L’excellence en danger : Richard Ramos soutient la colère des meilleurs ouvriers de France

Interpelé au sujet de l’artisanat, des meilleurs ouvriers de France (MOF) et de leur concours par le député Modem du Loiret, Richard Ramos, lors des questions d’actualité au gouvernement, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer s’est voulu rassurant tout en reconnaissant quelques problèmes de gestion du concours désormais  ouvert à des financeurs privés ce que les MOF n’acceptent pas de même que la réduction des épreuves.

Celui-ci décerne le célèbre col tricolore  que seuls  arborent les meilleurs ouvriers de France (MOF). Repris par l’Education nationales il y a quelques années  ces épreuves accordent à ceux qui les réussissent  un diplôme reconnu à Bac+3. 

« Si ce concours disparaissait, celui qui n’a aucun diplôme  mais qui a du talent, celui dont les mains reflètent l’intelligence n’aurait plus ses compétences reconnues », a dit Richard Ramos à qui le ministre a confirmé l’intérêt  du gouvernement pour les 200 métiers de l’artisanat, source de richesse pour la France.

Manifestation devant l’Assemblée

La veille en fin d’après-midi quelques dizaines de meilleurs ouvriers de France s’étaient rassemblés devant le palais Bourbon pour faire entendre leur colère et leur  vive inquiétude. «  200 métiers   artisanaux en France sont mis en danger. Le concours des meilleurs ouvriers de France pourrait  se retrouver  entièrement entre les mains d’entreprises privées.  Ne laissons pas quelques technocrates desservir cette reconnaissance mondiale, c’est tout le savoir français qui est mis à mal. Les entreprises privées sont en train d’essayer de gérer ce concours, à la place de l’éducation nationale », a rappelé Richard Ramos.

Mercredi 17 avril, j'étais aux côtés des Meilleurs Ouvriers de France pour défendre ce noble concours et l'excellence de l'apprentissage !

Publiée par Richard Ramos sur mercredi 18 avril 2018

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.