Une nouvelle ère pour l’Orchestre symphonique du Loiret

Dans un communiqué de presse daté du 12 juin dernier, le Conseil d’administration de l’Orchestre symphonique du Loiret et sa présidente , Emmanuelle Huet, informent officiellement de la démission de leur directeur artistique et musical, Alejandro Sandler, le 23 mai dernier.

Peu avant cette annonce, le chef d’orchestre argentin avait adressé aux musiciens de l’orchestre un long courriel chaleureux pour les remercier du travail effectué et leur faire part de son désaccord avec le cap désormais pris par la  politique musicale de l’ensemble qu’il n’entendait plus assumer. Sollicité, Alejandro Sandler n’a pas tenu à s’exprimer.

 L’Orchestre Symphonique du Loiret: « L’association remercie Monsieur Alejandro Sandler pour ces six années de collaboration et lui souhaite une bonne continuation dans sa carrière professionnelle » . Et l’OSL de poursuivre : « Dans l’immédiat, le Conseil d’administration ne souhaite pas procéder au recrutement d’un directeur artistique mais plutôt fonctionner avec des chefs invités et des formations chambristes ».

Un ensemble né en l’An 2000

Ensemble non permanent mais composé de quarante à cinquante musiciens professionnels rémunérés et pour la plupart enseignants dans les écoles et conservatoires de la région, l’OSL est une formation accueillie de manière gracieuse par la ville de Saint-Jean-de-la-Ruelle dans son école de musique et labellisée par le département depuis deux ans.

Né en  l’an 2000 sur une idée de Philippe Gabez, ensemble qui eut entre autres chefs Claude-Henry Joubert, Clément Joubert et Philippe Ferro (chef invité), l’OSL donne  deux concerts par an en grande formation, organise stage et concours de composition en direction de l’Orchestre symphonique des jeunes du Loiret.

Sa principale préoccupation fut la mise sur pieds des  OSL Variations, interventions de cordes ou de cuivres regroupant une vingtaine de musiciens avec ou sans direction. L’une de de ces OSL Variations a du reste permis d’écouter, tout récemment, Les Quatre saisons, de Vivaldi, au château de Chamerolles,   lors d’un concert programmé par le festival de Sully et du Loiret.

“L’orchestre n’appartient qu’à ses musiciens”

Lors d’une récente rencontre,  Emmanuelle Huet et Laetitia Gillardot, violonistes, Béatrice Barberon, altiste, expriment l’intention de la phalange : « Notre mission est de  porter la musique dans le département et de faire en sorte que chacun ne soit pas obligé d’aller dans une grande ville pour découvrir la musique classique ou la musique ancienne». 

Et Emmanuelle Huet, membre du CA depuis sa création et présidente depuis deux ans, d’ajouter : « L’Orchestre n’appartient pas à un chef mais à ses musiciens. Les musiciens peuvent être membres, ce sont eux qui peuvent gérer et être légitiment les ambassadeurs de leur passion. Nous, acteurs bénévoles de l’administration, ne sommes là que pour porter ».

C’est en septembre que l’Orchestre symphonique du Loiret, qui compte plus que jamais étoffer sa programmation, présentera ses projets et donnera les noms de ses futurs chefs invités dont on se doute que certains ne seront pas , par philosophie et engagement,  évidemment peu étrangers au riche vivier de la région Centre Val de Loire qu’apprécient les mélomanes.

A très court terme, c’est le 18 août au soir que l’Orchestre Symphonique du Loiret prendra part, dans la cour du château de Meung-sur-Loire à la Soirée blanche. Joli coup de jeu musical suivi d’un feu d’artifices comme un bouquet offert à la nouvelle ère de l’OSL.

Jean-Dominique Burtin

http://orchestreduloiret.com/

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bravo à Jean-Dominique pour ce festival d’articles si bien mis en musique et qui se termine en feu d’artifices.
    J’espère que les lecteurs de Mag’Centre ont le même plaisir que moi à vous lire.

Les commentaires pour cet article sont clos.