Lee Jeffries: le choc des photos

Pas de doute, l’exposition des photos du photographe anglais Lee Jeffries proposée pour cet été par le Centre Charles Péguy d’Orléans ne manque pas de choquer le visiteur. Une série de gros plans, à “brule pourpoint”, nous présente en grand format des visages dévastés par ce que l’on comprend intuitivement, la misère. Les tirages sont extrêmement fins, beaux même tant par la composition, l’éclairage et le détail de ces vies marquées. Car ces visages portent tous les stigmates d’une vie de misère, jeunes ou plus âgés, les rides, les poils, les veines sont comme les scarifications d’une peau qui forment le parchemin d’une vie en marge. Loin d’un réalisme photographique rassurant, ces portraits grands formats ont une esthétique dérangeante et le malaise grandit lorsque on jette un rapide coup d’œil aux cartels qui nous indique invariablement “Sans titre”: nous sommes face à l’inconnu sans abri…

Lee Jeffries “sans titre”

Cette approche de la photo bien sûr interroge notre regard sur la “beauté” de ces visages si abimés par la vie, peut-on ou doit-on transfigurer (c’est le cas de le dire) le réel pour retrouver l’humain qui surgit de chacun de ces regards ? Car la démarche de Lee Jeffries est très particulière: ces photos sont toujours la transcription d’une rencontre avec les personnes photographiées, ses “modèles” posent devant l’objectif et ses tirages n’ont pas d’autre but que de redonner respect et dignité à ces marginaux en souffrance*. Alors, prenons le temps de nous plonger dans ces regards, de ressentir cette humanité qui s’affirme dans la détresse de ces visages, la photographie a ce pouvoir de susciter notre empathie par cette confrontation à l’image de l’autre.

Et n’oublions pas que la plus grande humiliation du sans abri, c’est notre regard fuyant qui faisant semblant de ne pas le voir, nie sa propre humanité. Après tout, ces photos renvoient à ce que le catholique Péguy aurait sans doute appelé en son temps la charité…

GP

*Le bénéfice de la vente de ces tirages en France est reversé à l’association “L’Un est l’Autre” présidée par la comédienne Isabelle Nanty.
http://www.frenchartstudio.com/

Exposition “Portraits” de Lee Jeffries

Jusqu’au 15 septembre
du mardi au samedi : 14h à 18h – entrée gratuite

Centre Charles Péguy 11, rue du Tabour 45000 Orléans 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Laissons la charité aux catholiques. Je lui préfère la solidarité et la fraternité qui manquent trop souvent à ces êtres en souffrance.
    Merci, Monsieur Poitou.

  2. Superbe !!!
    Je ne pensais pas voir son travail un jour dans la cité johannique…
    Quelle chance d’avoir une exposition comme celle-ci.
    G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail