Transport ferroviaire : le “POCL” enterré, officiellement

Le 11 juillet dernier a eu lieu le conseil d’administration de l’association TGV Grand Centre Auvergne. Le sénateur du Loiret Hugues Saury et le conseiller municipal d’Orléans Charles-Éric Lemaignen (ex-président de l’agglo orléanaise) y ont participé aussi. La ministre des Transports Élisabeth Borne a indiqué que le POCL (ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon) “n’était plus un priorité du gouvernement”. Ce qui ne manque pas d’exciter la colère des élus sus-cités.

Jean-Luc Gary, directeur territorial SNCF Réseau de la Région Centre Val de Loire y a présenté la planification des travaux en vue de la régénération du réseau et en priorité de la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, 1,6 Milliard d’euros d’ici 2025). L’objectif de tous ces travaux étant de retrouver la performance initiale de la ligne qui dysfonctionne depuis 30 ans : il faut environ 20 mn de plus qu’en 1960 pour rallier Paris à Toulouse… (quand tout se passe bien…!).

Concomitamment à cette réunion, et suite à au courrier du sénateur Saury à Élisabeth Borne, ministre des Transports cette dernière a répondu que “la ligne LGV POCL n’était plus dans les priorités du Gouvernement”, indique Hugues Saury dans un communiqué. Elle m’indique même « qu’il est nécessaire de ne pas obérer la capacité à réaliser ce projet quand l’opportunité en sera confirmée ».

Toujours selon le sénateur Saury, la ministre des Transports a rappelé “l’attachement du Gouvernement à ce que soient recherchées toutes les optimisations des réseaux existants afin de redonner rapidement de la régularité et de la capacité à nos services de transports, tout en préservant la faisabilité des grands projets”.

Les élus présent à ce conseil d’administration ont affirmé leur “volonté de continuer le combat et militer pour la LGV POCL”.

Sur son mur Facebook, Charles-Éric Lemaignen pousse un coup de gueule et sort des rails :

“Je suis allé au Conseil d’Administration de l’Association TGV Grand Centre Auvergne, présidée efficacement par mon ami, le sénateur du Cher, Rémy Pointereau. Nous y avons entendu Philippe Duron, qui nous a présenté son rapport pour le Conseil d’Orientation des Infrastructure, sur les mobilités du quotidien, remis en février au gouvernement. Ce rapport zappe notre TGV POCL ( Paris- Orléans- Clermont- Lyon) qui serait remis aux calendes grecques.

Autant, je peux comprendre que dans un temps où il est indispensable de redresser nos finances, on priorise la régénération du réseau, autant il n’est pas acceptable d’injurier l’avenir. Que se passera-t-il en 2030 ou de toute manière avant 2040 lorsque l’axe TGV Paris Lyon sera saturé, alors qu’on sait qu’il faut au moins 10 ans pour réaliser une infrastructure comme le POCL?

Je ne suis pas un maniaque du TGV mais il est indispensable pour Orléans et pour l’aménagement du territoire ( on ne peut abandonner le centre de notre pays!) que nous puissions disposer d’un train rapide et sans rupture de charge sur le fameux Y renversé ( Paris- Orléans puis les 2 branches vers Limoges ( en passant par Chateauroux Déols) et Clermont( en passant par Bourges)). Il est tout aussi essentiel pour notre métropole que Orléans soit relié sans rupture de charge vers les aéroports parisiens et les TGV européens. Que cela soit retardé, cela peut s’entendre, mais nous continuerons à nous battre pour que ces liaisons indispensables pour l’avenir économique de nos territoires puissent se faire le plus rapidement possible !”

 
 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Ils n’ont toujours pas compris que le tgv ne reliait que les métropoles entre elles, aux dépens des villes secondaires, sans parler des villages, où les trains classique sont supprimés.

  2. Monsieur Lemaignen se bat pour le POCL et “oublie” que des sommes astronomiques sont nécessaires pour rénover les trains du quotidiens. 1,6 milliards pour le POLT et des milliards pour des lignes plus confidentielles mais tout aussi importantes. Certaines lignes comme Tours Orléans permettent à des milliers de personnes d’aller travailler chaque jour et de ne pas utiliser leur voiture et donc de préserver l’environnement. Mais monsieur Lemaignen croit sans doute que l’argent nécessaire se trouve “sous le sabot d’un cheval” comme il aime le répéter lorsque nous débattons de la gratuité des transports publics dans la métropole orléanaise…

    • Vous devriez relire le communiqué de M. Lemaignen, il n’y a rien de choquant !
      Le TGV d’après demain se prévoit aujourd’hui, cela n’empêche pas de “restaurer” le réseau actuel !
      Transport gratuit pour augmenter les impôts ? Nous tenons notre petit macroniste local !

      • Je propose le transport gratuit pour les personnes qui paient des impôts et le transport payant pour ceux qui ne payent pas d ‘ impôts . Pourquoi ? Qui , sinon les ” imposés ” paye le plus gros des dépenses sur les transports , via les impôts ? Donc , actuellement ils subissent ” la double peine ” par rapport aux plus de 10 % de resquilleurs qui , pour leur majorité, sont des non – imposables . Voici une ” vérité qui défrise ” n ‘ est – ce pas ?

        • et les routes payantes pour ceux qui les utilisent, et une déduction d’impôt pour ceux qui roulent à bicyclette et n’usent pas les routes et les rues.

  3. C’est bien fait Blois à toujours refusé le TGV
    Orléans n’est qu’une banlieue de Paris on a qu’à prolonger le RER.
    Cette région qui a toujours refusée le progrès étant le trou de la France paye maintenant ses erreurs alors bien fait c’est pas maintenant qu’il faut se réveiller.
    La région dite “centre val de Loire” n’est qu’une région de ploucs qui ne veulent que rien ne change.
    Bien fait pour eux qu’ils ne se plaignent pas maintenant c’est trop tard

    • Commentaire méprisant , niveau ” Parigot ” de service ? Nous , en Région Centre Val de Loire , sommes fiers de notre belle et grande Région !

    • A priori les gdes décisions comme celle ci ,c’est a Paris qu”elles sont prises et non à Orléans ou Tours, ni Bourges.Quant à Mr Lemaignen ,c’était à lui d”e^tre plus efficace quand il était aux affaires…..

    • Quant aux ploucs de la région Centre- Val de Loire, regardez vous dans une glace Mr Joseph anonyme.
      Vendôme a accepté le TGV, que cela lui a-t-il apporté, vu que la gare est dans les champs, au point de vue économique…….

  4. Je n’a pas entendu M. Lemeignan ni M Grand protester contre l’abandon de la ligne Orléans-Chateauneuf pourtant indispensable pour une métropole digne de ce nom.
    Sans le POCL la ville de Clermont est beaucoup plus attractive qu’Orléans, pour les étudiants de la mini région centre.
    Oui, il faut aussi un RER Orléans-Paris avec les mêmes tarifs. M. Lemeignan a-t-il fait des propositions – nenni

  5. La région centre, c’est quoi exactement ?
    Rien, le néant avec à sa petite tête une ville sans CHU, sans TGV ni aéroport et triste comme un long dimanche de novembre.
    Curieusement, la plus grande ville et agglomération de cette pseudo région, à elle un CHU de premier plan, un aéroport, un noeud autoroutier à 5 branches et un … TGV.
    Décidément, Tours, ne joue pas dans la même catégorie…

  6. Il faut revenir aux fondamentaux: Qu’est-ce que le TGV? Ce n’EST PAS un train intercité amélioré!
    Un TGV est un système global Infrastructure-Matériel Roulant. Le TGV n’est pas très pertinent s’il roule sur une voie classique apte à 160km/h. Une rame TGV roulant à 300 km/h ne s’amortit pas sur une ligne à 160 km/h. Il faudrait donc construire ex-nihilo une infrastructure dédiée LGV. Combien cela coûte financièrement? Quel est son coût environnemental (moins de terre agricole, nécessité d’extraction dans les carrières…). Qui prendra ce TGV?? Je ne pense pas que ces élus locaux raisonnent en macro-économie et encore moins en macro-environnement. Non la mise en place d’un TGV ne crée pas la demande de transport (TGV-Haute Picardie-les-betteraves) et non, un TGV n’est pas pertinent sur une ligne classique, et non cette LGV n’est pas pertinente au vu de la demande de transport. LA solution consiste dans le refonte totale de l’offre Intercité avec une vraie logique de service public et non la logique purement comptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail