ADA Blois Basket : la chambre d’appel de la FFB confirme la décision de la Ligue

Quand c’est non, c’est non. C’est, en substance, ce que confirme la chambre d’appel de la Fédération française de basket, qui entérine la décision de la Ligue nationale de Basket de ne pas ouvrir les portes de la Pro A à l’ADA Blois Basket, pourtant championne de France de Pro B.

Le 12 juillet dernier, le président du club blésois, Paul Seignolle, ainsi que le manager général et leur conseil ont plaidé leur cause devant cette chambre d’appel de la Fédération française de Basket, espérant la suspension de la décision de la Ligue nationale de Basket, fin juin dernier, de ne pas accorder la montée en Pro A Jeep-Elite. En cause : l’absence d’agrément du tout nouveau centre de formation, qui ouvrira officiellement ses portes le 30 août prochain. La chambre d’appel a confirmé la décision de la Ligue. Une décision que le champion de Pro B considère “injuste et scandaleuse”.

Mais l’ADA Blois Basket ne l’entend pas de cette oreille : le club blésois a un mois pour faire appel devant le tribunal administratif, et 15 jours “pour faire valoir ses droits” par recours devant le CNOSF (Comité national olympique et sportif français). Dans un communiqué publié ce jour 19 juillet, l’ADA indique que ses “dirigeants rappellent leur extrême détermination à faire valoir les droits de leur Club et à obtenir l’accession en Jeep Elite pour la saison 2018-2019 et que l’éthique sportive soit enfin respectée par les instances du basket français”. Cette obstination face à une décision dont on voit mal comment elle pourrait désormais être infléchie finira-t-elle par payer ? Réponse à la fin de l’été… 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le président de l’ADA et les politiques cherchent à enfumer les médias et leurs supporters.

    Ils savaient pertinemment qu’il fallait qu’un centre soit agréé pour monter, et qu’il fallait compter un an pour avoir l’agrégation (voir le reglement de la Fédération Française de Basket). Or celui de Blois n’est même pas ouvert !

    Le souci n’est pas tant que ce club veuille contourner le règlement, mais que si ce passe-droit est accepté, ce sera forcément aux dépens d’un autre club, qui aura respecté les règles.

    Par ailleurs, le centre de formation est essentiel, il permet de former des jeunes.
    Or, il n’est pas normal qu’un club mette de l’argent dans ses joueurs (achat de bons joueurs), mais pas dans la formation des jeunes. Et comme le centre de formation a un coût, cela signifie que les autres clubs sont contraint de mettre une partie de leur budget dans ce centre, et donc moins dans ses joueurs. C’est donc clairement une situation inéquitable.

    Ils ont merdé. Qu’ils assument !

    • C ‘ est si vrai que , déjà , les Romains disaient : ” Dura lex , sed lex ” = ” Dure est la loi , mais c ‘ est la loi ” .

  2. Ils jouaient à ” Qui perd – gagne ” ? Non et non ; leur accession est ” de plein droit ” sportif !

Les commentaires pour cet article sont clos.