L’alimentation au menu de l’Assemblée

Le projet de loi sur l’équilibre des relations commerciales dans l’agroalimentaire et une alimentation saine et durable est examiné depuis mardi à l’Assemblée. 2627 amendements ont été déposés ce qui annonce des débats animés. Ce projet de loi résulte des états généraux de l’Alimentation et entend favoriser la reconstruction des prix en prenant en compte les coûts de production de chaque acteur. 

Il n’est pas certain que les résultats soient à la hauteur des ambitions de départ ce qui n’empêchera pas une marche en avant non négligeable avec des prises de conscience. On peut compter sur Matthieu Orphelin, député LREM de la première circonscription du Maine-et-Loire pour animer les débats. Sur ce texte, passant outre les consignes de son groupe qui exigent des députés de ne pas déposer d’amendements individuels il en a déposé 12 en son nom propre. Seul un avait été retenu lors de la réunion de balayage de jeudi dernier que la majorité convoque avant l’examen de tout texte afin de sélectionner les seuls amendements qui seront déposés au nom du groupe.

Matthieu Orphelin à la manœuvre

Matthieu Orphelin

A l’évidence Matthieu Orphelin n’en a cure. L’écologie est la culture de cet ingénieur de 45 ans diplômé de l’Ecole centrale de Nantes spécialité environnement et docteur en énergie de l’Ecole des mines de Paris, spécialiste des politiques énergétiques et de lutte face aux changements climatiques. Il a effectué l’essentiel de sa carrière au sein de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), de 2007 à 2010 il a participé au Grenelle de l’Environnement. Tête de liste d’Europe Ecologie les Verts en Maine-et-Loire lors des élections régionale de 2010, proche de Nicolas Hulot lors de la primaire écologiste de 2011. En 2017, il rejoint la République en Marche. Début 2018, il fait partie d’une centaine de députés LREM qui s’opposent à une proposition de loi souhaitée par le gouvernement et portant sur les conditions du placement en centre de rétention des étrangers soumis au règlement européen sur l’asile.

Il ne faut donc pas s’étonner que l’un des amendements qu’il a déposés concerne le glyphosate. Celui-ci a été cosigné par une quarantaine  de ses collègues LREM. « Je ne trahis rien. Ce n’est pas pour mettre en difficulté la majorité mais pour traduire une promesse de campagne d’Emmanuel Macron » mais aussi comme une piqûre de rappel à l’adresse de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture qui doit tenir compte des résistances agricoles.

F.C.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail