Blois : l’adjoint au commerce Louis Buteau éjecté par le maire Marc Gricourt

Louis Buteau.

Coup de théâtre au début du conseil municipal du 23 avril : le maire de Blois Marc Gricourt – qui avait bien ménagé le suspens – a annoncé le retrait de la délégation de Louis Buteau, actuel adjoint au commerce et à l’artisanat. La décision devrait être entérinée lors d’un vote en conseil municipal le 22 mai prochain.

« Une décision que je ne prends pas de gaité de cœur » a déclaré le maire de Blois, « Elle fait suite à de nombreuses prises de position prises par Louis Buteau par voie de presse. C’est une décision prise à l’unanimité de mon groupe politique ». Marc Gricourt a précisé qu’il gardait « en direct le délégation concernant le commerce ». Louis Buteau avait quitté le PS en 2017 pour rejoindre La République en Marche. Plusieurs fois des secousses se sont faites ressentir, avec une remise en question de choix concernant le commerce de centre-ville – et de gros doutes sur le projet Saint-Vincent – mais l’intéressé n’avait pas démissionné de lui-même.

Paradoxe : c’est au cours du même conseil municipal qu’a été votée la feuille de route de la manager du commerce Amandine Billy, et la rallonge budgétaire (+ 12.000 €) pour l’association de commerçants  “Les Vitrines de Blois” afin de pouvoir embaucher une animatrice du commerce…

Un maire. Une méthode. Des élections qui approchent…

À l’issue du Conseil municipal, l’intéressé s’est exprimé, un peu sonné il faut bien le dire par une décision qu’il a appris le soir-même en même temps que tout le monde : “C’est le premier acte de la campagne électorale”, a-t-il d’abord commenté. “Pour ce qui me concerne, c’est la stupéfaction. Je l’ai appris ce soir, en même temps que vous”. Sur la forme, Louis Buteau regrette la brutalité de cette décision, portée comme une estocade par Marc Gricourt qui visiblement était échaudé par ce “frondeur”. Louis Buteau aurait aimé “qu’il m’avise avant de le dire ce soir” (lire ce qu’en dis le maire ci-dessous). “Ce qui m’est reproché c’est d’avoir adhéré l’année dernière à LREM et d’avoir rejoint Emmanuel Macron”. Et un certain nombre de prises de positions, ou l’organisation d’un débat le 30 mai prochain sur l’avenir du commerce en centre-ville ? “Je ne vois pas ce qu’on me reproche, il s’agit de débattre, ce que j’ai toujours fait avec d’autres personnes sur le sujet en commission et au sein du conseil. On ne tient pas compte de ma fidélité… J’ai toujours voté les budgets, la vidéo surveillance etc. Je n’aurais jamais procédé comme ça… “. Autre paradoxe : il a voté favorablement la proposition de vœu contre la loi du 22 janvier dernier sur la programmation des finances publiques, contractualisation avec l’État du gouvernement… Édouard Philippe.

Plusieurs fois il lui a été demandé de démissionner, l’été dernier notamment et il y a 15 jours encore, ce qu’il a toujours refusé. Le retrait de cette délégation coïncide avec l’annonce d’une soirée débat-conférence organisée par LREM sur le thème “Cœur de ville-Blois : quel centre-ville voulons-nous ?” (1). La goutte d’eau dans les bottes déjà pleines du maire de Blois ?

La suite est un feuilleton qui ne fait que commencer, par deux actes : l’acte I vient de se dérouler dans l’arène du conseil municipal lundi 23 avril au soir, avec l’annonce du retrait de sa délégation. C’est la sanction, et vue la forme, une petite vengeance. L’acte II se déroulera le 22 mai, lors du prochain conseil qui sera appelé à voter pour entériner ou non la décision. Louis Buteau devrait sans surprise “redescendre” à l’échelon de conseiller municipal, sans aucune délégation. 

Et Marc Gricourt de régner seul sur la délégation du commerce Blésois. Ironie de l’histoire : déjà, lors de la précédente mandature, il avait évincé en 2012 Malika Ghedjati, chargée elle aussi de cette délégation du commerce et de l’artisanat. Depuis, la situation du centre-ville commerçant ne s’est guère arrangée, avec pour seul espoir de sauvetage “l’extension commerciale” dite “carré Saint-Vincent”. Un maire, des méthodes, et bientôt des élections. L’été sera chaud… 

F.Sabourin.

(1) Le 30 mai prochain à 19h15 à la ferme de Brisebarre (Blois). En présence d’Olivier Razemon auteur de Comment la France a tué ses villes ? (ed. Rue de l’Échiquier), Patrick Vignal député LREM de l’Hérault et Marc Fesneau, député MoDem de Loir-et-Cher.

Le maire de Blois affirme avoir prévenu Louis Buteau de ce qui allait lui arriver

Il avait la tête d’un boxeur sonné, ou d’un élève viré du cours après avoir flirté avec la ligne jaune pendant des mois, Louis Buteau, à l’issue du conseil municipal. Visiblement il avait appris le soir même son éviction, sans sommation. Ce qu’il a confirmé devant les médias locaux présents au conseil.
Cependant, ce n’est pas tout à fait le même discours dans la bouche du maire lui-même : “Il a été informé depuis huit jours de cette décision en réunion dans mon bureau avec Yann Bourseguin (l’adjoint à la tranquillité publique et rapporteur du budget) et il fut informé du retrait de sa délégation une heure avant le conseil, confirmation faite la veille lorsqu’il m’a informé qu’il ne démissionnerait pas”, indique Marc Gricourt au lendemain du fameux conseil. 
Aucun doute possible, nous sommes bien dans une affaire politique qui sonne le début du match dont l’issue se trouve en mars… 2020.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. La méthode de ce maire est.brutale et immorale. Il a vraiment un égo surdimentionné.

    Prochaine éviction : ce maire. Vivement qu’on retire son mandat, car ce maire est un désastre !

    Il n’a jamais rien fait pour le centre-ville, dont il déteste les commerçants, le patrimoine, à part faire son horrible projet ACVL, dessiné par Chilpéric de Boiscullier (sativa), un ami du PS !

    N’est ce pas lui qui affirmait, au PS, qu’il n’allait pas non plus faire trop de choses pour le centre-ville ?

  2. Monsieur Gricourt dans toute sa splendeur !

    Un jour, il faudra qu’il paye pour tout le mal qu’il a fait à notre ville de Blois.

    • Ortonèse à raison , mais Louis Buteau même au PS a toujours représenté l’aile droite droite du PS , aujourd’hui il a rejoint LREM qui est un parti politique de droite , cette décision est honnête de sa part . Il rêve d’être maire de Blois ,Avec un minimum d’éthique il aurait du démissionné , Mais son indemnité d’adjoint le faisant vivre financièrement , il a décidé de garder son mandat . Cela c’est de la vieille politique pas la démarche de Macron . Lui souhaitant de retrouver un travail , il sera disponible pour la campagne des municipales .

  3. Je n’ai aucune sympathie politique pour Monsieur Gricourt, mais je constate qu’il est disponible et abordable, aux antipodes de ces politicards carriéristes. Si les travaux du centre ville ont été largement critiqués, j’apprécie grandement le résultat, et je suis très heureux de voir combien cette ville vit et respire, et enfin, là encore, toute considération politique mise à part, il est inconcevable d’œuvrer pour sa ville, avec dans son équipe quelqu’un qui pense et fait le contraire de ce que vous prônez. Quelque soit leur couleur politique, il y a 3 valeurs essentielles que les français sont en train de perdre : probité, humilité, intégrité.

    • S il y a bien un carrieriste c est bien lui, en depit de ce qu il veut faire croire : maire de blois, 1er vice president de region, lui qui reve d etre president de region tout court. il est abordable, oui, mais juste pour serrer des mains avec un sourire niaia voire hypocrite. Ne lui demandez pas d ecoute, de la vraie, car il ne saia pas faire. Par contre s ecouter parler, ca, il sait

    • C est vrai que le resultat est magnifique : bancs mis en place il y a deux ans deja rouilles, lampadaires pas en adequation avec le caractere ancien du centre ville. Beton deja noirci, coupe systematique des arbres, menaces sur le square augustin thierry dont la coupe de la vegetation a deje commencee.

      Mais c est vrai que le projet a ete realise par un copain du ps

      Et apres avoir autorise des fenetres en pvc sur des immeubles anciens, et sur un hotel renaissance, il s apprete a realiser un centre commercial avec un h et m et un fast food en face du chateau. Ce maire est une catastrophe

  4. Trumpinade à la mairie de Blois.
    Il me fait rigoler Louis Buteau.
    Bien sûr que sa décision d’adhérer à En Marche sans prévenir son maire gaucho-Hamon avait provoqué l’ire de ce dernier. Gricourt a tweeté.Il se se venge. Il en avait marre d’être titillé sur sa non politique commerciale de Blois-Centre. En même temps qu’il vire Buteau il finance la nouvelle association de commerçants. Des voix pour demain. Je ne serais même pas étonné d’apprendre que via Yann Bourseguin, « l’adjoint à la tranquillité publique » (sic), il a favorisé l’ouverture de la sex shop de Blois Cabochon. Mieux vaut le sexe que la guerre. Sabourin pourrait enquêter de ce côté là, avec une assurance tous risques.
    Quand Gricourt parle de son groupe politique unanime, de quel groupe parle-t-il ?

  5. Un Futur maire de Blois et son 1er Adjoint…

    Allez, allez, dernière ligne droite, plus que deux ans à tenir…
    Votre heure de gloire est enfin arrivée. Des Egos pour remplacer d’autres Egos. La politique politicienne souffrante d’une “baronnite aiguë”.
    Ne vous inquiétez, le système vous garantit de vous garder les places au chaud. Mais oui, vous l’aurez la mairie !!!! Les électeurs sont heureusement bien asservis… Ils vous ont déjà prêté allégeance… Dans une démocratie, il y a le parti des gentils (dont vous faites partis, LREM) et les autres.

    Petit conseil nutritionnel à Messeigneurs : Arrêter de téter goulûment les 2 mamelles, celle de l’immobilisme et de l’hypocrisie.
    – Mettez-vous au service de l’intérêt général…
    – Au service de quoi ?, me répondez-vous.
    – Cherchez pas, on vous expliquera, peut-être…

  6. GRICOURT éjecte tous ceux qui ne vont pas dans son sens et n’abonde pas ses idées dépassées pour la ville de Blois. C’était déjà ainsi au PS. Demandez à ceux qui se sont fait exclure des listes de diffusion car ils osaient critiquer, en interne, la politique DESASTREUSE du maire de Blois. J’en fais partie et je ne suis hélas pas la seule personne dans ce cas

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail