Orléans : Marie-Christine Bordat-Chantegrelet sur le fil de l’épée (de Jeanne d’Arc)

Elle a figuré Jeanne d’Arc il y a 50 ans, en 1968. Marie-Christine Bordat-Chantegrelet, ancienne présidente de l’association Orléans Jeanne d’Arc, sort un petit ouvrage où elle rend hommage à son père, à l’origine de la cérémonie de remise de l’épée. 50 ans plus tard, que reste-t-il de l’esprit d’origine ?

Une jeune fille orléanaise à cheval, une armure, une épée : Jeanne d’Arc.

1968-2018 : alors qu’on s’apprête à « fêter » le cinquantenaire d’une kermesse révolutionnaire débridée, un autre cinquantenaire est en vue : celui de la cérémonie de la remise de l’épée à celle qui incarne pendant 15 jours Jeanne d’Arc. Entre 1945 – année à partir de laquelle une jeune fille figure la Pucelle d’Orléans pour les fêtes, initiative de Joseph Lucet – et 1968, il n’y avait pas de remise de « l’épée aux cinq croix ». Yves Chantegrelet, secrétaire général de la Fédération des Comités de Quartiers, eut l’idée de créer un moment, une circonstance particulière permettant aux « Jeanne » de se rencontrer et d’échanger. Une sorte de passation de pouvoir. C’est ainsi qu’est née la cérémonie de remise de l’épée, pour, selon sa fille Marie-Christine Bordat-Chantegrelet, auteure de La Remise de l’épée, son origine et son sens 1968-2018, « refuser l’éphémère, et ancrer cette figuration dans la continuité du temps. Il voulait la transmission ».
En 50 ans, c’est peu dire que les générations ont changé, ce que confirme Marie-Christine Bordat-Chantegrelet : « Je dirai que beaucoup de choses ont changé, et rien n’a vraiment changé… Les Jeanne sont recrutées selon les critères que nous connaissons bien : qu’elles soient nées à Orléans, catholiques pratiquantes, avec une foi active et engagées bénévolement dans l’action et âgées de 16-17 ans. Ce qui a changé, c’est qu’il y a un certain nombre d’années, il était plus facile qu’aujourd’hui d’assumer dans son entourage le fait d’incarner Jeanne d’Arc ».

Quant à la fameuse transmission, dont on sait qu’elle est de plus en plus difficile à assumer par la jeunesse d’aujourd’hui, elle fonctionne toujours, selon elle : « Énormément de jeunes filles disent que la remise de l’épée était un moment très fort pour elles pendant les fêtes de Jeanne d’Arc. Alors oui, ça leur parle encore et cela se transmet ».

En revanche, celle qui a quitté en 2016 l’association Orléans Jeanne d’Arc ne compte pas adhérer à la nouvelle association des anciennes Jeanne, « Jeanne un jour, Jeanne toujours » dont la création a été annoncée en février dernier lors d’une conférence de presse de présentation et dont Martine Frichet-Bézard, en est la présidente. « J’avais demandé à une ancienne Jeanne d’Arc de s’occuper d’une telle initiative du temps où j’étais présidente, mais ça n’a pas abouti ». Par ailleurs, Marie-Christine Bordat-Chantegrelet ne sera pas présente à la cérémonie de remise de l’épée, en pèlerinage à Domrémy au même moment : « J’ai volontairement choisi ce lieu et cette date » précise-t-elle. Le fil de l’épée est toujours tranchant pour l’ex présidente d’Orléans Jeanne d’Arc

F.Sabourin

Le texte de l’acceptation de l’épée, écrit par Jean Gayet, ancien président des Comités de quartiers

Le président : “… vous avez été choisie pour figurer Jeanne d’Arc, héroïne nationale et libératrice d’Orléans à nos prochaines fêtes. Acceptez-vous cette mission ?”.
La jeune fille : “J’accepte”.
Le président : “L’épée que vous allez recevoir dans un instant et dont vous serez la gardienne pendant un an en sera le symbole. Acceptez-vous de prendre l’engagement devant les autorités civiles, religieuses et militaires ici présentes d’accomplir votre mission avec foi et honneur, de n’en attendre aucun avantage matériel et de ne vous prévaloir du titre qui vous est aujourd’hui conféré pour tout autre motif que celui pouvant servir à la glorification de notre héroïne ou le service de la ville d’Orléans ?”.
La jeune fille : “J’accepte”.

Texte de la transmission, écrit par Mgr Brun, archiprêtre de la cathédrale Sainte-Croix

L’ancienne Jeanne d’Arc :
« Puisque tu seras Jeanne d’Arc aux fêtes de cette année, je te confie l’épée aux cinq croix, rappel de celle que Jeanne fit prendre à Sainte-Catherine-de-Fierbois, et qu’elle porta dans les combats sans jamais la souiller de sang. Que ce soit la fierté de ta vie de l’avoir reçue pour représenter Jeanne aux yeux des Orléanais et de leurs hôtes !
Qu’elle te garde de la vaine gloire et t’aide à reporter à celle qui nous vint « de par Dieu » les applaudissements et les vivats dont tu seras entourée ! Et que cette figuration d’un jour dans la fidélité te mérite la protection de la Sainte Pucelle pendant toute ta vie ».

La nouvelle Jeanne d’Arc :
« Je reçois cette épée avec ferveur sachant bien que l’avoir au côté me constitue dans un rôle qui me dépasse. Puisse Jeanne d’Arc m’aider à être d’elle-même, durant ces jours, une image fidèle ! Et puissé-je l’an prochain, comme tu le fais cette année, remettre à celle qui me succédera cette épée, aussi nette et aussi pure mais plus riche de la fierté avec laquelle je l’aurai portée et des hommages qu’une fois encore, elle aura reçus ! ».

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pourquoi Madame Chantegrelet ne souhaite pas adhérer à la nouvelle association ?
    Pas évident pour elle d’être Jeanne d’ Arc en 68.
    Pas si débridé que cela ce mois de Mai 68.
    Les sages étudiants orléanais n’ont pas perturbé les Fêtes de Jeanne d’ Arc : elle a pu défile sous la bannière ” Laissez les passer Messire” et quelques jours après le 13 Mai les étudiants et les adultes militants syndicaux ont aussi défilé sous la bannière .
    Joli mois de Mai au pays des cerises.
    50 ans après dans un monde qui a changé , un monde métissé je souhaite à la Jeanne d’Arc 2018 un bel accueil par les orléanaos et les citoyens du Monde.

Les commentaires pour cet article sont clos.