Saint-Jean de la Ruelle (Loiret): le Grand U 2018 , la soirée d’ouverture

Le vendredi 15 et samedi 16 juin a eu lieu Le Grand Unisson à Saint-Jean de la Ruelle. Pour la première fois, ce festival populaire était organisé en coopération avec la ville d’Orléans , afin de se développer. Bien ancrés dans le paysage local, le Grand U et ses nombreux concerts attirent chaque année près de 12.000 spectateurs. Retour sur la soirée du vendredi, pour l’ouverture de l’édition 2018.

Le Grand Unisson, c’est un festival joyeux, coloré, populaire et surtout gratuit, qui a lieu chaque année à Saint-Jean de la Ruelle ). C’est aussi de nombreux concerts, avec en général des artistes qui commencent à se faire un nom dans le paysage musical français. Le Grand Unisson avait par exemple misé sur le groupe Her l’an dernier , qui a depuis percé dans le milieu.

Avec ses deux scènes, l’une pour les artistes locaux et l’autre pour les groupes plus connus, le festival avait trouvé un bon moyen d’alterner entre découvertes musicales et têtes d’affiche. Cette édition 2018 était donc un peu particulière, puisqu’il n’y avait pas d’artiste vedette mis en avant. Alors naviguant entre les deux scènes, les spectateurs sont allés de découverte en découverte. Entre bourrées du massif central remixées, rap et pop acidulée, le choix était large !

Rock, pop, électro et rap au menu !

Quatorze concerts en deux jours ; un village festif organisé sur place avec les habituelles buvettes, associations locales et artistes locaux (à noter, l’arrivée d’un stand de friperie, qui a fait sensation)  ; et un spectacle pyrotechnique le samedi soir à minuit : le programme était bien rempli !

Cette 28e édition a aussi tenu à rendre hommage au père du Grand U, Alain Vallarsa, récemment disparu et dont on pouvait voir des photos sur certaines affiches, dans le village, entre deux stands.

Alain Vallarsa Brute de Live

La faute sans doute au mauvais temps, le festival a commencé timidement vendredi à 18h45, sur la petite scène, qui présente les artistes de la scène régionale. The Patient (indie pop – hip-hop) et The Buxom Blade (rock garage) ont lancé les festivités devant un public peu nombreux. Le chanteur Santiago a quant à lui inauguré la grande scène avec son rock psychédélique vers 20h30 dans la bonne humeur.

C’est vers 21h que les spectateurs ont commencé à arriver, ainsi que la bruine. Mais ne soyons pas mauvaise langue, après le groupe rock MNNQNS, le groupe Super Parquet, qui mêle cornemuse, électro et son psychédélique, a fait danser le public avec ses bourrées remixées. La soirée s’est terminé avec de la chanson française sur la scène village puis de la pop avec Black Bones à minuit. Une soirée de découverte musicale agréable mais à laquelle il manquait tout de même un peu d’énergie et de spectateurs.

Valentine Martin

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail