Boira-t-on du vin de Chambord en 2019 ?

Au Domaine national de Chambord, le vin n’est pas encore tiré mais il a déjà un goût de bouchon : contesté par le groupe américain Brown-Forman, il ne pourrait utiliser la marque Chambord pour sa future cuvée.


Propriétaire des liqueurs de Chambord, fabriquées à Cour-Cheverny, le groupe américain Brown-Forman (3 milliards de dollars de chiffre d’affaires) conteste devant le TGI de Paris le droit du Domaine national à utiliser le nom de Chambord pour son vin, dont les premières bouteilles sont attendues en 2019, afin d’arroser les festivités du 500e anniversaire de la Renaissance en Val-de-Loire. Installé dans le Kentucky, Brown-Forman (qui détient notamment le bourbon Jack Daniels) lance une belle pierre au milieu des ceps de vigne plantés en juin 2015 à grand renfort de communication. Jean d’Haussonville, directeur du Domaine national, n’en revient pas : « C’est impensable qu’une ligueur nous empêche d’utiliser le nom d’un patrimoine national pour notre propre production. Chambord a cinq siècles d’histoire, et nos produits viennent du terroir, du terroir de Chambord » déclare-t-il. Brown-Forman fabrique à Cour-Cheverny – à seulement quelques kilomètres du château – la fameuse liqueur de Chambord, et l’exporte très majoritairement.

Lors de la plantation des vignes de Chambord (cépage romorantin) en juin 2015.

Jean d’Haussonville, issu du corps diplomatique, en est au stade des négociations avec Brown-Forman, et espère des contreparties. Il espère surtout que ce cas ne fera pas école, et appelle à la vigilance : « Est-ce que nous voulons que d’autres exploitent à notre place ce qui fait la signature de notre pays ? ».

En 2010 déjà, le château de Chambord avait eu maille à partir avec la bière Kronenbourg, qui avait utilisé l’image de Chambord pour faire la publicité d’une de ses bières. Le tribunal ne lui avait pas donné raison, mais un « amendement Chambord » a été ajouté à la loi sur le patrimoine en 2016. Celle-ci renforce la protection des marques qui peuvent se trouver être des monuments. Brown-Forman mettra-t-il de l’eau dans ses liqueurs ? Il vaudrait mieux, faute de quoi Chambord pourrait bien verser des larmes plein sa bière…

F.S.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.