Olivet : la ministre des Armées passe en revue le 12e régiment de Cuirassiers

Florence Parly, ministre des Armées, accompagnée du Chef d’état-major de l’Armée de Terre Jean-Pierre Bosser, a visité le 12e Régiment de Cuirassiers d’Olivet vendredi 25 mai. Le régiment, fondé en 1668 par Louis XIV fête cette année son 350e anniversaire. La ministre a inauguré une zone d’entrainement urbain, visité le simulateur de tir et s’est exprimé aux personnels. Elle n’a cependant pas fait d’annonces fracassantes, mais confirmé l’accélération du programme « Scorpion », qui permettra de mieux équiper les personnels de l’Armée de Terre en « petit matériel » du quotidien.


« Que reste-t-il, 350 ans après, des premiers cuirassiers de Dauphin Cavalerie ? Une devise : au danger, mon plaisir. Le sens de l’action, le service, le sens de l’engagement ». Devant quasiment la moitié des 850 cuirassiers du « 12e Cuir », Florence Parly, ministre des Armées, est venu célébrer à sa façon le 350e anniversaire de cette unité de combat polyvalente, tournée vers l’engagement, créé en mars 1668 par Louis XIV pour assurer, à l’époque, la protection de son fils, le Dauphin de France. Accompagnée du général Jean-Pierre Bosser, Chef d’état-major de l’Armée de Terre (CEMAT), du colonel Régis Anthonioz commandant le régiment, et d’une pléiade de généraux et même un amiral, la ministre a fait la tournée des popotes, ou presque.

Elle a pourtant très sérieusement commencé, en inaugurant une très attendue zone d’entrainement urbain au quartier Maison-Fort à Ardon, où les officiers lui ont présenté les différentes innovations et modernisations de l’Armée de Terre, comme ce carnet de bord digital permettant de remiser au placard les bons vieux carnets papiers pour les chefs de char à la fin d’une mission, ou encore l’application smartphone SIMAT qui récolte les données quasiment en temps réel de tous les véhicules. La même chose existe pour le tir. Gain de temps à la fin d’un exercice et cela évite de devoir repasser « au bureau » pour assurer la saisie…

Nouveaux treillis ignifugés, nouveaux gilets pare-balles, et “Plan famille”

Un peu plus loin et un exercice de déplacement dans la zone urbaine plus tard (voir notre vidéo ci-dessus), Florence Parly s’est fait expliquer le simulateur de tir sous tourelle par les instructeurs. Un petit joujou qui vaut en général un peu plus que le prix d’un char lui-même, mais qui permet à l’équipage de s’entrainer dans les conditions réelles. Après un bref échange au 4e escadron avec notamment deux personnelles responsables des relations avec les familles – les problématiques sont nombreuses du fait de l’éloignement fréquent et des mutations des soldats, sous-officiers et officiers – la ministre des Armées s’est adressée aux cuirassiers dans une courte allocution. Elle a confirmé le renouvellement des équipements – le programme « Scorpion » va être accéléré – afin que les soldats ne prennent plus sur leurs deniers personnels pour s’acheter le petit équipement du quotidien, ce qu’ils font depuis plusieurs années à cause du drastique régime budgétaire auquel ils étaient jusqu’alors soumis. Nouveaux treillis ignifugés, 25.000 nouveaux gilets pare-balles livrés d’ici à 2020. « Tout cela devrait rendre vos vies et vos démarches plus faciles », a-t-elle exprimé devant une assistance visiblement en attente. Côté « Plan Famille », lancé il y a un peu moins d’un an, Florence Parly précise « qu’un tiers est déjà entré en application, par exemple 70 % des affectations sont connues au moins cinq mois à l’avance. Ce sont aussi plus de places en crèches pour vos enfants. Ou encore l’arrivée du wifi dans les unités, ce qui est le cas ici depuis février dernier ».

Peu disserte sur l’affaire des agents de la DGSE “retournés” par une puissance étrangère

Celle qui avait déjà visité le 12e Cuirassiers au Mali au moment des fêtes de fin d’année 2017, se dit « heureuse de les avoir rencontré ici, dans leur base ». Elle ne s’est cependant pas trop étendue sur l’affaire des deux agents retraités de la DGSE placés en détention provisoire depuis décembre dernier (a-t-on appris le 24 mai seulement) ainsi que la conjointe de l’un d’entre eux, soupçonnés d’avoir livré des informations à une puissance étrangère. « Ce sont des actes susceptibles d’être qualifiés de trahison, d’une extrême gravité » a-t-elle précisé en fin de visite au 12e Curassier. « Mais je tiens à préciser qu’ils ont été découverts grâce à la DGSE elle-même. La justice est saisie dans le cadre de l’article 40, c’est entre les mains du procureur de la République de Paris. C’est une affaire de contre-espionnage qui nous invite à redoubler de vigilance ». Interrogé sur la « puissance étrangère » qui aurait « tamponnée » ces agents doubles, la ministre ne confirmait cependant pas, au soir du 25 mai, qu’il s’agissait de la Chine.

F.Sabourin

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pas d’annonce concernant l’avenir ou l’utilité des chars Leclerc ? Rien sur le coût pharamineux de leur entretien et leur faible disponibilité ? Et les patrouilles motorisées ou à pied du plan Vigipirate ? Est-ce bien la mission en temps de paix de nos armées ?

Les commentaires pour cet article sont clos.