Foot Ligue 2 : La Berrichonne cède sur deux erreurs de défense (1-2 face à Lorient)

Shorts sur la pelouse. Shorts dans les tribunes. Chaleur étouffante et pas le moindre courant d’air berrichon pour un semblant de fraîcheur. La reprise à Gaston-Petit était en mode estival sur et en dehors du terrain, au moins pendant une mi-temps, le temps pour Lorient de prendre la mesure d’une Berri genre pas encore totalement prête.

L’affiche du jour.

Une chose est certaine, avec Jean-Luc Vasseur, le coach castelroussin, l’entraînement doit probablement commencer par du tableau noir et un cours de géométrie. Première figure : la ligne droite. De fait le 4-4-2 façon Jean-Luc c’est l’alignement parfait sur deux rideaux, le plus haut possible, et deux électrons libres devant. Après, si vous voulez, la possession de la balle ce n’est pas de son ressort… Surtout si, quand vous l’avez cette balle, vous vous ingéniez à la redonner à l’adversaire entre passes directes et d’autres trop mollassonnes. Jean-Luc avait prévenu que l’équipe de la Berrichonne n’était pas à 100 % de son potentiel et c’était assez criant sur la pelouse. Par contre, côté défense, le tirage de ligne fonctionnait assez bien.

Pause fraîcheur le moment de donner les nouvelles consignes.

À la pause fraîcheur (25e), nécessaire pour tous les acteurs de la rencontre, le score n’avait pas évolué et le nombre de tir au but était largement inférieur aux doigts d’une seule main. C’était aussi le moment que choisissait l’entraîneur de Châteauroux pour effectuer son premier changement avec le remplacement de Mandanne, blessé, par Sanganté. Preuve que la chaleur était bien présente, dès l’heure du coup d’envoi le supporter Breton que l’ont sait peu frileux avait déjà ôté le haut puisque le bas y était seulement pour moitié, et à la mi-temps de la mi-temps, il n’avait pas remis de tee-shirt.

But gag pour Lorient

Le “contre son camp” n’était pas loin… mais quand ça veut pas, ça veut pas.

La première action qui ressemblait à une phase délicate pour l’une ou l’autre équipe survenait dès ce nouveau départ de match, à partir d’une mauvaise passe en direction de Contreras. Le nouveau portier Berrichon devait dégager, à l’arrache, un ballon chaud, juste devant Delaplace. Contact rugueux et la pause fraîcheur se poursuivait un peu plus longtemps que prévue avec l’intervention des soigneurs des deux camps pendant plusieurs minutes. C’était bien là le seul de coup de froid sur les tribunes durant une première période pas plus passionnante que ça !

Deuxième « presque » tir au but dès la reprise. Une fois de plus un ballon mal jugé et Hamel qui partait en profondeur pour un tir largement au dessus. L’attaquant breton avait beaucoup plus de chance sur un ballon que Condé ne mettait pas dehors, sur la ligne de fond. Contreras se ratait aussi et le ballon entrait doucement, tout doucement, dans la cage de la Berri (51e). Un but Lorientais à l’image du match, estival.

Châteauroux rate le KO, pas les Merlus

Abdoul Boukari a fait quelques misères au Lorientais Vincent Le Goff.

Et pour continuer la bonne soirée de vacances, c’était Petkovic qui ratait son dégagement au poing, Vanbaleghem, en embuscade, tentait sa chance. La balle était repoussée par la défense lorientaise et revenait sur Bourillon, des 20m, qui mettait la balle au fond des filets des Merlus (55e).

Une égalité qui réveillait tout le monde, joueurs, entraîneurs, tribunes et supporters. Par deux fois, 50e par Goba, et 60e, sur un retourné acrobatique de Mgone, la Berrichonne avait la balle du Ko. Pourtant, c’était Lorient qui envoyait le parpaing aux Berrichons par Claude-Maurice interposé. Parti des 40m il trompait Contreras (63e). L’attaquant merlu avait même la balle du 3 à 1 dans les instants suivants mais Contreras sortait une belle parade (68e). Désormais, pour s’emballer, la rencontre s’emballait bien. Les changements chez les bleu et rouge donnaient une version plus offensive de la ligne droite qui en devenait brisée. Malheureusement le bénéfice était inexistant ou presque. À part une chandelle de Opéri (81e), et un tir au dessus, plus au ras de la transversale celui-là, de Livolant (84e) pas grand chose à se mettre sous la plume. Dans les arrêts de jeu, un dernier coup franc, aux 30 m, laissait un léger espoir de nul… Que nenni, patator Boukari obtenait un corner qui ne donnait rien (93e).

Des choses positives tout de même

Pas vraiment de réussite pour Kevin Goba ce lundi.

Au moment de tirer des conclusions à chaud de cette première défaite, Jean-Luc Vasseur était circonspect quant à la première période de son équipe même s’il avouait avoir trouver du positif dans la seconde. « Je ne m’explique pas cet entame de match… cependant la deuxième mi-temps m’a bien plu ! On prend un deuxième but dans un de nos temps fort mais l’équipe n’a rien lâché. Il y a eu des choses positives tout de même. Faut pas se mettre la pression, ce n’est que le début de saison avec un but gag et un but stupide … ».

Il n’a pas dit si, à la prochaine séance de tableau noir, il passait à son premier cours sur le jeu en triangle…

Fabrice Simoes

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.