Le soutien de la mairie de Saran (Loiret) aux salariés de La Rep en 2014, n’était-il qu’une “posture”?

Un constat d’huissier a été dressé selon la direction de la République du Centre vis à vis des “campeurs” qui se sont installés sur le parking et les pelouses de l’ancien siège de la République du Centre à Saran.

Dans un commentaire posté sur notre site, Mme Maryvonne Hautin, maire (PC) de Saran rappelle que le site de la rue de la Halte est un lieu privé et que ce n’est donc pas à la ville d’intervenir.

L’ancien directeur industriel de la Rep, Christian Poplin, dans une réponse à Mme Hautin, rappelle que les relations entre le quotidien et la commune de tous temps, n’ont jamais été idylliques.

Un camping très fréquenté.

“Comme rappelé dans l’article, l’ancien site de la République du Centre est un lieu privé et seul le propriétaire peut entamer une procédure en justice pour obtenir l’expulsion par la force publique des caravanes.

Ainsi, c’est bien parce qu’une petite partie de l’ancien aérodrome, alors illégalement occupée, est propriété de la ville de Saran – et depuis siège du centre technique municipal – que Michel Guérin est intervenu.

Ce que l’article ne précise pas en revanche, c’est que le peu d’empressement du département du Loiret à appliquer la loi en ouvrant deux terrains de grand passage pour les gens du voyage au Nord et au Sud de l’agglomération orléanaise favorise ce genre d’occupation sauvage.”

Maryvonne Hautin et les élu-e-s du groupe de la majorité municipale de Saran

http://continuons-avec-vous-pour-saran.elunet.fr/

—————————-

Sur le site de Saran lors de la grève de 2013.

“1968, La Rép ’s’installe sur la commune de Saran. Sur une proposition du Maire de l’époque Monsieur Robert Adam, linotypiste au sein de ce journal.

Ses successeurs ne furent jamais dans une relation très amicale envers ce journal. Pour la simple raison, que son président était Roger Secrétain, Maire d’Orléans, pas vraiment en accord avec les idées du PCF.

Roger Secrétain (UDSR) était pourtant un humaniste, à la reprise du journal à la fin de la guerre en septembre 1944, il créa une coopérative de main d’œuvre, cela avant la création des comités d’entreprises. Ce statut associant ainsi les salariés aux intérêts de l’entreprise. Un quart des administrateurs était issu de la coopérative.

Nous sommes pour que les gens du voyage bénéficient de lieux décents pour pouvoir s’installer. Cependant, le commentaire de la mairie de Saran est vide de considérations, d’émotions, en relation avec ce qu’il se passe aujourd’hui sur ce site, d’un coté les caravanes, et de l’autre les groupes de rotatives sur le parking en attente d’être emportés vers la casse, tout cela est déplorable ! Aucun respect pour tous les employés qui y ont travaillé pendant presque 60 ans.

Lors de la fermeture du site de Saran, en 2014, la municipalité était derrière les employés, mais cela n’était peut-être qu’une posture ?”

Christian Poplin.

 50 ans à la Rep’, la famille (avec ses deux frères) 160 ans au total.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pour répondre à Christian POPLIN et Maryvonne HAUTIN, je pense que effectivement le soutien des élu(e)s de Saran aux salariés de La Rep’ en 2014 n’était bel et bien qu’une posture ! Et que de politique politicienne de la part du Maire de Saran. Critique envers La Rep’ et la Majorité Départementale, en fait simplement parce que ni La Rep’ ni la Majorité Départementale ne sont en accord avec ses idées. Dommage, mille fois dommage ! D’autres communistes sont nettement mieux qu’elle et ses oailles (cf. sur Orléans par exemple avec l’exemplaire Michel RICOUD).

  2. “Roger Secretain était pourtant un humaniste” qui pendant la période d’occupation par le régime nazi sut écrire des éditoriaux dans “son” journal qui avaient la repoussante odeur de la collaboration et de l’adhésion (à mots couverts) à une idéologie ignoble.Aujourd’hui, aux archives, ces éditoriaux ne peuvent être consultés car ils ont , après la guerre été découpés! Etrange non?

Les commentaires pour cet article sont clos.