Le CADO fête ses trente ans au Théâtre d’Orléans

Ce mardi, c’est dans la plus grande tradition que se déroule, salle Touchard du Théâtre d’Orléans, la présentation publique de la saison 2018-2019 du CADO,  Centre national de création d’Orléans Loiret Centre. Une fois encore, artistes et metteurs en scène se succèdent sur la scène du Théâtre pour évoquer les pièces du nouveau rendez-vous. Il célèbre cette  fois le trentième anniversaire de l’institution orléanaise et départementale.

Christophe Lidon, salle Touchard. cl Marie Line Bonneau

A l’heure où bon nombre  se souviennent de l’action entreprise par Jean-Claude Houdinière et Loïc Volard, deux hommes de l’art qui donnèrent les trois coups de cette grande entreprise  avec en ouverture François Périer dans le rôle principal et prenant de Mort d’un commis voyageur, Christophe Lidon, Directeur du CADO,  qui crée cette  saison La vie est un songe, de Pedro Calderon de la Barca, s’affirme comme un maître de cérémonie, attentif, disert et chaleureux.

Bouquet de roses et Bal clandestin.

Antoine Rault, Lorant Deutsch, Christophe Lidon. cl Marie Line Bonneau

En lever de rideau de cette soirée des trente ans,  ce dernier se présente ainsi sur scène avec un bouquet de trente roses rouges qu’il descend dans la salle  offrir, une à une,  ici et là, aux spectatrices et spectateurs invités à fêter en communion une programmation souhaitée “répondre aux attentes de chacun”.  Touchés et surpris, souvent souriants, les applaudissement  l’accompagnent dans sa déambulation par les travées.

En intermède de chaque présentation se produit par ailleurs le quatuor musical Le bal clandestin,  délicieux ensemble qui ne manque pas de distiller, résolument sous le charme, un Fly me to the moon, pièce d’une sensuelle mutinerie pour annoncer l’entrée en  scène de Anne Parillaud, inoubliable Nikita mais ici renversante Mrs Robinson de la pièce Le Lauréat proposée dans une mise en scène de Stéphane Cottin.

De Lorant Deutsch à Anne Parillaud

“Le bal clandestin” cl. Marie Line Bonneau

A l’occasion  de cette chaleureuse conversation au long cours théâtralisée, offerte aux abonnés et aux adhérents de l’association théâtrale Le Cercle, Christophe Lidon  accueille également l’auteur Antoine Rault et l’incandescent Lorant Deutsch pour Terminus. “Cette pièce est une ligne droite à flux tendu, on ne va vous lâcher du début jusqu’à la fin” lance l’interprète. “Vous finirez en sueur “ lance ce gourmand d’en découdre aux amoureux des florilèges du boulevard haut de gamme.

“Synonyme d’emballement, d’adrénaline et de swing “ est   cette pièce qui évoque de manière joyeuse et troublante  la fin de vie de Feydeau,  ajoute Christophe Lidon. Il y a ici  une “esthétique de haute couture” poursuit ce dernier, admiratif, à l’adresse de Nicolas Briançon qui interprète et met en scène Faisons un rêve, de Sacha Guitry.

“Le public est une vague d’amour à laquelle on se lie”

Radieuse est ensuite Anne Parillaud qui vient parler de son personnage,  de cette Mrs Robinson dans Le Lauréat, rendez-vous donné dans une mise en scène de Stéphane Cottin: “J’ai toujours été attirée par les personnages transgressifs. Ici, il s’agit d’une femme belle sous des allures d’arrogance et de prédatrice. Elle me bouleverse et me touche”. Et Anne Parillaud, finement rock et souriante de poursuivre: “Lors du travail , j’ai senti  énormément de bienveillance autour de moi. Mais si les partenaires sont des protecteurs, le public fait totalement partie de la pièce. Il est une vague d’amour qui submerge et à laquelle on se lie”.

Gaël Giraudeau et Gérard Desarthe cl. Marie Line Bonneau

“La présence de Gérard Desarthe nous honore, il va mettre le feu au plateau et nous pousser à nous dépasser”. Tels sont encore les mots  reconnaissants de Christophe Lidon, metteur en scène de “La Vie est un songe”, de Pedro Calderon de la Barca, nouvelle création du CADO qui célébrera une pièce flamboyante et baroque du XVIIe. Pourquoi Gérard Desarthe a-t-il accepté de jouer ? “Parce que j’aime raconter de grandes histoires, parce que c’est un classique et que je trouve que ces œuvres perdent aujourd’hui du terrain.” A noter que le comédien tient aussi , ce samedi,  à  célébrer avec admiration, la présence poétique essentielle,  celle des rôles féminins de cette pièce entre songe et réalité.

Peu avant que soit donné Pourquoi, de et avec Michael Hirsch, Christophe Lidon salue deux spectacles CADO Plus, à savoir,  Douze millimètres, grande cuisine de Vincent Juillet,  et Le sourire du chat, spectacle magique de, et avec,  Elisabeth Amato.

Bref, une  belle soirée où il est  aussi  annoncé que, pour cause de trentième anniversaire,   le tarif Jeune de la nouvelle saison s’appliquerait à tous les jeunes de… moins de trente ans. Malicieux coup de théâtre.

Jean-Dominique Burtin

Photos: Marie- Line Bonneau.

Saison du CADO 2018-2019 au Théâtre d’Orléans

– Terminus, d’Antoine Rault, mise en scène de Christophe Lidon. Avec Maxime d’Aboville, Valérie Alane, Chloé Berthier, Lorant Deutsch, Bernard Malaka.
Salle Touchard, du 28 septembre au 12 octobre 2018.

– Faisons un rêve , de Sacha Gutry, mise en scène de Nicolas Briançon. Avec Nicola Briançon, Aline Dufour, Eric Laugérias et Michel Dussarat.
Salle Touchard, du 5 au 15 décembre 2018.

Le Lauréat, adaptation de Terry Johnon, mise en scène de Stéphane Cottin. Avec Anne Parillaud, Arthur Fenwick, Marc Fayet, Françoise Lépine, Jean-Michel Lahmi, Adèle Bernier.
Salle Touchard, du 9 au 25 janvier 2019.

La Vie est un songe, de Pedro Calderon de la Barca, mise en scène  et scénographie de Christophe Lidon. Avec Frédéric Andrau, Jérôme Anger, Gérard Desarthe, Lina El Arabi, Valentine Galey, Gaël Giraudeau, Dominique Pinon.
Salle Touchard, du 22 mars au 5 avril 2019.

12 millimètres, de Vincent Julliet et Melissa Drigeard , mise en scène de Julien Boisselier.
Salle Vitez, du 23 avril au 5 mai 2019.

Le sourire du chat, de et avec Elisabeth Amato.
Salle Vitez, du 11 au 23 juin 2019.

En savoir plus: www.cado-orleans.fr

Souscription des abonnements à partir du 23 mai.

Stéphane Cottin et Anne Parillaud cl. Marie Line Bonneau

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Les commentaires pour cet article sont clos.