Vuitton va prendre place à Vendôme

Coup de théâtre savamment orchestré lors du conseil municipal extraordinaire de Vendôme jeudi 12 juillet au soir. Les élus ont voté à l’unanimité un protocole d’accord prévoyant la vente de deux bâtiments (Régence et D) du quartier historique Rochambeau au groupe Louis-Vuitton malletier. À la clef, un atelier de maroquinerie et 200 emplois !

On savait que la Fabrique de Maroquinerie Louis Vuitton (groupe LVMH) avait manifesté le souhait d’acquérir dès mai 2018 une partie de ce site classé et emblématique de la cité afin d’y aménager des ateliers artisanaux et des bureaux d’activité dès 2019.

Pascal Brindeau (à g.), maire de Vendôme.

Au total, la maison Vuitton acquiert donc une surface de 2 557 m² occupée actuellement par des associations et services publics dans le bâtiment du XVIIIe siècle dit Régence et 853 m², soit la totalité du bâtiment D (dit du porche). Par ailleurs, dans le cadre d’une deuxième vente, sous condition résolutoire de relocalisation du musée de Vendôme, Louis Vuitton devrait acquérir la partie restante du bâtiment Régence(soit 880 m²) afin de disposer de possibilités d’extension et de développement de son atelier.

La transaction se réalisera moyennant 1,7 million d’€, auquel s’ajoutent 10.000 € pour l’acquisition d’une partie de la marque Vendôme. Le projet sera conduit par le cabinet d’architecte INCA et les travaux devraient démarrer en janvier 2019 et durer un an environ. Le début prévisionnel de l’activité de l’atelier de maroquinerie de luxe est prévu au 1er semestre 2020.

Selon Pascal Brindeau, maire de Vendôme et président de Territoires Vendômois, la restauration et l’aménagement du site devraient représenter au total un coût estimé entre 15 et 20 millions d’€. On doit à la CCI 41, et aux bons offices de son président Yvan Saumet, la concrétisation de ce projet qui va constituer une bouffée d’air pour l’emploi en Vendômois à un moment où des départs seraient prévus au sein de l’équipementier automobile Bosch.

J-L.V.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. J’espère que le bâtiment sera réhabilité en gardant son esprit. Je pense que c’est une bonne chose car il se dégradait et la ville n’a pas les moyens de le réhabiliter. Je compte sur l’ABF pour donner ses conseils éclairés.

Les commentaires pour cet article sont clos.