En juillet, les touristes ont préféré la coupe du monde à la région Centre-Val de Loire…

Les grandes ambitions de la Région Centre-Val de Loire en matière touristiques se feront-elles rattraper par le principe de réalité ? La première tendance générale de fréquentation touristique dans la région est jugée « moyenne » par les professionnels eux-mêmes. Un sur cinq seulement estime cette fréquentation à la hausse par rapport à 2017. Mondial de foot, chaleurs caniculaires, raisons économiques…


Mondial de foot, chaleurs à crever, peut-être aussi portefeuille de la clientèle française en berne… Le mois de juillet n’a pas été bon en matière touristique dans la région. C’est paraît-il une « tendance nationale », selon le service Observation et marketing du CRT (Comité régional du Tourisme) de la région Centre-Val de Loire. Pas sûr que cela soit en mesure de rassurer les professionnels du secteur. Ils sont plutôt déçus de la fréquentation touristique en juillet, même si un tiers la juge quand même « bonne » (34 %). 38 % la juge « moyenne » et 28 % franchement « mauvaise ».

Mondial de foot et canicule

Voguer sur la Loire en toue : en cas de fortes chaleurs, une valeur sûre.

La première quinzaine de juillet est devenue difficile, tous le constatent depuis des années : le recul du début des vacances scolaires (cette année le 7), l’attente des résultats d’examens (parfois jusqu’au 14), sont généralement pointés du doigt. Cette année, comble de « malchance », la coupe du monde de football – et l’excellent résultat de l’équipe de France qui a été jusqu’en finale le 15 ! – n’a paraît-il pas arrangé les choses. Dans la seconde quinzaine, les chaleurs caniculaires ont dissuadé les touristes éventuellement tentés par le Centre-Val de Loire : les plages ou les lieux plus frais (montagne, bord de mer dans l’ouest ou le nord-ouest de la France) lui ont été préféré. Hôtels, chambres d’hôtes et résidences de tourisme s’en tirent mieux que les hébergements de plein air, sauf ceux qui proposent des activités nautiques comme le canoë par exemple.

Par rapport à juillet 2017, la fréquentation est clairement à la baisse en juillet, 57 % des prestataires touristiques interrogés (1) l’estiment « beaucoup moins forte » et « un peu moins forte ». C’est surtout chez la clientèle française que l’on observe le tassement le plus significatif (42 %). Elle n’est que de 37 % pour la clientèle étrangère, en hausse de 30 % dans le même temps. Le trio de tête est composé des Belges, des Néerlandais et des Britanniques. Ces derniers – selon les premiers chiffres qui demanderont un affinage en fin de saison – baissent plus que les autres nationalités : -39%. L’effet Brexit selon certains professionnels. Pour les nationalités extra-européennes, les Russes et pays de l’Est, les Canadiens et Australiens apportent une présence remarquée. A noter dans cette première note tendancielle établit par le CRT : on ne fait nulle part mention de la fameuse clientèle chinoise, le Graal que tout le monde cherche à capter…

Réservations de dernière minute : la tendance se confirme

(c) Ludovic Letot.

Parmi les centres d’intérêt recherchés par les visiteurs de la région Centre-Val de Loire, c’est à 73 % et sans surprise le patrimoine historique (monuments, musées, parcs et jardins) qui est plébiscité. Les balades en vélo ou randonnées les secondent avec 45 % des centres d’intérêts déclarés. La gastronomie, les vins et produits du terroir ferment la marche avec 42 %. Le monument phare de la région reste cependant le zooparc de Beauval qui, avec le premier anniversaire du bébé panda Yuan Meng (né le 4 août 2017), espère bien dépasser le record de 2017 (1,5 millions de visiteurs).

À noter tout même que si la coupe du monde de football pourrait avoir eu un impact plutôt négatif sur le début de saison estivale touristique, d’autres manifestations sportives peuvent être bénéfiques pour le tourisme en région : en Eure-et-Loir, l’étape du tour de France Fougères-Chartres puis le départ de Dreux le lendemain ; les championnats de France au Parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron en Loir-et-Cher par exemple. Les professionnels du tourisme demeurent préoccupés par les éléments de conjoncture économique et les mouvements sociaux qui continuent de peser sur leur activité. Le mois d’août sera-t-il meilleur ? À ce stade des premières tendances, 45% des professionnels jugent l’état des réservations pour août « moyen », mais les « dernières minutes » peuvent encore modifier la situation.

F.Sabourin

(1) L’interrogation pour le mois de juillet s’est déroulée du 26 juillet au 2 août 2018. 715 professionnels ont répondu à cette vague, soit un taux de réponse de 22%. 88 prestataires du Cher ont répondu. 66 d’Eure-et-Loir. 74 de l’Indre. 213 en Indre-et-Loire. 172 en Loir-et-Cher. 102 du Loiret.

La Tonnellerie à Tavers (45) : « un peu compliqué début juillet, mais là c’est reparti »

La Loire à vélo et en canoë du côté de Cuffy.

Hélène Thevard dirige l’hôtel 3 étoiles La Tonnellerie à Tavers, près de Beaugency (Loiret) à la limite du Loir-et-Cher. Selon elle, « Début juillet ça a été en effet un peu compliqué, alors que mai et juin avaient été très bons. D’un seul coup, il n’y avait plus de réservation, on n’avait peu d’étrangers et les vendredis, où nous sommes d’habitude complets, on n’était qu’à 50 % d’occupation. C’est reparti après la fin de la coupe du monde, et maintenant c’est plutôt bien et on a aussi beaucoup de demandes pour septembre », témoigne-t-elle. Ce qu’elle remarque surtout depuis plusieurs années, c’est la récurrence des réservations de dernières minutes. Pas toujours facile pour s’organiser, dans une profession où, s’il faut savoir s’adapter, il faut aussi prévoir : « C’est gérable, on sent que ça vient quand même. On prépare comme si ça venait de toute façon, après, on trouve quelque chose à faire faire au personnel », indique Hélène Thevard. Tout en reconnaissant que « pour l’organisation et les investissements à plus longs termes, on ne sait pas toujours en effet ». La canicule a-t-elle eu un effet repoussoir sur les réservations ? « Aucune annulation, mais parfois des gens nous demandaient si on avait la clim, or on ne l’a pas, du coup ils n’ont pas réservé. Mais nous avons une piscine, c’est un plus très recherché. Les gens deviennent de plus en plus zen pendant ces périodes de fortes chaleurs » ; comme si on s’habituait, bon gré mal gré. « Je crois que ça a surtout été problématique pour les gens qui descendaient la Loire à vélo… » glisse-t-elle.

Et contrairement aux chiffres avancés dans la note des premières tendances du CRT, elle constate plutôt « de plus en plus d’Allemands » et « un retour des Anglais ». Comme si l’effet Brexit était à géométrie variable. Un peu à l’image de la météo britannique, en somme…

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail