L’auberge de jeunesse d’Orléans sera installée à Yangzhou (Chine)

Après avoir quitté les tribunes du stade de La Source à une quinzaine de kilomètres du centre historique de la ville, l’Auberge de jeunesse d’Orléans, a été « délocalisée », encore plus au sud, dans les locaux de l’ancienne maison de retraite des Ombrages.

Censée accueillir les touristes jeunes, l’Auberge est aujourd’hui à une vingtaine de minutes à pied du premier arrêt de tramway, au milieu de nul part. « Tant qu’à faire, puisque les voyages forment la jeunesse, nous avons décidé d’installer l’Auberge encore plus loin. Les élus municipaux de Yangzhou nous ayant obligeamment proposé les locaux d’une maison de retraite désaffectée, nous avons opté pour cette solution », explique Martine Grivot, chargée du tourisme à la ville d’Orléans. Selon des sources bien informées, il y a quand même eu débat au sein de la municipalité. En effet, certains élus, à droite et atlantistes, auraient proposé de déménager l’Auberge plutôt à la Nouvelle-Orléans. En effet, des touristes venus d’autres pays auraient pu se laisser un peu “berner”: en débarquant dans l’ancienne capitale du jazz ils auraient pu croire qu’ils étaient bien à Orléans…la nouvelle.  Avec son grand festival de jazz retrouvé.

Au final, Yangzhou l’a emporté grâce à deux arguments massue. D’une part, le voyage récent des influenceurs d’Orléans a tellement fait rayonner la ville johannique chez sa jumelle chinoise que n’importe quel habitant lambda de Yangzhou est capable de décrire et de vanter les bords de Loire, la cathédrale Sainte-Croix, le vinaigre Dessaux ou l’ancien hôtel Cabu. D’autre part, en raison de la  présence à Yangzhou de la réplique fidèle de la statue de Jeanne d’Arc qui vient d’y être installée. D’ailleurs, la nouvelle Auberge de Jeunesse d’Orléans est située à deux pas de la statue de la sainte et les jeunes touristes ne seront donc pas dépaysés.  « Il n’y a pas de raison que l’Auberge de jeunesse reste à l’écart de la mondialisation », se sont réjouis à leur tour les élus macronistes orléanais.

Afficher les commentaires