A Orléans, beauté de gestes pour René Thinat

Emplie de simple ferveur, d’art et  d’émotion est,  ce samedi,  la journée d’hommage à René Thinat, maire d’Orléans de 1971 à 1978, acteur culturel majeur des années 70. Au dépôt de gerbe à l’Hôtel de ville par Philippe Barbier représentant le maire et Monsieur Jean-Claude Kaftanjian, président de l’association des Amis de René Thinat, succède le baptême du complexe de la musique municipale, rue des Anglaises, officiellement et désormais nommé Espace culturel René Thinat.

exposition au musée des beaux-Arts. Cl. JDB.

D’une indéfectible gratitude sont les mots de  Marcel Labarre, entré à la MMO en 1971, à l’adresse de celui qui fit édifier cet espace et fut sans cesse à l’écoute de ces musiciens ont il était de droit et d’affection le Président. “Il n’est jamais trop tard pour dire merci et pour dire aux gens qu’on les aime” devait déclarer Monsieur Abel Moittié, responsable de la mission mémoire de la municipalité qui,  avec Madame Sylvie Bauchet , aux côtés de la famille de René Thinat, très émue, a été l’un des auteurs et acteurs engagés de cet hommage officiel et d’une contagieuse sincérité. 

Signature du livre d’or et exposition au musée des beaux-Arts. Cl. JDB.

Voici, à n’en pas douter une pierre patrimoniale de l’histoire d’Orléans remise en lumière et  dont une publication,  réalisée par la cité, riche de documents iconographiques et de témoignages, souligne contours et atours.

La culture au cœur de l’hommage

 Plus avant dans la journée, une exposition rétrospective de l’œuvre  de René Thinat, la présentation sur chevalet  d’huiles et d’aquarelles de ses proches, André Civet et Jean Sorlet,  fut inauguré au musée des Beaux Arts dont l’auditorium accueillit, en fin d’après-midi,  une conférence de Miguel Cuadra sur le thème de la main et un récital Bach, compositeur qu’affectionnait tout particulièrement René Thinat. Ce dernier fut donné par le pianiste Christian Monti.

Miguel Cuadra, conférencier et philosophe. Cl. JDB.

Récital Bach avec Christian Monti. Cl. JDB.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ancien maire d’Orléans, le sénateur Jean-Pierre Sueur, à l’invitation de M. Abel Moittié, lors d’un pot de l’amitié proposé à l’Hôtel Groslot en fin de journée, salua la continuité de cette fonction de maire que René Thinat honora avec une admirable “humanité”. 

Bien entendu, l’action de l’association des Amis de René Thinat ne saurait se résumer à cette seule journée de samedi. Elle se veut aussi en prise sur les nécessité de notre temps.  C’est ainsi qu’un nouveau Prix René Thinat sera remis, en juillet, à un apprenti de la Chambre des Métiers du Loiret, bourse de mille euros destinée à soutenir un projet d’étude ou de stage. Voici, à n’en pas douter, un  geste de toute beauté en mémoire de celui qui aimait l’art et l’artisanat,  et tendre vigoureusement la main à chacun pour l’accompagner dans un vivre mieux.

Jean-Dominique Burtin.

En savoir plus: www. lesamisderenethinat.fr

Baptème de l’espace culturel René Thinat. Cl. JDB.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Un grand maire dans un esprit de dialogue que certains de mes amis socialistes soutenaient.
    D’ autres le combattaient pour de mauvaises raisons que le présent condamne.
    Mouvement radical

  2. René Thinat c’est aussi la destruction de la gare d’Orléans (aussi belle que celle de Tours) et la construction de la place d’Arc sublime architecture néo rien du tout , une politique du tout béton, l’aménagement de la circulation en ville du tout automobile.
    Et cerise sur le gâteau la fermeture des Maisons de jeunes et de la CULTURE, des lieux où la culture vivante et populaire se vivait . Fermeture à laquelle des orléanais répondirent en soutenant les directeurs de MJC , en leur assurant leurs salaire pendant plusieurs mois par des concerts dont Clifton Chénier au Campo Santo juste avant que “grace” à Thinat la couverture Baltard soit détruite.
    Mais ça bien sûr mieux vaut ne pas en parler à une époque où la municipalité actuelle repasse les plats (avec tous ces grands projets inutiles et onéreux).

Les commentaires pour cet article sont clos.