Apothéose de clôture avec l’Orchestre d’Orléans

Nul mélomane ne s’y est trompé. Le programme est magnifique et c’est à guichets fermés que l’Orchestre symphonique d’Orléans, placé sous la direction de Marius Stieghorst et dont le violon solo sera Mathieu Néveol, donnera, samedi et dimanche, ses deux derniers concerts de la saison 2017-2018.

Quelques 1.800 spectateurs vibreront ainsi, à la salle Touchard du Théâtre d’Orléans au concert intitulé Ô fortuna. En compagnie de l’orchestre (72 musiciens) et, ce qui est impressionnant, de pas moins de cinq chœurs (255 choristes), à savoir le Chœur symphonique du conservatoire d’Orléans, Cantate, Anonymus, la classe Cham du collège Jeanne-d’Arc d’Orléans, l’ensemble vocal de Musique et Équilibre de Serge Ceccaldi, et le si joli chœur des enfants du conservatoire d’Orléans que dirige avec bonheur Émilie Legroux, sera ainsi interprété l’intense Carmina Burana, de Carl Orff.

Solistes de cet événement seront Pauline Texier, soprano, Sébastien Lehmann, ténor léger, Christian Helmer, baryton. À souligner, bien entendu, qu’ Elisabeth Renault, éminente partenaire de l’orchestre, sera le chef de chœur de l’ensemble des groupes vocaux.

En première partie de concert, Marius Stieghorst a tenu à présenter la Fantasia si émouvante et caressante sur Greensleeves, de Vaughan-Williams, et le Cantique du soleil de Saint-François d’Assise, de Paul Hindemith. Voici une subtile et fabuleuse manière gothique d’entrer dans la roue de la vie qu’évoquait l’ œuvre de Carl Orff.

Jean-Dominique Burtin.

Samedi 16 juin à 20h 30, dimanche 17 juin à 16 heures, Salle Touchard, Théâtre d’Orléans. Complet.

Afficher les commentaires