Orléans : l’immeuble de la Capitainerie, vu depuis les quais…

L’article paru le 1er juin « Louis XI ne verra plus la Loire » a fait coulé beaucoup d’encre et surtout de salive. Il s’interrogeait sur la construction d’un immeuble dit de la Capitainerie, quai du Fort-Alleaume, dans un périmètre classé, bouchant la vue sur la Loire depuis le jardin du séminaire. Mais le projet n’a pas été monté en catimini : le service instruction d’Orléans métropole tient à apporter certaines précisions supplémentaires. Notamment sur le fait qu’au-delà de 10 logements, tous les projets font l’objet de réunions publiques où les riverains peuvent rencontrer les promoteurs et architectes et poser toutes les questions, permettant, parfois, d’amender les projets plutôt que de se coltiner des recours.

Le chantier de l’immeuble dit “La Capitainerie”.

L’article « Louis XI ne verra plus la Loire » a suscité de nombreux partages sur les réseaux sociaux et commentaires. Même si rien ne prouve en réalité que le monarque ait vu ou pas la Loire depuis les terrasses jouxtant l’imposante église Saint-Aignan, c’est finalement accessoire. En revanche, ce qui ne l’est pas, et ce que les Orléanais doivent savoir, c’est que chaque projet déposé par des promoteurs privés, au-delà de 10 logements, fait l’objet de réunions publiques où les riverains sont invités par tracts déposés dans leurs boîtes à lettres, en plus des informations sur les supports de communication habituels de la municipalité. « Dans le cas présent, il y avait 7 logements de prévus, mais on a quand même fait une réunion publique ». C’est en tout cas ce que tenait à préciser Muriel Chéradame, adjointe en charge de l’urbanisme à la Ville d’Orléans. « Au-delà du côté réglementaire, nous sommes très volontaristes pour que les promoteurs présentent les projets avant que les permis de construire soient déposés » remarque-t-elle. Douze fois elle est allée présenter des projets de permis de construire, avec l’adjoint de proximité concerné. Une exception car tant que le permis de construire n’est pas déposé, il n’est pas consultable, le promoteur et l’architecte doivent donc jouer un numéro d’équilibriste pour présenter le projet de façon à éviter par la suite des recours devant le tribunal administratif, recours qui tirent en longueur des projets que tout le monde voudrait voir achever rapidement.

“La Capitainerie est conforme à l’orientation d’aménagement programmé”

L’église Saint-Aignan, depuis le quai du Fort-Alleaume. Le bâtiment du séminaire la cache un peu.

Mais qui vient vraiment à ces réunions ? « Parfois il y a du monde, parfois il n’y a presque personne » témoigne Muriel Chéradame. Combien pour l’immeuble de la Capitainerie incriminé dans l’article (1) ? « Deux personnes… ». Avant de préciser : « Mais il faut admettre qu’il n’y a pas beaucoup de riverains ». Pour la réhabilitation de la clinique de la rue des Murlins, une soixantaine de riverains étaient venus.

Une façon de conduire les projets « plus sereinement » dit-on, en plus du travail des 15 agents du service instruction de la ville d’Orléans et de 8 communes de la Métropole. « On regarde si le projet est conforme au PLU, dans tout ce qui est obligatoire et tout ce qui est facultatif » explique Claire Thévenet, responsable du service ADS (Autorisation du droit des sols). « On présente le projet quand il a fait l’objet de toute l’instruction réglementaire : code de l’urbanisme, code du patrimoine, instruction technique, assainissement, circulation, etc ». L’avis de l’ABF (Architecte des bâtiments de France) est donné si le projet est classé en ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager). « Cette notion de concertation permet d’améliorer les projets, c’est la raison pour laquelle on continue de le faire. Les gens disent : on ne sait pas, alors que toutes les informations sont accessibles, et pour ceux qui veulent déposer des projets, il s’agit de document Cerfa à remplir, en aucun cas des documents de 230 pages à lire… La Capitainerie est conforme à l’orientation d’aménagement programmée », termine d’expliquer l’adjointe à l’urbanisme. Avant de conclure, photo à l’appui : « quand on regarde l’église Saint-Aignan depuis les quais, on se rend compte que c’est plutôt le bâtiment des séminaristes qui bouche un peu la vue… ». Comme souvent dans pareil sujet, tout est affaire d’angle de vue.

F.Sabourin

(1) La réunion a eu lieu le 20 octobre 2015, sur site, avec Muriel Chéradame et Brigitte Ricard. Le permis de construire initial a été délivré le 28 octobre.

Le PLU d’Orléans c’est quoi ?

Le PLU d’Orléans (Plan local d’urbanisme) date de 2013, mais il est en révision actuellement du fait des modifications apportées par la loi ALUR (Accès au logement et un urbanisme rénové). Le « COS » (Coefficient d’occupation des sols) a été supprimé au profit de la seule emprise au sol et de la hauteur. Sont recherchées la rentabilisation des parcelles et la cohérence de densité de certains territoires, et la non consommation des terres agricoles par rapport aux espaces verts existants.

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bon, les divers réglements PLU ZPPAU etc ABF autorisent ce permis de construire…le resultat n’en ai pas moins malheureux, tres malheureux et pourtant les “autoriseurs” ne le disent pas. ils ne disent pas que ces divers réglements sont mauvais ou pas adaptés pour empecher ce type d’horreur. Pourquoi ne veulent ils pas le dire ?

  2. Il reste que la magnifique terrasse du jardin du séminaire va être partiellement occultée au sud
    par ce projet; le nombre de m2 créés par ce projet ne valait vraiment pas la peine d’une telle détérioration. Souhaitons à l’avenir que les riverains concernés(et l’église?) se réveillent un peu plus tôt …

  3. Cette construction porte atteinte au parc du séminaire, et c’est bien dommage pour ce magnifique jardin suspendu qui domine le quai et le fleuve! Comment la Drac a-t-elle pu laisser
    passer un tel projet?

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail