Luc Rosenzweig, une figure du journalisme, avait débuté aux Nouvelles d’Orléans

Luc Rosenzweig, une des figures de la presse française vient de disparaître à l’âge de 73 ans. On le sait peu, mais il a commencé sa carrière dans le journalisme à Orléans.

luc-rosenzweig.@CRIF

Né en 1943 en Savoie, Luc Rosenzweig est d’abord professeur d’allemand au lycée Jean Zay, il fait alors ses premiers pas dans le journalisme au début des années 1980 en collaborant aux “Nouvelles d’Orléans” et il co-réalise avec Pierre Muller le documentaire vidéo “Une vieille histoire” produit par la Maison de la Culture d’Orléans, retraçant, dix ans après, l’affaire de la rumeur d’Orléans. Aux Nouvelles, un hebdo créées par Etienne Verdier, dont la rédaction est dirigée par François Puyo, il fait partie de cette joyeuse équipe qui n’hésite pas à traiter l’information sur un ton nouveau, en brocardant les élus locaux notamment et en jouant les provocateurs vis à vis de la presse locale, toute puissante à l’époque.

Luc Rosenzweig, à l’époque très à gauche, entre à Libération en 81 puis devient correspondant permanent du journal le Monde en Allemagne à Berlin avant d’en devenir rédacteur en chef.
Soutien inconditionnel d’Israël, il écrit en 2005 une “Lettre à mes amis pro-palestiniens”, pamphlet qui dénonce l’anti-sionisme français, avant de prendre parti contre le journaliste de France2, Charles Enderlin, dans l’affaire al-Durah. Il était aussi devenu collaborateur régulier du site Causeur.fr

En avril 2013, il soutient le journaliste Clément Weill-Raynal qui avait déclenché l’affaire du « mur des cons » du syndicat de la magistrature pris à partie par le Syndicat national des journalistes, attitude du syndicat que Luc Rosenzweig dénonce et qu’il compare à une « chasse aux sorcières »

En novembre 2013, il signe le « Manifeste des 343 salauds » publié par la revue Causeur, qui défend les hommes faisant appel aux services de prostituées.

Une carrière, un brin provocatrice, atypique, comme l’homme qu’il avait été à Orléans dans ses années Nouvelles.

G.P Ch.B

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je preferais son allure au temps de sa jeunesse..barbe cheveux longs et idée longues… Le bon temps des NO mais aussi d Orléans FM éteint avec la mort de “Tonton Verdier” sur une petite route de sologne. Mort que l on peut imaginer peut être peu banale: peut etre était il en train de se faire une pipe, une vraie… en tenant le volant avec les genoux comme il le faisait histoire de ne pas perdre de temps.
    NO+OFM une aventure avec une équipe d un panel varie ou tout était permis ou presque au nom de la liberté journalistique quitte parfois a trop tirer sur l ambulance…
    Qui reprendra le flambeau d un espace aujourd’hui libre et qui doit manquer à d autres comme à moi.
    Ce n est pas de la nostalgie que je veux e primer mais un souvenir de ce qui manque sans doute à toutes les générations orléanaises aujourd hui même si … elles ne savent pas.

    • La “licence poétique” a ses limites… La mort d’Etienne Verdier est, hélas, beaucoup plus prosaïque. Un véhicule circulant sur le chemin des Boistard n’a pas respecté le stop à la hauteur de la route de Marcilly, explosant littéralement la BMW du directeur des “Nouvelles”, qui a aussitôt pris feu.
      Les faits, rien que les faits.

  2. je préfère le Luc Rosenweig des NO première formule,ou Libé et du Monde à que ce qu’il est devenu dans CAuseur.Je suis tout a fait d”accord avec Jean Louis Derenne qui écrivait dans les Nouvelles,il me semble, concernant E.Verdier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail