Maroussia Gentet, muse de La Nuit des musées à Orléans

Grande lauréate du Concours International de piano d’Orléans 2018, la pianiste Maroussia Gentet  s’est produite, samedi soir, à l’occasion de la Nuit des musées et dans le cadre d’un partenariat entre Orléans Concours International et le Fonds régional d’art contemporain,  dans le grand hall des Turbulences d’Orléans.

Devant un vaste public, celui des habitués des concerts et celui des expositions d’art, la jeune pianiste interpréta Debussy (Préludes, Etude),  Jolivet (Mana), Hector Parra ( Au cœur de l’oblique, pièce qu’elle  reprendra le 9 juin au Festival de piano de Lille), Szymanowski ( Shéhérazade, de Masques, pièce que la pianiste avait récemment donnée au  Théâtre des Bouffes du Nord,  à Paris). 

A l’issue de ce récital où Marousia Gentet est allé à la rencontre du public,  expliquant et analysant son programme,  présentant les différents compositeurs et se confiant sur sa relation personnelle avec l’œuvre, la brillante et si sensible interprète a donné trois rappels,  trois extraits d’Iberia  d’Albeniz ( inscrits au programme de musique espagnole que l’artiste donnera le 7 août à la Roque d’Anthéron).

Visiblement émue par ce concert faisant suite à un très beau concours et s’inscrivant dans des liens  ténus entretenus avec le Fonds régional d’art Contemporain, Isabella Vasilotta,  directrice artistique d’Orléans Concours  a, bien entendu, tenu à présenter ce concert,  “belle occasion de faire dialoguer et s’enthousiasmer des publics différents qui ont vocation à se rencontrer”.

A noter que Maroussia Gentet sera de retour à Orléans le 5 août pour interpréter,  au Théâtre, avec le Quatuor Diotima,  La Truite, de Schubert.

Jean-Dominique Burtin

Photos: Patrick Nachbaur

http://www.frac-centre.fr/

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. effectivement un moment assez unique au Frac samedi soir, avec une interprète qui a su créer un lien avec un public pas forcément si habitué que cela à la musique contemporaine. Sachons préserver une culture de qualité, accessible à tous.

Les commentaires pour cet article sont clos.