Blois : tous derrière l’ADA Basket 41 !

En passe d’accéder à la Pro A de basket sous réserve de validation de son centre de formation par le ministère des Sports, l’ADA Blois Basket peut se prévaloir du soutien plein entier de tous ses partenaires financiers. Ces derniers étaient réunis le 1er juin dernier à la mairie de Blois pour envisager une rallonge budgétaire.


Dans le prolongement du courrier cosigné et adressé le 22 mai dernier à Laura Flessel, ministre des Sports, Marc Gricourt, maire de Blois et 1er vice-président de la Région Centre-Val de Loire, Mohamed Moulay, vice-président délégué aux sports, Nicolas Perruchot, président du Conseil départemental de Loir-et-Cher et Christophe Degruelle, président de la Communauté d’Agglomération de Blois se sont donc rencontré pour préparer l’avenir dans ce qui peut apparaître comme un tour de table.

À leur côté pour cette importante réunion de travail, Michel Pillefer, président du Basket Club Entreprises (220 entreprises partenaires) et Paul Seignolle, président de l’ADA Blois Basket 41. Ce dernier a précisé que le budget prévisionnel s’élèverait à 2,245 M€ (1) et que le club aurait besoin de 800.000 € supplémentaires. Sur cette somme, le président Seignolle espère obtenir « 400.000 € de partenaires privés ».

Le reste de la somme (400.000 €) devrait faire l’objet de subventions publiques versées par le quatuor de collectivités. Une répartition à parts égales semble possible tandis que la communauté d’agglomération Agglopolys, propriétaire du Jeu de Paume, prendrait à sa charge les frais de mise aux normes télévision de l’éclairage (72.000 €). (2)
Il reste que le budget de l’ADA Blois Basket sera le moins élevé des clubs évoluant Pro A. « Nous serons le Petit Poucet », a déclaré P. Seignolle qui compte appuyer d’abord l’avenir sportif de l’ADA sur une politique de formation performante. Pas question donc, comme certains clubs financés à 72 % par les collectivités, de faire jouer des mercenaires ! Pour le président, le bon modèle est Bourg-en-Bresse. Le club de l’Ain ayant toutefois plusieurs partenaires à 100.000 € ce qui n’est pas encore le cas de l’ADA.

« On va se donner les moyens pour continuer à sortir des jeunes de talent à l’image d’Assane Ndoye ou Thomas Hieu-Courtois cette saison. Un entraîneur d’expérience ayant évolué dans de grands clubs va prendre en charge le centre de formation au côté de David Pipereau qui en prendra la direction », a développé Paul Seignolle en annonçant que 196.500 € sera affecté à cette structure.

Blois capitale sportive de la Région

Tous les partenaires ont souligné l’importance de l’ADA comme levier social et économique de l’agglomération. P.Seignolle dira même de son côté, non sans humour : « après la descente du Tours Football Club, Blois sera la capitale sportive de la région en 2018 ». Ça vaut bien un petit effort financier pour que le l’ADA consolide le travail de fond réalisé depuis plusieurs années, non ?

(1) Société anonyme sportive professionnelle et association.
(2) C.Degruelle a par ailleurs annoncé qu’il ferait en sorte que les jeunes du centre de formation s’entraînent au Jeu de Paume.

J-L. Vezon

 

 

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail