La route des Jardins du Loiret : Roquelin, l’été anglais

À Meung-sur-Loire, en rive sud de la Loire, Stéphane Chassine a fait sortir d’un vaste champ chargé d’histoire un insoupçonnable jardin à l’anglaise, où les collections de rosiers anciens tutoient des massifs vaporeux de vivaces au long des allées engazonnées. Un écrin esthétique, vivant, entre charme et romantisme. 

Les Jardins de Roquelin se découvrent au fil des nombreuses pergolas. ©EB/MagCentre

Ici, une bassine en zinc où se laissent aller des pétales de rose. Là, des vieux murs de pierre qu’habillent boules et panicules ciselés roses, mauves, blancs… de volumineux hortensias et hydrangeas. Là encore, des enfilades de pergolas sur lesquelles s’agrippent rosiers, clématites, chèvrefeuilles, glycines… dessinent de fraîches et douces perspectives ombragées débouchant sur d’insoupçonnables massifs de vivaces vaporeux ou buissonnants. 

Un écrin créé de toutes pièces

Discret et délicat, au charme champêtre et un brin féminin, Les Jardins de Roquelin se révèlent au gré de ses allées engazonnées, entre ombre et soleil, dans la campagne tranquille, loin de tout tumulte urbain. Labellisé Jardin Remarquable depuis 2011 et Parcs et Jardins de la Région Centre-Val de Loire, ce petit paradis de 2 ha dont 1 ha de jardin à l’anglaise est l’œuvre de Stéphane Chassine, qui l’ouvre au public en 2005 après l’avoir créé de toutes pièces sur un champ de blé. Passionné par les plantes en général mais surtout par les roses anciennes, ce maître-jardinier a façonné Roquelin au feeling pour en faire un jardin esthétique empeint de romantisme.

Un jardin vivant et naturel

Un écrin végétal créé de toutes pièces et ouvert en 2005. ©EB/MagCentre

Réunissant de belles collections, Les Jardins de Roquelin sont labellisés CCVS (Conservatoire des collections végétales spécialisées). Parmi les plus remarquables, celle de rosiers – 550 variétés dont beaucoup d’anciennes – et de vivaces (géraniums, iris, lupins, gauras, sauges, verveines de Buenos Aires…). Sans aucun traitement ni produit chimique, les plantes s’organisent entre elles bénéficiant aux espèces qui se multiplient jusqu’à vivre parfois en symbiose. Ainsi, Roquelin fait le bonheur des oiseaux (mésange, linotte mélodieuse, hoche-queue, chardonneret…) et des insectes qui s’y développent en grand nombre, comme les papillons tel le flambé butinant sur la verveine de Buenos Aires et se reproduisant sur le fenouil bronze. L’été est aussi l’occasion d’apprécier les différentes variétés d’hydrangeas et de rosiers remontants (Pierre de Ronsard, Félicia, Iceberg, Cornelia) ainsi que certaines fructifications qui donnent lieu à de jolis couleurs et formes à observer.

Un lieu chargé d’histoire 

Boutique et pépinière complètent la visite. ©EB/MagCentre

Vivant, avec ses animaux en liberté (oies, paons, poules, poussins, canard…), Les Jardins de Roquelin sont aussi un lieu chargé d’histoire : en effet, ici-même, les chevaux de Louis XI, dont les écuries se gagnaient par un ancien pont sur l’autre rive au Relais éponyme – pâturaient ! De même la petite route qui mène à l’entrée du jardin fût empruntée par Jeanne d’Arc !

Un parfum d’histoire qui se dégage de l’ancien corps de ferme de l’ancien château de Meung-sur-Loire, restauré à l’ancienne et qui vient complèter l’atmosphère de cet écrin. Outres, quelques objets de déco, on y trouve d’excellentes confitures (l’abricot-lavande est un must !) préparées à l’ancienne avec les produits du verger. 

Avant de repartir encore, un passage à la pépinière permet de rapporter chez soi un petit peu de ce paradis… en attendant la nocturne du 11 août où 800 bougies et lucioles dévoileront des ambiances insolites. Une autre féérie…

Estelle Boutheloup

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Dommage de ne pas avoir donné plus de renseignements pratiques : dates et heures d’ouverture, coordonnées téléphoniques et Internet, meilleures périodes de visite, etc.
    Mais grand merci pour cet article qui donne envie de découvrir ou redécouvrir ces superbes jardins.

      • Ouille ouille ouille ! J’ai trop attendu pour relire MagCentre et j’ai raté la nocturne, ce soir, 11 août alors qu’il fait une soirée si agréable.

        Merci pour les coordonnées du site des Jardins de Roquelin où je retournerai à coup sûr.

        N’hésitez pas à nous faire découvrir d’autres lieux comme celui là.

        Cordialement

Les commentaires pour cet article sont clos.