Action Cœur de Ville : signature des conventions-cadre pour Blois et Romorantin-Lanthenay

Le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard était à Blois jeudi 5 juillet pour parapher les convention avec les différents partenaires (villes de Blois et Romorantin, Agglopolys, Département et Région). Il reste aux deux collectivités loir-et-chériennes à bâtir des projets pouvant donner lieu à financements. Plusieurs, dont le contesté Saint-Vincent à Blois, sont déjà dans les tuyaux.


Après une déambulation dans le centre ville de Blois qui a donné l’occasion au maire Marc Gricourt, de présenter plusieurs objectifs d’actions touchant à la reconquête de logements, au développement touristique (hôtel haut de gamme à l’hôtel Dieu) ou à la redynamisation commerciale (aménagement de la ZAC Saint-Vincent), les signataires se sont retrouvés à la préfecture pour les discours et la signature de cette contractualisation qui concerne 222 villes au total en France et 13 dans notre région.

Tandis que les représentants locaux de LREM (Ismérie Giron et Louis Buteau), selon nos informations, se voyaient interdire l’accès à la Préfecture, le Maire de Blois a saisi l’occasion pour tacler le ministre avec des propos très politiques. « Je sais les contraintes de l’Etat. Je sais celles des collectivités locales, mais dans les choix qui furent faits et qui visaient ‘à libérer les énergies’, au-delà de la suppression de l’ISF et des charges sur les entreprises, accompagner les territoires humains par de l’argent neuf aurait pu y contribuer. Il n’est peut-être pas trop tard pour y songer d’ici 2022 … ».

Jacques Mézard lui a répliqué « qu’il ne s’agit pas de recyclage d’argent public mais bien de 5 milliards de crédits issus d’Action Logement, de la Caisse des Dépôts et Consignations, de l’ANAH et de l’État (1). Le rôle des services de l’État ne sera pas d’expliquer aux villes ce qu’elles doivent faire mais de les aider à faire. Je vous fais confiance pour construire des programmes et consommer ces crédits. L’État a besoin des collectivités pour réussir le plan Action cœur de ville » a déclaré Jacques Mézard visiblement soucieux de dissiper le malaise actuel avec les territoires.

On retiendra aussi des allocutions l’annonce faite par François Bonneau président de Centre-Val de Loire de la mise en place « d’un outil dédié » avec une enveloppe de 5 millions d’€ pour accompagner les projets touchant les centres villes. « L’aire du toujours plus grand et plus loin est terminé. Il y a une aspiration nouvelle pour créer des activités commerciales qui font société » a déclaré le président de Région.

J-L.V.

(1) L’appui aux projets de chaque commune repose sur des cofinancements apportés par les partenaires : 1 Md€ de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700 M€ en prêts, 1.5 Md€ d’Action Logement et 1,2 Md€ de l’Anah. D’autres ressources viendront compléter ces enveloppes de crédits.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Au delà des sourires et des paroles de circonstances des uns et des autres, c’est de l’avenir de notre modèle de vie dans les territoires qu’il est question.

    Que souhaitons nous en tant que citoyen ?
    Des villes moyennes où il fait bon vivre, où les commerces et les services du quotidien sont présents, où l’offre de soin est pérenne, où la scolarité de nos enfants est assurée à un niveau décent, où l’offre culturelle est satisfaisante, où la mixité sociale et l’innovation peuvent s’épanouir.

    Ce sont ces objectifs qui doivent être poursuivis en portant des projets cohérents sur du long terme.

    Il ne s’agit pas de financer des projets plus ou moins pharaoniques en profitant des effets d’aubaines, mais de repenser la Cité.

    Pour Blois, il me semble clair que la revitalisation du Centre Ville passe d’abord et avant tout par une mobilité redéfinié et un meilleur accès au centre ville depuis les quartiers Nord d’une part et depuis la périphérie au Sud.

    Des aires de parking en Vienne (Est et Ouest), des navettes depuis les Quartiers, autant de propositions simples qui permettront de densifier la fréquentation et de repenser l’offre.

    Cette offre, elle doit être plus culturelle et aussi destinée aux touristes.

    Pour Romorantin ; l’offre de services doit être liée à une redynamisation de l’économie locale. C’est des difficultés économiques que sont venues les difficultés du centre ville.

    Ne mettons pas la charrue avant les boeufs…….

    Quant aux postures électorales qui repoussent sans cesse les représentants de LaRem localement, ce n’est malheureusement pas une surprise, ni une nouveauté.
    LaRem bouscule et dérange !
    Ses représentants sont – pour la plupart – surtout motivés par un intérêt local et par une volonté de proposer de nouvelles approches. Ce n’est ni habituel, ni facile à gérer pour les équipes en place, d’où qu’elles viennent sur l’échiquier !

    A suivre donc !

  2. bon, en gros, c’est la ville de Blois et l’état qui financeront un centre commercial privé et l’implantation de chaines type H&M, Mac donald’s, pour soit disant dynamiser le centre-ville, alors que selon la CCI, sur 80 centre commerciaux de ce type, seul 2 fonctionnent, et que dans TOUTES les collectivités ayant fait cela, les centres commerciaux ont littéalement aspiré les clients et les commerces, au dépens du reste de la ville, qui s’est encore plus vidé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail