Le président de la République et « le pognon des aides sociales »

Y aurait-il de la révolution sociale dans l’air ? Emmanuel Macron en caresse l’idée. Dès mardi soir il faisait fuiter par son service de communication élyséen un cri d’exaspération « le pognon de dingue que coûtent les aides sociales ! », histoire de faire savoir au bon peuple que Jupiter allait tonner pour de bon, le lendemain, au 42e congrès de la Mutualité française, à Montpellier.

Dans les chaumières on se mit à trembler et même à claquer des dents en attendant les grandes lignes de cette révolution de la protection sociale ainsi  annoncée.

A la tribune Montpelliéraine après une bonne heure d’un exposé philosophique salué par quelques sifflets et que l’on peut résumer par, « il ne faut pas se contenter de la redistribution monétaire. La solution n’est pas de dépenser toujours plus d’argent.Nous vivons dans un pays où la promesse républicaine est souvent déçue car nous avons maintenu les droits formels qui souvent n’existent que sur le papier ».

“Contrôler” et “responsabiliser”

Dénonçant un système « trop complexe et peu humain », le président de la République a pris l’exemple du RSA, soutenant de manière assez brutale que, «  s’il avait augmenté ces dix dernières années de 80%, l’accompagnement de ses bénéficiaires avait baissé dans le même temps de 40% en termes de dépense. Or, il faut au contraire renforcer l’accompagnement au travail. Donc contrôler et responsabiliser ceux qui ont eu le réflexe de s’installer dans une forme d’exclusion. Accompagnés, ils aideront la collectivité à dépenser son argent vers les plus vulnérables ».

Le Président ? Toujours exigeant.

Le Président ? Toujours exigeant. Pas encore satisfait du discours qu’il prononcera demain au congrès de la Mutualité, il nous précise donc le brief ! Au boulot !

Publiée par Élysée – Présidence de la République française sur mardi 12 juin 2018

Pour savoir comment le chef de l’Etat entend s’y prendre pour accomplir le grand chambardement annoncé il faudra attendre. Son discours n’était que stratégique, destiné à redonner une cohérence à une approche sociale dans laquelle le pays qui ne s’y retrouve pas ne voit que du flou. A l’exception d’une loi sur la dépendance  qui sera votée avant la fin de 2019 dans un pays qui comptera 5 millions de personnes âgées de plus de 85 ans d’ici à 2050, laquelle ne se traduira pas par un simple engagement financier même si il y sera mais par « la construction d’un nouveau risque répondant à une nouvelle vulnérabilité sociale », pour y voir plus clair il faudra attendre.

“Les dépenses sociales, vous les payez”

Faisant écho aux rumeurs lancées par différents membres du gouvernement Emmanuel Macron  s’est emporté: « il ne faut pas considérer qu’il y aurait d’un côté ceux qui croient dans la transformation sociale et qui aligneraient les lignes de crédit et ceux qui n’y croient pas et qui seraient forcément pour réduire les dépenses. Mauvaise nouvelle : Les dépenses sociales vous les payez, nous les payons », a-t-il lancé avant de se féliciter de l’aboutissement d’une promesse de campagne, « conquête sociale essentielle » le remboursement intégral d’ici 2021 de certaines lunettes, prothèses dentaires et audioprothèses.

Françoise Cariès.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bravo Macron! tes patrons sont de plus en plus contents de toi , continue mon p’tit gars, fous en l’air tout ce qui créait de la communauté (oh le vilain mot ) entre les humains sur le sol de France.
    La liste est déjà longue et tu viens d’enfoncer un nouveau coin dans ce que d’en d’autres temps on appelait Fraternité, (ou solidarité).
    Je pense avec émotion à tous ces fonds de pension-gangsters, en fait une poignée d’ultra riches, qui se frottent les mains ils ont (pour l’instant) gagné un peu plus de pognon grâce à toi.
    Et tu joues “comme” un chef, juste “comme” car n’oublie pas que tu es leur subalterne, avec ta video de l’autre soir tu fais le petit Trump lui aussi leur valet de pied.
    Continue, il doit bien y avoir encore quelques pièces à ratisser , tiens dans les retraites un fric monstre à se faire en privatisant ça aussi.
    Mais à quoi ça sert d’écrire à un robot ?

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail