait un peu dans le Landerneau de la moto, non ?

Fabrice Simoès

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.