Clameur et frisson pour point d’orgue à Orléans

Triomphe ce samedi soir au théâtre d’Orléans. Pour son premier des deux concerts de fin de saison,  l’Orchestre symphonique d’Orléans, placé sous la direction de Marius Stieghorst offre, à une salle comble,  un pont d’orgue  qui relève de la clameur chorale et de la couleur orchestrale à donner le frisson.

Enthousiasmant salut final. @Marie-Line Bonneau

Pauline Texier, soprano.

En compagnie de  de cinq choeurs où les enfans occupent une angélique et brillante place,  l’orchestre au grand complet  donne, en effet, en seconde partie,  le célèbre Carmina Burana , de Carl Orff,  œuvre fleuve fondée sur des poèmes médiévaux évoquant la  rou de la vie avec sa bonne fortune mais aussi  ses détresses,  ses revers,  ses émois, ses plaisirs. 

Marius Stieghorst, offrande de direction.

Trois solistes sont sur le devant de la scène, l’émouvant baryton Christian Helmer, la délicieuse soprano Pauline Texier et le ténor  Sébastien Lehmann, ce dernier  évoluant et chantant même au cœur de l’orchestre.  Cette apparition virevoltante très théâtrale et opératique est à mettre en relation avec, en première partie, une mise en son et une mise en scène gothique prépratoire au grand oeuvre avec différents précieux petits ensembles donnant entre autres, aux marges de la scène , des  chant du Moyen Âge avec sacqueboutes et percussion,  l’interprétation délicieuse de Douce dame jolie avec chant d’enfants et doux apport de musique ancienne,  ou une limpide et lumineuse Fantasia on Greensleeves, de Ralph Vaughn–Williams, pièce finement ourlée d’une suave et caressante mélancolie. A saluer également des pupitres tour à tour étincelants et profonds épousant à merveille toute âme des partitions.

Sebastien Lehmann, ténor.

Bref, ce samedi, le public de la salle Touchard n’a pu qu’ovationner et se lever pour saluer un travail magistral, l’incroyable et prenante osmose d’énergies et de musicalité de différents ensembles fusionnnant sous la brûlante flamme d’un chef d’orchestre à la généreuse imagination et à la redoutable inspiration.

Jean-Dominique Burtin.

Photos-Marie-Line Bonneau

Meme concert, dimanche 17 juin à 16 heures, Théâtre d’Orléans. Complet.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Cette clôture de la saison restera un moment inoubliable pour moi.
    Cette interprétation de Carmina Burana est éblouissante. Félicitations à tous les interprètes de cette pièce, solistes, musiciens, choeurs sous la direction d’un Marius Stieghorst au sommet de sa forme. Spectacle original dans sa forme et sa mise en scène.
    Vivement la prochaine saison.

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail