Carmes à Orléans: les prières de rue désormais sous surveillance de la police municipale

Après le trafic de drogue, les prières de rue: un membres du collectif Carmes-Porte Saint-Jean-Madeleine, vient de protester contre la présence de pratiquants en prière, vendredi en début d’après-midi, sur toute la largeur de la rue de Limare,  une rue perpendiculaire à la rue des Carmes, à la hauteur de la salle de prière musulmane. Cet habitant de la rue de Limare a envoyé un mail au maire assorti d’une photo avec cette question: “est-ce autorisé par la loi? Si ce n’est pas le cas, quelle va être votre action pour que la loi républicaine soit respectée?”.

Photo prise vendredi rue de Limare.

Ce n’est pas la première fois que ce collectif de riverains s’adresse à la mairie, à l’origine pour dénoncer “les incivilités et autres problèmes liés aux dealers”. Cette fois c’est un débordement de fidèles trop à l’étroit dans la salle de prières que dénonce cet habitant. Lors d’une réunion de quartier un riverain avait d’ailleurs posé la question de savoir si la “mosquée” avait le feu vert de la commission de sécurité pour accueillir autant de fidèles. On peut d’ailleurs noter que le tramway est à deux pas et qu’il peut conduire les fidèles en quelques minutes à la mosquée de l’Argonne, adaptée elle à recevoir des fidèles en nombre pour la prière du vendredi.

Lundi, la réponse du maire adjoint à la Sécurité publique Olivier Geffroy ne s’est pas fait attendre, il a immédiatement convoqué les responsables de la salle de prière: 

“J’ai reçu dès ce matin les responsables de la salle de prière. Je leur ai dit l’impossibilité des prières dans l’espace public, ce dont ils ont parfaitement convenu. Ils m’ont indiqué que le phénomène était très ponctuel et qu’ils allaient renforcer leur présence à l’entrée rue de Limare pour que le phénomène cesse. Le vice-président de l’association Ibn Badiss, M. Benhammou, m’a indiqué qu’il serait lui-même présent avec deux autres personnes. Ils ont également pris l’engagement de réitérer l’interdiction auprès des fidèles, sous peine d’exclusion de la mosquée.”

Olivier Geffroy indique enfin que la police municipale veillera à la bonne application de ces mesures.

En novembre dernier, un des membres du collectif avait suggéré à  la mairie d’installer une  annexe de la police municipale dans un des commerces qui ont été préemptés par la ville rue des Carmes, afin “d’envoyer un signal fort et significatif aux nombreux riverains qui se sentent abandonnés depuis trop longtemps face à ce fléau du trafic de drogue rue des Carmes”. Le collectif avait même menacé d’attaquer cette fois l’Etat en justice pour faire cesser “le climat d’insécurité” qui y règne.

Cette plainte contre des pratiques religieuses sur la voie publique est d’un autre ordre, mais elle témoigne du malaise de certains riverains, et il en va de l’avenir de ce quartier appelé à devenir selon le maire, “le quartier latin d’Orléans”.

Ch.B

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Ces prières de rue sont illégales, car interdites par la loi ! Si les contrevenants persistent, expulsion de France Le reste n’est que rodomontades !!

    • Il vaut mieux admettre l’existence d’une difficulté ou énoncer une alternative qui n’a aucun sens ?

    • Aucun des deux mon caporal ! Etant donné ceux qui prient et la façon dont ils le font.
      Petit à petit, avec ce genre de conneries une colère contenue se cumule et un jour un “fêlé” anti-truc-muche foncera dedans avec une camionnette. Ce qui fonctionne bien dans un sens pour terroriser peut fonctionner dans l’autre sens ! Certains y pensent déjà, j’habite dans un quartier proche d’un quartier dit populaire et je ne suis pas sourd, veuillez prêter l’oreille et ouvrez vos yeux, vous saurez quand le vent tournera !
      En une phrase vous avez dit une énorme bêtise et je suis poli.
      Vous devez avoir une opinion politique assez bien orienté à gauche ou vous habitez dans un quartier bien loin de ce genre de problèmes. Donc un gauchiste ou un privilégié, peut être les deux !

  2. Cette mosquée, longtemps clandestine, pose des problèmes depuis sa création. Elle a remplacé un restaurant-self, avec une salle au sous-sol, pouvant contenir environ 90 personnes, avec un escalier en colimaçon pour seule issue de secours. Le tout au milieu de bâtiments anciens, fermés progressivement par de fortes grilles métalliques. Je n’ai jamais compris qu’une commission de sécurité puisse accepter cette situation. Ne parlons pas des collectes de fonds pour la construction d’une autre mosquée qui sont faites depuis des années, sans que l’on voit rien venir. Le service des permis de construire de la ville d’Orléans a été plusieurs fois sollicité sur des projets qui n’ont apparemment pas abouti.

  3. Je félicite l’initiative citoyenne de ne pas tolérer les prières de rue.
    Ce n’est pas notre culte. Tôt ou tard, il faudra que la France redevienne une république chrétienne…

    Je sais que c’est difficile à entendre. Je sais que, pour certains, ce que je dis incarne le Mal.

    Je suis un citoyen français d’origine arménienne. Oui, on s’en fiche des origines. Mais non. J’écoute de la musique grecque, des chants orthodoxes, je n’oublierai jamais mes racines Chrétiennes.

    C’est ce que monsieur Sarkozy essayait de rappeler au peuple français.

    Je peux comprendre vos amitiés avec des Musulmans.

    Mais je ne peux accepter de vivre dans un pays musulman.

    Ma famille et mes parents sont partis de Turquie, pays musulman dans les années 60 où l’islamisme régnait, où des factions de droite et de gauche se tiraient dessus, mais au final, c’était tous des musulmans.

    Il existe des musulmans en paix. Ce n’est pas le problème.

    Mais nous autres Chrétiens nous sentons agressés dans notre identité. Quand ce n’est carrément des agressions verbales, des cris, des hurlements à faire froid dans le dos, des menaces, des intimidations, ou des violences physiques et des tabassages.

    J’ai moi-même été victime de ces prières de rue à l’université de Rouen où des barbus nous empêchaient de circuler. Et combien de tabassages parce que je sortais avec une “sœur” ?

    C’est du passé. Désormais, j’ai compris. Je ne les fréquente plus.

    Je suis désespéré de cette situation où nous vivons comme des cons, les uns les autres en se regardant en chiens de faïence, sans plus communiquer…

    Oui, à leurs yeux, je suis un facho…

    Sommes-nous encore en droit de définir notre propre identité, sans que quelqu’un nous l’impose ?

    Le peuple est exaspéré.

    Vous dites, en France, que l’islam et les africains sont “discriminés”. Oui, certaines fois c’est vrai. Mais combien d’entre eux nous discriminent aussi ?

    C’est sans fin…

    En tant que Chrétiens, nous voulons, nous, que le pays reprenne son destin en main. Que le pays redevienne ce qu’il était.

    Chacun préfère la culture qui lui plaît.

    Moi, ça me dérange les prières de rue.

    Un Arménien .

  4. problème du à notre immigration débridée. J’ai connu La Source dans les années 70, pas un seul africain ou maghrébin dans les immeubles où ne logeaient que des personnes travaillant en couple avec peu d’enfants, les rues ou les écoles. Le collège Alain Fournier, avec Mme Charpentier était d’ailleurs un des plus coté d’Orléans. 40 ans plus tard, on ne croise quasiment plus un européen dans les rues et, les écoles, les logement sont occupés par une majorité de personnes sans emploi ayant 3 fois le nombre d’enfants moyen du pays.Maintenant, si certains refusent de voir le problème.

  5. Lorsque la démographie aidée par l’immigration penchera la balance d’un côté, personne ne pourra empêcher les prières de rue.

    Et comme disait l’ancien directeur de l’UOIF (qui gère plus de 500 mosquées en France et autres écoles coraniques): “Nul n’a le droit de nous empêcher de croire qu’un jour la France sera un pays musulman”.

    • Faut pas rêver, vous connaissez vraiment mal les français avec ses successives migrations chrétiennes. L’histoire a prouvé que l’envahisseur à toujours été repoussé !
      A première vue, vous nous prenez pour des cons, croyez-vous que l’on va se laisser pourrir la vie par des islamistes, parce que d’après ce que vous dites, vous n’êtes pas un musulman lamdba, mais bien un islamiste.

      .

  6. Parlons en des désertifications des quartiers par les peuples (autochtones) mais la nature a horreur du vide !l @michel tu dois savoir qu’avec ton âge avance et ta prise en charge par les différents caisse sociaux qui sans cotisations déposeront la clé sous la porte et que tu serais content que d,autres payeront pour toi et vue que la population dites de souches ne peut à elle seul pourvoir aux différents caisse sociaux et qu’heureusement que cette jeunesse (nombreuses) qui arrivent sur le marché du travail et qui devra financer ces caisses ! Moralité sois heureux de vivre ta vieillesse sans contrainte grâce à cette jeunesse ….

Les commentaires pour cet article sont clos.