Festival de Cannes: l’Orléanais Jean Zay de retour sur la Croisette avec Arte

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, un superbe documentaire d’Arte est venu le rappeler mercredi dernier: c’est à un Orléanais Jean Zay, ministre de l’Instruction publique et des Beaux arts du gouvernement Blum, que la France et le monde du cinéma doivent la création du Festival de Cannes. Avec Philippe Erlanger, journaliste et critique d’art, Jean Zay a organisé contre vents et marrées, le premier festival…qui n’aura jamais lieu.

Jean Zay, ministre de l’Instruction publique et des Beaux arts.

Il était en effet prévu en septembre 1939 et la déclaration de guerre mettra un terme à ce projet. Un Festival à l’origine éminemment politique puisqu’il s’agissait d’une réponse du monde libre à la Mostra de Venise fagocytée par Hitler et son valet Mussolini. Assassiné par la milice à Riom, en 1944, Jean Zay ne verra jamais son oeuvre accomplie, puisque le 1er Festival  de Cannes aura lieu en 1946. 

Les deux filles de Jean Zay, les Orléanaises Catherine et Hélène, apparaissent toutes petites dans ce documentaire avec leur mère, notamment sur le Massilia, le paquebot qui emmenait une partie des parlementaires refusant la victoire nazie, en Afrique du Nord. Il a fallu attendre une période toute récente pour que justice soit (enfin) rendue à Jean Zay. Ses cendres ont été transférées au Panthéon, et une plaque en son honneur, a été inaugurée au Palais des Festival à Cannes en 2013. 

A l’appui d’images d’archives remarquables, ce documentaire de Frédéric Chaudier, replace parfaitement le Festival dans son époque et montre bien comment les deux créateurs, amoureux du 7 ème art, avaient réussi à mobiliser le monde cinématographique contre la barbarie qui s’annonçait. 

“Cannes le Festival libre”, est disponible en replay sur Arte jusqu’au 15 mai. A voir d’urgence.

Ch.B

https://www.arte.tv/fr/videos/078207-000-A/cannes-le-festival-libre/

  • Un autre-film documentaire sur Jean Zay et la création cinématographique de  Francis Gendron, Alain Tyr et Alain Braun, avait été présenté en novembre dernier au Mémorial de la Shoa à Paris puis à l’Hôtel Dupanloup à Orléans.
 

 

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail