Orléans Argonne : pour « co-construire » le conseil citoyen veut être entendu et reconnu

Dans le cadre de la politique de la ville ce conseil doit faire entendre la voix des habitants dans leur quartier.

Quelques membres du comité citoyen.

Sur le papier les conseils citoyens créées dans chaque quartier prioritaire de la politique de la ville par une loi de 2014 représentent une belle mécanique. Mais dans la réalité ces conseils citoyens composés d’acteurs locaux et d’habitants volontaires ou tirés au sort manquent tout à la fois de reconnaissance, de visibilité… et de moyens. Le conseil citoyen de l’Argonne composé de 27 membres et considéré comme le plus actif de l’agglomération en est un bon exemple : 0 crédit de fonctionnement ! « Nous avons constitué une association de gestion explique Rémi Blondel, animateur de de conseil, pour recueillir des fonds et engager des actions. Mais notre demande de subvention au titre du contrat de ville a été rejeté ». Le comité donc fonctionner de bouts de chandelles, et de bénévolat même si une amélioration pourrait intervenir dans les prochaines semaines.

Deux ans après sa mise en place – il a été installé en février 2016 – le conseil de l’Argonne veut engager une relance en développant ses relations avec la population, avec les acteurs locaux, les associations, collectivités et bailleurs. Dans la pratique le CCA doit être associé « la mise en œuvre et à l’évaluation des contrats de ville et des actions du programme national de rénovation urbaine et sont membres des comités de pilotage de ces programmes ». Mais là encore la pratique est quelque peu différente avec une concertation souvent trop tardive. « Nous voulons participer à la co-construction de la politique de la ville insiste Rémi Blondel mais trop souvent les acteurs publics engagent la concertation quand leurs dossiers sont bien avancés ». Le CCA demande donc que « l’État respecte ses engagements » avec une « intensification de la concertation avec tous les responsables des services publics engagés dans la politique de la ville ».

Parole aux habitants !

L’Argonne qui va bénéficier d’un nouveau plan de rénovation urbaine.

Le CCA dresse d’ailleurs une liste des points à co-construire dans le quartier : le logement (la convention Anru qui devrait être signée à l’automne prévoit la démolition de 346 logements à l’Argonne), la gestion urbaine de proximité, la définition du futur équipement socio-culturel qui doit s’installer près de l’Argonaute, la création d’un pôle de services numériques, la construction d’un bâtiment d’activités économiques. Sur tous ces points le CCA veut apporter sa pierre et sa vision. De même il demande l’ouverture d’une « maison des projets » qui pourrait s’installer dans l’ancien commissariat pour présenter tous les projets de rénovation urbaine du quartier. « Nous sommes prêts à jouer pleinement notre rôle insiste l’animateur du CCA, encore faut-il que nous soyons autorisés à le faire ».

Mais ce conseil citoyen doit aussi faire remonter la voix des habitants. Sur ce sujet le bilan est plus que mitigé : « Nous ne sommes pas assez connus des habitants, pas assez reconnus ». Le conseil veut donc intensifier son rôle pour mieux faire participer les habitants : une enquête avec la faculté de sociologie de Nanterre pourrait ainsi être lancée pour sonder le cœur des habitants. Mais encore faut-il des crédits pour financer cette étude. Le CCA souffre aussi d’un mal reconnu : la présence en parallèle d’un comité de quartier présidée par une élue mais qui traite avant tout les questions de vie quotidienne. Le CCA doit donc renforcer son identité pour que le projet de rénovation urbaine associe pleinement tous les acteurs locaux et d’abord les habitants.

J-J. T.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Preuve que ça bouge à l’Argonne, reprenez aujourd’hui au même endroit la photographie qui illustre l’article et vous verrez la grande transformation de ce secteur.

Les commentaires pour cet article sont clos.