Boismorand : L’Auberge des Templiers repart au combat pour une deuxième étoile

Guillaume Dépée ne se satisfait plus d’un seul macaron Michelin. Il vient de constituer une nouvelle équipe avec le chef Martin Simonard.Pendant longtemps l’Auberge des Templiers aux Bézards à Boismorand a été l’établissement phare de la région propriété de la famille Dépée depuis plus de 70 ans. Sur la  nationale 7, entre Montargis et Briare, l’Auberge était une halte réputée sur la route du sud, mais une halte un peu désertée depuis l’ouverture de l’autoroute.

L’Auberge est un des rares restaurants français étoilé depuis plus de 50 ans avec un moment deux étoiles avant d’être rétrogradé à un macaron au même titre que La Gloire à Montargis ou Le Lièvre Gourmand à Orléans. Auprès la disparition du patriarche Philippe en 2016 le fils Guillaume  qui a travaillé 8 ans dans le restaurant avant de partir au Mexique a  repris les rênes avec ses frères et soeurs Véronique, Marie-Laurence et Edouard. Il y a quelques semaines encore le restaurant était dirigé par un chef japonais Yoshihiko Miura qui avait été recruté par le père. Le fils Dépée a voulu opérer une révolution en constituant une nouvelle équipe profondément renouvelée  et emmenée par Martin Simonard, un jeune chef  belge qui vient de chez Jean-Pierre Jacob au Lac du Bourget dont il se déclare « le fils spirituel ».  Martin Simonard a fait ses armes depuis 10 ans en France chez Yves Thuriès, les frères Pourcel et enfin Jean-Pierre Jacob.

« Une cuisine qui interpelle les clients ! »

Guillaume Dépée et Martin Simonard

Guillaume Dépée a aussi étoffé l’équipe  en recrutant un directeur Stanislas Leroy, un maître d’hôtel, Kévin Bardau (fils de Philippe Bardau du Lift à Orléans) et un chef sommelier Laurent Rigollet. Martin Simonard a reçu un ordre de service clair : dérocher une seconde étoile !  « C’est une révolution pour prendre un nouveau départ insiste Guillaume Dépée  et c’est même un enjeu capital car nous avons besoin impératif de cette nouvelle étoile pour attirer une autre clientèle ».
Une nouvelle carte a donc été élaborée, courte (4 entrées, 3 viandes, 3 poissons, 4 desserts avec des menus à 65, 100 et 160 euros) et qui fait appel aux circuits courts et aux produits du terroir. La carte traduit cette envie de reconquête : « avec Martin, nous avons la même vision de la cuisine, plus moderne, qui interpelle les clients, qui mise sur les textures et l’équilibre des saveurs, dépouillée et qui va à l’essentiel » précise Guillaume Dépée, avec des plats comme la soupe sèche de foie gras ou le pigeon saisi à 250° avec choux.

Le défi est donc lancé. Première réponse peut être en février prochain avec la parution du guide Rouge !

JJT.

Originally posted 2018-04-21 10:31:07. Republished by Blog Post Promoter

Afficher les commentaires