Le département du Loiret ne paiera plus pour la défense de son ancien directeur général

Depuis 2011, date du début de la procédure contre Thierry-Yves Lidolff, l’ancien DGS (Directeur Général des Services), le département du Loiret, c’est-à-dire le contribuable, avait déboursé 220 000€ pour assurer sa défense. C’est fini.

Thierry-Yves Lidolff au tribunal avec son avocat et à sa gauche Eric Doligé.

Vendredi matin la Commission permanente du Département a mis fin a cette “générosité” dénoncée vigoureusement par des élus et des contribuables. Cette “protection fonctionnelle”, automatique selon les textes pour certains personnels exposés, avait donné lieu à un vote de la commission permanente de l’époque en 2011, pour l’accorder à un DGS comme Thierry-Yves Lidolff, à l’initiative d’Eric Doligé qui n’a jamais lâché son DGS. Celui-ci a été condamné jeudi pour harcèlement moral contre deux de ses directeurs généraux.

Pauline Martin, première vice-présidente qui n’était pas au conseil général à l’époque se félicite de cette décision de vendredi et commente, “le département avait été correct dans l’application de cette protection, d’autant que la loi s’est durcie depuis”. Concrètement cela veut dire que si Thierry-Yves Lidolff interjette appel du jugement prononcé jeudi par le tribunal de grande instance d’Orléans, il devra payer de sa poche les frais d’avocat et de procédure, le conseil départemental ne déboursera plus un centime pour sa défense. L’absence de l’ancien DGS et de son avocat Christian Curtil, lors du prononcé du jugement jeudi au tribunal (un an de prison avec sursis), plaide plutôt pour une acceptation de la condamnation.

Ch.B

Afficher les commentaires