A Orléans, de nouveaux immeubles en prévision avenue Dauphine

C’est le lundi 9 juillet dernier que s’est tenue à la salle de la Cigogne, quartier Saint-Marceau d’Orléans, une réunion initiée par la ville, et notamment par Muriel Cheradame, adjointe au maire chargée de l’urbanisme et du logement,  afin de présenter aux habitants du quartier le projet de construction qui pourrait débuter en septembre 2019 sur une vaste propriété  de cachet sise au 22 avenue Dauphine non loin du pont Royal. 

Cette opération conduite par la société Nexity suite à la vente des propriétaires des lieux, s’accompagnera de la destruction du batiment existant  mais du respect et de la gestion du parc arboré y attenant. Purement informative et sujette à questions et réponses fut cette réunion qui attira plus de soixante habitants. A noter que le permis de construire n’est pas encore délivré et que le projet demeure également suspendu à l’avis des Batiments de France. 

Muriel Cheradame,  du reste, à l’adresse des participants de  cette rencontre: “Je ne viens pas défendre un projet, il est réglementaire mais non incompressible et peut se modifier s’il était nécessaire”

Lors de cette réunion Alain Salin, architecte pour la société Nexity a tenu, en préambule de son intervention,  à souligner l’importance patrimoniale que représente l’avenue Dauphine pour Orléans,  avec sa cohorte de petits immeubles bourgeois et d’hôtels particuliers. 

C’est à plusieurs reprises qu’il  s’est affirmé soucieux d’être à l’écoute du paysage de cette rue de la fin du XIXe en désirant insérer  avec humilité ce nouveau bati dans le tissu urbain traditionnel via  une  “insertion douce et aimable” avec juste une trame d’architecture contemporaine et le reste comprenant couverture en ardoise, utilisation de la pierre, de la brique, du zinc, et la pose  de balcons.

Vingt-sept logements de standing en trois batiments

Sur cet espace de 2300 m2 avec 1700 m2 d’espace vert, cœur d’ilot conservé sauf suppression d’un magnolia et déplacement de deux palmiers par cerclage,  s’élèveront, sur les quarante-deux mètres donnant sur l’avenue Dauphine, trois constructions  soudées dont la plus haute, centrale,  avec toit à la Mansart , sera de 15m25 au faîtage (quatre étages) ,et les deux autre le jouxtant de part et d’autre , de 13 et 12 mètres de haut (3 étages).

 Au total, cet ensemble comportera  27 logements de standing (9 de 4 pièces, 11 de 3 pièces, 7 de 2 pièces) avec ascenseur , et 75 m2 de bureau en rez de chaussée. Par ailleurs,  un parking semi enterré, sur un sous sol et demi permettrait de proposer 38 places de stationnement.

Après obtention du permis de construire et avis des Batiments de France, l’opération de démolition de l’existant et la construction des habitats Nexity de l’architecte Alain Salin,  pourraient débuter en septembre 2019 pour un chantier qui devrait s’achever vingt mois plus tard.

Jean-Dominique Burtin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Maquette d ‘ une totale banalité ! Il faut appeler un chat un chat , un chien un chien ; un immeuble banal un immeuble banal . Peu m ‘ importe , d ‘ avance , l ‘ avis de l ‘ ABF . J ‘ ai le plaisir , ici , d ‘ être passé avant .

    • Appeler un chat, un chat et un Réguigne, un Régis.
      Et, comme chacun sait, Régis est un…

  2. Bizarre , sur la maquette je ne reconnais pas les beaux et gros platanes ; est – ce une vue de l ‘ esprit ?

Les commentaires pour cet article sont clos.