Deux coups de Lens, dont un de Gomis, et Orléans débute mal à maison 0-2

Cruauté du calendrier et du mercato. Yannick Gomis l’ancien butteur orléanais transféré à l’inter-saison à Lens, a marqué son premier but de la saison “à la maison”, à La Source, mais sous le maillot des sangs et ors. Dur! C’était à la suite d’une …grossière double faute de la défense orléanaise, Mutumbo se rate et Gomis opportuniste comme à son habitude, lui ne manque pas l’occasion et crucifie Gallon et son ancien club. pour l’entame de la saison. Meilleur joueur sur le terrain Yannick Gomis, visiblement bien intégré dans sa nouvelle équipe, a eu aussi le bon goût de ne pas célébrer son but contre celui qu’il a appelé en interview ensuite son “club de coeur”, l’US Orléans.

Yannick Gomis de l’USO au RC Lens, le grand bonhomme du match.

Le bon réflexe de…Leca

Par la suite en cette première période, d’un bon niveau, l’USO n’a pas démérité et après deux ratés de l’infortuné… Fortuné assez maladroit côté lensois, un pénalty a été oublié par l’arbitre en faveur de Talal, victime d’une obstruction grossière dans la surface de réparation lensoise. Avec un Ziani à la baguette, toujours aussi clairvoyant, Orléans aurait pu et du égaliser, notamment à la 43 ème lorsque Talal bien lancé cadrait du gauche. Mais Leca, auteur d’un  bon…réflexe, sauvait son équipe. 

Ce match Orléans-Lens a eu les faveurs de Bein Sport qui a même obtenu de faire entrer sa caméra en direct dans le vestiaire orléanais à la pause. Quelques minutes précieuses du speach de  Didier Ollé-Nicolle, convainquant devant ses joueurs, “restez positif…soyez plus technique, vous allez y arriver”. En seconde période Orléans, un peu juste physiquement, a pourtant eu du mal à remettre le pied sur le ballon, sautant son milieu de terrain à force de grands ballons balancés devant, à la manière d’une vielle équipe anglaise..

Galon retarde l’échéance

L’entraîneur de l’USO, Didier Ollé Nicolle.

.A plusieurs reprises, Gauthier Gallon, le portier d’Orléans, notamment sur une tête à bout portant de Bayala, retardait l’échéance. Perrin, à peine entré avait la balle de match au bout du pied ou plutôt du tibia, sur un beau centre de Locoeuche, le latéral gauche, l’un des joueurs les plus en vue de l’USO, mais il frappait la transversale. Bellegarde à la 87 ème, résultat d’un bon coaching de l’entraîneur lensois, s’y reprenait à deux fois, mais la défense orléanaise était dans le vent et il doublait la mise pour les visiteurs, 2 à 0.

Orléans n’a pas à rougir de sa prestation initiale, mais le RC Lens s’est donné les moyens de viser la Ligue 1, notamment avec un certain Gomis, qui a ouvert son compteur. et ne s’en tiendra pas là. A Orléans il y a urgence à le remplacer.

Ch.B

Vendredi, au stade d’Orléans-La Source. Lens bat Orléans 2 à 0, bus de Gomis (19 ème), Bellegarde (88 ème). 5 000 spectateurs; Arbitrage de Jérémie Pignard.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Un stade très très loin d’être plein pour l”affiche” de la saison et 700 lensois ayant effectué le déplacement? On voit tout l’intérêt des orléanais pour le football. Où étaient-ils donc tout ces “charlots” qui braillaient dans la rue après la finale de coupe de monde .Lens 24 000 spectateurs en moyenne la saison dernière pour une équipe très mal classée en L2. ça fait toute la différence avec Orléans.

  2. surtout Lens, comme Nancy, Metz, Strasbourg… villes de foot. Bien plus d(affluences à Strasbourg lorsque le club était en CFA qu’à Orléans en L2. Orléans, une ville où les gens se foutent royalement des équipes locales, colle en région parisienne( Orléans s’ailleurs un peu la région parisienne, sans identité locale). 400 spectateurs aux Montées pour un barrage d’accession en féd 1 de rugby, là où il aurait eu 4000 dans pas mal de villes, du mal à remplir les 3400 places du palais des sports en pro A de basket avec une bonne moitié d’invitations. et 2000 en pro B… etc etc

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail