Une belle leçon de maintien: Orléans bat Quevilly (2-1) et atteint l’objectif des 42 points

Après des débuts soporifiques où les joueurs Orléanais n’arrivent pas à faire deux passes de suite, il faut attendre la 6e voir pour une action orléanaise de Pinaud – qui le printemps ne redoute – pour une reprise de Ziani qui passe au-dessus. L’USO efface sa déconvenue de Sochaux et assure son maintien en Ligue2 avec l’objectif des 42 points.

Joie du maintien dans le vestiaire orléanais. @USO

À la 10e Gomis est stoppé dans sa succession de dribbles, et il est relayé six minutes plus tard par un beau mouvement qui voit la tête de Cissokho frôler le montant gauche. Les Orléanais se montrent décidément trop maladroits quand à la 21e D’Arpino rate la passe décisive, trop courte.

Et logiquement devant tant d’occasions manquées, à la 23e, c’est un cafouillage qui menace les cages de Gallon et à nouveau à la 26e un centre rasant qui file devant le but orléanais.

La lumière vient enfin d’un festival technique de Ziani à la 29e , avec strass et Payet comme un soir  d’Europa league au Vélodrome. Et enfin la délivrance vient à la 30e de la tête par Cissokho !

USO 1, Quevilly 0.

 

Revoir sa Normandie revenir, faire tapisserie à Bayeux

 

USO-Rouen Quevilly.@Bastien Alibert.

Mais l’USO arrête paradoxalement de jouer et à la 39e, un coup franc dangereux est concédé par Bouby qui prend au surplus un carton.

Premier tournant du match, à la 40e, Cissokho se fait heurter par le gardien rouennais et l’USO marque de la tête, mais l’arbitre, loin de siffler penalty ou de valider le but, le refuse sans raison intelligible, très loin de l’arbitrage de la Première league.

Avec la reprise, sermonnés au vestiaire, les Orléanais repassent la marche avant : à la 49e un magnifique petit pont offre une superbe opportunité de break à Orleans. Pire à la 53e Gomis centre  idéalement pour Cissokho qui, seul au point de penalty, tire au-dessus !

Suite inéluctable : à la 55e sur un centre venu de la gauche, Mamilonne marque de la tête et égalise pour Quevilly : 1-1. Tout est à refaire.

Et il faut même que Gallon s’emploie sur tir menaçant à la 57e. On sent que le KO n’est pas loin, le bras de fer peut basculer comme dans la bataille du rail ou dans la succession de Johnny

Gomis déboule à la 60e et provoque un beau coup franc pour Bouby dont le tir drôle la lucarne droite.

Mais c’est à nouveau Gallon qui sauve son but à la 63e. D’Arpino et Demoncy sont remplacés par Poha et N’Goma pour les 25 dernières minutes.

L’heure du maintien face au Gros-horloge et le stade de la dérive du Cher

À la 75e un coup franc sur le côté droit aboutit à une situation confuse devant le but normand. Cela chauffe, mais ne rentre toujours pas. À la 80e, un déboulé de Ziani accorde une nouvelle chance à Cissokho de la tête, juste avant son remplacement par Benkaïd. Et c’est de ce coaching gagnant que vient enfin la délivrance pour les près de 4500 spectateurs sourciens : Benkaïd file au but sur son premier ballon : 2-1 pour l’USO ! L’homme pressé de ce coaching gagnant est tout près de doubler la mise dans le temps additionnel, mais on en finalement reste là : Jeanne d’Arc est vengée, Quevilly reste en queue de peloton, mais peut encore rêver au maintien ou aux barrages grâce au surplace de Nancy et à la descente aux enfers de Tours.

Paul Jozet

US Orléans Loiret Football 2-1 Quevilly Rouen Métropole

Buteur : Cissokho (30ème) et Benkaïd (84ème) pour l’USO ; Mamilonne (56ème) pour QRM

Composition de l’USO : Gallon, Monfray, Mutombo, Cambon, Pinaud, Demoncy (Poha, 64ème), Bouby, D’Arpino (N’Goma, 64ème), Ziani (c), Gomis, Cissokho (Benkaïd, 82ème).

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Belle leçon de maintien, assez pénible plutôt. Enfin l’essentiel est là, mais pas de quoi faire la fête !
    L’USO est une petite équipe et le restera sans changement notable, même pas capable de faire un parcours honorable en coupe de France. Pour cela, il faut des tripes et de la niaque.
    Beaucoup de travail pour l’année prochaine, des joueurs à écarter, à moins de trouver un entraîneur niveau ligue 2 avec la trempe de Rudy Garcia !

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail