Orléans : Louis XI ne verra plus la Loire

Les séminaristes de Saint-Aignan n’en croient pas encore leurs yeux : tel un champignon le projet immobilier dit de la Capitainerie situé quai du Fort-Alleaume a poussé en quelques mois fermant définitivement la vue de leur jardin sur la Loire, jardin qui avait la particularité historique d’avoir vu Louis XI y admirer la Loire lorsque, roi de France, il vint pour plusieurs semaines en 1461 résider au Cloitre Saint-Aignan dans “sa bonne ville d’Orléans”. Et tant pis pour l’histoire de ce site classé qui était toujours accessible lors des journées du patrimoine offrant un panorama exceptionnel sur le paysage de Loire.

Car coté quai, l’implantation du bâtiment en cours d’achèvement ne manque pas aussi de choquer le passant attentif qui a vu ainsi disparaitre la vue depuis les quais de l’imposante église Saint Aignan, classée monument historique (qui domine ce promontoire de la moitié de sa taille d’origine après les destructions des guerres de religions) : sa haute silhouette disparait dorénavant derrière ce nouveau bâtiment qui dépasse vaillamment de deux étages la ligne des toits mitoyens.

Un site classé protégé ?

Alors bien sûr on s’interroge sur ce que l’on avait cru être la protection des sites classés, lorsque l’on connait le caractère tatillon de l’Architecte des bâtiments de France dans cette zone protégée du centre-ville d’Orléans, lui qui interdisait par exemple le mobilier urbain des stations du tram rue Jeanne-d’Arc. On s’interroge doublement puisque l’ensemble de ce site du bord de Loire est classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Nous avons donc interrogé ces responsables et leurs réponses sont proprement stupéfiantes. Si l’actuel Architecte des bâtiments de France impute la responsabilité de l’autorisation à son prédécesseur affirmant qu’il n’aurait sans doute pas donné son autorisation à cette construction au vue de sa réalisation (!), Myriam Laidet, responsable de la Mission Loire, regrette, au vue des photos communiquées, cette autorisation pour laquelle elle n’a pas été consultée et invoque le peu de moyens dont elle dispose pour “surveiller” toutes ces “petites” constructions qui modifient le paysage de la Loire pourtant protégé par ce classement.

Sa conclusion est que si ce bâtiment “regrettable” a pu voir le jour c’est de la faute des riverains qui n’usèrent pas de leur droit de recours lors du dépôt du permis de construire…
Qu’on se le dise !

Et la mairie d’Orléans ?

Quant à la mairie d’Orléans, l’adjointe à l’urbanisme, Muriel Cheradame se refuse à commenter les propos de ces deux responsables, se retranchant derrière le permis de construire obtenu dans le respect de la procédure (voir le communiqué ci-dessous). Pourtant la lecture du Plan Local d’Urbanisme ne manque pas elle aussi de poser question quant à l’élasticité de son interprétation: il y est spécifié dans le ZPPAUP (?) qui qualifie cette partie du quai comme la vue plus “qualitative”(p.188), que les bâtiments dans ce secteur ne devront pas dépasser trois étages + combles, la Capitainerie semble pourtant bien en comporter quatre pour les riverains, de même que “l’épannelage”, c’est à dire la ligne générale des toits, n’est manifestement pas respecté comme notifié, avec un toit deux étages au dessus des constructions mitoyennes. (Voir OAP 3)

Au moment où la loi ELAN (« l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique ») en discussion au parlement remet en cause le pouvoir discrétionnaire des Architectes des bâtiments de France, les habitants des cœurs de villes et amoureux du patrimoine sont autant excédés par des contrôles quasi inquisitoriaux dès qu’il s’agit d’entreprendre la moindre rénovation (le document fournit par la ville d’Orléans lors d’un changement de fenêtre comporte pas moins de 224 pages), que par le laxisme qui semble prévaloir dès qu’il s’agit d’une construction projeté par un promoteur immobilier qui n’hésite à faire couler le béton à flot au cœur de notre patrimoine historique.

GP

Vue du projet figurant sur le site du promoteur AMO

Le communiqué de la Mairie d’Orléans:

Le permis de construire obtenu dans le programme évoqué a été délivré le 28 octobre 2015 après organisation d’une réunion publique pour permettre aux riverains de s’exprimer sur le sujet. Ce PC a fait l’objet d’un avis favorable de l’ABF.  Un PC modificatif a été délivré le 2 mars 2018. Ce dernier prenait alors en compte la prescription de la DRAC qui entrainait une modification du niveau de sous sols (-1m50). Il a toujours été question, dans ces deux documents délivrés, d’un programme en R+3+combles et non de 4. 

Les prescriptions de l’ABF ont été reprises dans l’arrêté de délivrance et les deux PC sont conformes à l’ensemble des règles d’urbanisme en vigueur. Il n’est donc pas question de « laxisme » mais bien d’un projet privé qui a suivi les règles de procédure classique et qui a fait l’objet d’un avis favorable de l’ABF et d’une concertation avec les riverains.  En conséquence de cela, les permis ont été délivrés.

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Merci de soulever ce souci d’intégration architecturale. Dans la zone UA du PLU dans lequel s’inscrit le quai du Fort Alleaume, la hauteur maximale des constructions est fixée à 12 mètres. L’immeuble en cours de construction n’est-il pas plus haut ?

  2. Il semble que M le Maire n’a vraiment rien à faire des quais de Loire et du patrimoine historique… ou trop à faire de certains promoteurs …
    Un peu plus loin 10 quai du Fort Alleaume un immeuble de bureaux appartenant à une association a été transformé en logements sans permis de construire donc sans contrôle de la collectivité . Un ravalement de façade à fort opportunément fait disparaitre fissures et témoins éclatés: est-ce bien raisonnable ?

    • Et c’ est en ZPPAUP . Savez vous ce que c ‘ est et à quoi cela sert ?

  3. Rue des Halles, nouveau batiment du Conseil régional rue de l’université, résidences rue St Flou, rue des Carmes… Des verrues et une exonération des règles Zppaup et autres dès lors qu’il s’agit de l’Administration ou se promoteurs. Mais le citoyen lambda, lui, est soumis à des règles absurdes et hyper directives pour changer une fenêtre qui a une durée de vie de 10 ans, refaire sa toiture ou repeindre ses volets. Et ça coûte cher. Mais bon en a rien à faire des habitants du Centre ville. Ils ne sont bons qu’à dépenser dans leur façade pour la belle vitrine du maire et à meubler le quartier pour les très attendus touristes… bref nous sommes des faire valoir et des figurants.

    • Exact , concernant les ” administations ” , au sens large ; elles sont ” au dessus des textes ” . Il en fut ainsi pour ” le cube ” du CRDP ” si moche ” , qui , malgré les protestations d’ Orléans Ville d’ Art fut édifié tel que vous le voyez ….

  4. Ouah, c’est vraiment beauf et moche. De la construction de province et non de l’architecture, qui fleurit malheureusement dans toute la France… en plus dans une zone patrimoine mondial. Il y avait-il un architecte au moins!….
    En tout cas c’est pas aux citoyens ou riverains d’interdire ou d’autoriser la construction de merdouilles pareilles…. mais des autorités.
    C’est qui l’andouille, le copain, la copine, l’inconscient ou l’incompétent-e (fonctionnaire ou/et élu) qui n’a pas fait son travail ?

    Une pétition sur Change.org pour démolir la mycose du capitaine… Pour que Louis XI, les séminaristes et les Orléanais aiment vraiment Orléans!

  5. je ne comprends pas qu un tel immeuble soit construit sur les bords de Loire..que l architecte des batiments de France, qui est très rigoureux par ailleurs , puisse accepter cela!! nous avions une super belle vue sur l église St Aignan, cet immeuble qui surplombe par sa hauteur toutes les maisons voisinantes, c est très choquant et laid!!

  6. Oui… Bon, c’est vrai, on a vu pire dans le genre immeubles de front de Loire…
    Cependant, pour respecter la ligne des constructions anciennes à cet endroit des quais, au plan esthétique c’est au moins 1 étage en trop…
    Mais les règles auraient été respectées…
    Satanées règles, qu’on ne connait généralement que trop tard, quand le mal est fait !
    Bah ! de toute façon, ces pauvres séminaristes ne regardaient jamais la Loire puisqu’ils ont perpétuellement les yeux tournés vers le ciel ! 😉

  7. Navrant. Que des fonctionnaires se justifient par le “Reglement”, c’est déjà limite, mais que des politiques/élus le fassent aussi c’est insensé.
    Bonjour pour nous faire croire qu’une fenetre en bois est mieux qu’une fenetre en pvc.

  8. Ah qu’elle est belle la démocratie Carré ! et que sont donc ces vilains (non nobles) qui osent afficher leur esprit acrimonieux face à une si belle opération financière ?
    Le/les promoteurs de cette opération ainsi que leurs complices devraient recevoir la légion d’honneur.
    Et qu’ont donc dans leur tête les ceusses qui croient (encore) que nous sommes tous égaux devant la loi.Il y a ceux qui lisent les textes et les respectent et ceux qui lisent les textes pour ne pas les respecter sans se mettre hors la loi.

  9. Quand je suis arrivée à Orléans en 1989 j’ai été dévastée de voir l’architecture de la Sécurité Sociale à côté de la soi-disant maison de Jeanne d’Arc ? Ensuite j’ai assisté à la verrue médiathèque ? Puis j’ai vu le FRAC, alors, désormais à Orléans plus rien ne m’étonne. J’ai rarement vu une ville ou l’architecture était à ce point disparate.

  10. la ville d orléans a bien changé!! en bien il faut le reconnaitre..que de quartiers ont été refaits!!
    ce qui me choque c est le voir la place ou se trouve la très belle église St pierre le Puellier, lieu d expositions, dans un état lamentable!!ou des touristes passent régulièrement…que de promesses faites par la ville sur ce lieu mais ne voient jamais le jour ..

Les commentaires pour cet article sont clos.