Pourama Pourama la douloureuse mais apaisée quête de soi

Dernier des « 5 soli », ces traversées en solitaire proposées par le CDN d’Orléans, Pourama Pourama est un objet théâtral non identifié, entre représentation, confession et performance scénique. Dans trois actes, dans trois lieux différents, Gurshad Shaheman nous emmène dans l’Iran de ses origines, dans sa construction personnelle par son père puis sa mère et enfin dans les tréfonds d’une recherche personnelle et sexuelle. Pour chaque lieu Gurshad Shaheman propose une performance où tous les sens sont convoqués, depuis le tactile –le contact avec son corps pour qu’il poursuive la diction de son autofiction-, le visuel, l’auditif, l’odorat et le goût pour déguster un plat iranien ou encore le sensuel.

 

Premier acte avec « Touch me » où Gurshad Shaheman remonte l’histoire avec son père, soldat sur le front de la guerre irako-iranienne des années 90 où, malade venant se soigner en France, qui lui enseigne la pudeur et surtout la distance des corps.
Avec « Taste me » l’homme de théâtre vêtu des habits de sa mère nous plonge dans ses racines avec la préparation en direct d’un plat traditionnel, un ragoût de viande aux citrons séchés et lentilles jaunes servi sur un lit de riz safrané que le public –volontairement restreint en nombre pour respecter l’intimité du moment- déguste.
Enfin avec « Trade me » Gurshad Shaheman, enfermé dans son alcôve où il convoque des spectateurs tirés au sort nous raconte sa descente aux enfers, sa plongée dans le monde sordide de la prostitution homosexuelle. Mais d’où il sort apaisé, quand sa quête vers la lumière se termine par l’apaisement de ses démons. Un récit pudique et courageux mais sans détours ni artifices, ne cachant rien de ces relations désenchantées.

Pourama Pourama est une triple performance éminemment politique. Pour autant, même si on devine chez Gurshad Shaheman le peu d’attrait pour le régime des mollahs, le spectacle n’est pas une simple dénonciation d’un pays avec lequel l’auteur n’a pas coupé ses racines. C’est avant tout – et c’est en cela que Pourama Pourama est un grand spectacle- une quête intime, dérangeante et attirante, triste et ludique, pathétique et pleine d’espoir vers l’age adulte.

J.-J.T.

http://www.cdn-orleans.com/

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.