Orléans : les AG de quartiers, ces endroits où l’on cause…

« Proximité et rayonnement », les deux mamelles orléanaises à laquelle biberonne le maire Olivier Carré, qui entame à partir du 11 juin jusqu’au 5 juillet non pas la coupe du monde de foot mais les assemblées générales de quartiers. C’est l’occasion pour les habitants de dire tout haut ce qu’ils disent souvent tout bas dans les chaumières, ou par courriers, ou par commentaires sur les réseaux sociaux. Toutes les questions sont bonnes à poser. Le maire s’y prépare, comme pour un match.

Franchir la Loire, tout un programme…

Propreté des rues, encombrants, dépôts sauvages d’ordures ménagères, sécurité, transports, permis de construire « qui posent question », état de la voirie, crottes de chiens, herbes folles, poteaux mal placés… La liste est longue comme un inventaire à la Prévert des sujets qui font causer dans les quartiers d’Orléans. « L’ordre du jour, c’est la ville et sa vie quotidienne, en présence du maire et de ses adjoints », insiste Olivier Carré, qui dit recevoir une centaine de lettres par semaine, et les lire toutes, parfois en y répondant directement. Des félicitations (rares) ; des engueulades (rares aussi) ; des suggestions (fréquentes). Les AG de quartiers débutent le 11 juin et s’étaleront jusqu’au 5 juillet (voir calendrier ci-dessous). La parole est libre, le maire insiste là-dessus, mais c’est parfois plus difficile d’aller s’exposer au grand jour que de commenter derrière le mur rassurant d’un réseau social ou d’un courrier…

La passerelle, “le plus tôt possible”

Des sujets de vie quotidienne qui intéressent « les gens » autant, si ce n’est davantage, que les grands projets orléanais : réhabilitation de l’ex hôpital Porte-Madeleine ; circulation sur le pont George V ; passerelle cyclo-piétonne enjambant la Loire… Cette dernière a été largement abordée, lors d’un rendez-vous presse où Olivier Carré exposait les enjeux de cette tournée des AG. « Il y avait quatre scenarii : la suppression d’une voie voiture mais là on se heurte au blocage total des commerçants. Le passage du tramway sur une seule voie : on me disait que ça n’était pas possible hors ça le serait mais cela contraindrait fortement le flux voiture en le déportant ailleurs. La passerelle en encorbellement du pont lui-même mais l’architecte des bâtiments de France (ABF) dit non. Reste donc une passerelle entre le pont George V et le pont Joffre, pas trop près du pont George V préconise l’ABF et ça tombe bien car c’est mon avis aussi ». Les contraintes de la future passerelle ne sont pas mince : la Loire, en elle même une contrainte, est classée au patrimoine mondial de l’Unesco : on ne fait pas n’importe quoi ni dans son lit, ni sur des berges. Sera-t-elle autoportée vue la longueur ? Quel accrochage – ancrage en tenant compte de la différence de niveau des quais entre la rive droite et gauche ? etc. Et puis le coût : entre 15 et 20 millions d’euros, « intégrés à notre capacité de financement » affirme le maire d’Orléans, qui lance en ce moment les études de faisabilité, en espérant pouvoir faire démarrer le concours l’année prochaine pour une ouverture « le plus tôt possible ».

« Ces grands projets seront d’autant plus acceptés si le quotidien des habitants est correct, et s’ils sont entendus » ajoute-t-il. Les AG de quartiers sont donc faites pour cela, même si la participation est « très variable » estime Olivier Carré, « il y a des gens qui s’investissent beaucoup et d’autres qui se sont rendus compte que ça pouvait prendre beaucoup de temps ». Le maire et ses adjoints ont six rendez-vous à l’agenda pour prendre les ressentis et les attentes des habitants quartiers par quartiers. Avant d’envisager les grands projets pour demain…

F.Sabourin

Le programme des AG de quartiers :

Secteur Saint-Marceau, en présence de l’adjoint de quartier Mathieu Langlois :
Lundi 11 juin – 19h – salle de la Cigogne, Rue Honoré-D’Estienne-D’Orves

Secteur Ouest (Dunois, Madeleine), en présence de l’adjoint de quartier Sébastien Hoël :
Lundi 18 juin – 19h – Gymnase Amarger, 48 bis, rue Basse-d’Ingré

Secteur Nord (Acacias, Blossières, Gare), en présence de l’adjoint de quartier Laurent Blanluet :
Mercredi 20 juin – 19h – Salle Yves-Montand, 1, Rue Charles-Perrault

Secteur Est (Barrière Saint-Marc, Argonne, Faubourg Bourgogne),
en présence de l’adjointe de quartier Florence Carré :
Lundi 2 Juillet – 19h – Salle Belle-Croix, 43 Rue du Poirier-Rond

Secteur Centre-Ville, en présence de l’adjointe de quartier Brigitte Ricard :
Mercredi 4 Juillet – 19h – Salle Eiffel, 15, Rue De-La-Tour-Neuve

Secteur La Source, en présence de l’adjointe de quartier Niamé Diabira :
Jeudi 5 Juillet – 19h – Salle Pellicer, Rue Édouard-Branly

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Membre d’un conseil consultatif de quartier (CCQ) en tant que membre volontaire (Orléans Nord) je peux témoigner que dans ce secteur Nord participation rime avec néant, rien.
    L’adjoint au maire décide seul de tout c’est à dire de rien, pas de réunions d’ateliers sauf si on insiste beaucoup, des réponses à l’emporte pièce du genre ” ce que demande les gens n’est plus possible il y a un nouveau règlement” et renseignement pris auprès de la mairie il n’y a pas de nouveau règlement!.
    Ces assemblées générales de quartiers ne servent à rien d’autre qu’à faire croire aux citoyens-électeurs qu’ils sont écoutés … (une fois par an) alors qu’une véritable coopération, un véritable travail ensemble nécessiterait que ces messieurs et dames descendent de leurs fauteuils et s’assoient avec nous.
    Mais ils risqueraient d’entendre autre chose que le bruit de fond des “pas dans mon jardin… ces étrangers qui ne vivent pas comme nous… plus de répression et autres rancoeurs qu’ILS nourrissent par leur façon de gérer la cité.

    • Alors que nous n’avons certainement pas les mêmes opinions politiques (rassurez-vous, je ne suis pas un extrémiste), et bien je partage absolument vos commentaires.
      J’habite “Gare-Pasteur-St Vincent” donc quartier nord, je fais le même constat, c’est désolant, énervant !
      J’ai eu l’occasion de rencontrer une seule fois mon “chamallow” de quartier.
      J’ai posé une question, j’ai été renvoyé dans les cordes. Il m’a répondu “et bien moi je suis au chômage” !
      Désolé pour lui, mais que voulez-vous répondre à cela et comment engager un dialogue constructif ?
      En fait, il était venu entouré de son fan club (des rombières) pour déterminer l’emplacement des bancs !
      My God, what business ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail