Un Renault de gala met fin à la série noire (Orléans bat Béziers aux tirs aux buts 1-1, 6 t.a.b à 5)

Entre la lanterne rouge orléanaise et le promu biterrois au démarrage en Ligue 2 réussi, la confrontation de veille du quinze août prenait une saveur particulière : l’USO allait-elle boire le calice de la coupe jusqu’à la lie ou bien enfin réussir à lancer sa saison ? Alors que le port de Sète propose de s’ouvrir pour accueillir les migrants de l’Aquarius, lequel de ces deux clubs restera en cale sèche au point de supplier, tel Brassens, de se faire enterrer sur la célèbre plage occitane ?

 

Thomas Renault dialogue avec son ancien coéquipier Sidibe juste avant le tir aux buts et un arrêt salvateur pour l’USO.

Sidibé, ce Hérault, de retour à La Source, crucifie Orléans

Le Orléanais ont multiplié les occasions.

Face au club de la ville dont Robert Ménard est le héraut, ce communicant populiste sans frontières au pays du rugby des années 1970 et de la vigne généreuse, Orléans entend bien mettre un terme au goût de vinaigre de son début de saison en enfer, qui ressemble furieusement à celui de son voisin tourangeau l’an passé.

Privé de Cambon, en sus de l’absence de Monfray, la défense centrale orléanaise semble aussi orpheline que l’attaque dépeuplée par le départ de ses deux pépites, Gomis et de N’Goma. Heureusement, le vétéran Bouby est bien présent et recule d’une ligne pour mieux jouer son rôle de capitaine.

Il faut attendre la 5e mn pour voir les Orléanais traduirent leurs bonnes intentions par un tir dangereux bien repoussé par le gardien heraultais. En revanche à la 10e mn c’est Sissoko qui se procure la première occasion, juste avant le superbe but de l’ancien Orléanais Ousmane Sidibé sur un retourné acrobatique planté dans la lucarne droite de Thomas Renault à la 11e mn. Décidément, après Gomis avec le RC Lens et Barreto avec l’AJ Auxerre, La Source réussit bien en ce début de saison à ses anciens locataires.

L’USO est menée 1-0.

Encxore une situation dangereuse devang le but bitterrois.

Le bal du 14 août des occasions manquées

 

À la 24e mn un beau coup franc de Lauriente oblige le goal de Béziers, le Brésilien Novaes, en grande forme, à montrer en deux temps l’étendue de son talent. À nouveau à la 30e Lauriente voit son tir dévié au raz du poteau, puis Lopy à bout portant voit l’égalisation immanquable sauvée par un portier en état de grâce. Enfin à la 44e, un nouveau corner de Bouby est gâché par un tir écrasé de Lopy.

@Perron

À la reprise, l’USO revient avec de meilleures intentions, mais manque de se faire prendre en contre sur un hors-jeu mal négocié à la 48e.

Et quand à la 51e, Perrin s’écroule trop ostentoirement dans la surface et l’arbitre reste sans réaction. Décidément, on commence à se dire que, même sans Souchon ni Adjani, l’été peut être meurtrier, alors que Béziers se dit Le monde est à toi.

D’autant que les bonnes intentions gâchées par maladresse continuent : Avounou écrase à nouveau sa frappe à la 53e et à la 55e Bouby frappe un bon coup franc largement au-dessus, avant que Perrin, très entreprenant, ne rate de peu la conclusion d’un une-Deux.

 

Coaching gagnant. Ziani tel l’homme providentiel

 

Encore un sauvetage du gardien brésilien de Béziers.

Mutombo, défenseur central, est remplacé par El Khoumisti, avant-centre, à la 63e mn : Orleans joue le tout pour le tout, et le nouveau venu, ancien pilier de la réserve parisienne, pèse sur la defense biterroise, mais Bouby ne réussit toujours pas ce soir à cadrer ses coups francs.

Ziani entre enfin, en sauveur suprême, pour remplacer Armand Lauriente à la 72e. Et immédiatement, après avoir éliminé 3 adversaires, il sert un caviar à Jordan Tell qui tire au-dessus de la cage, juste avant un slalom du même Tell gâché par une frappe dévissée.

Le Tallec remplace Perrin, et Ziani régale avec une frappe au raz du poteau.

À la 78e un déboulé de Tell, stoppé à la limite de la surface, donne l’opportunité à Ziani de superbement transformer le penalty : 1-1 !

En dépit d’une belle animation offensive dans les dernières minutes, rien ne modifie la donne avant la séance de tirs au but, excepté un curieux carton rouge dont écope Gauthier Pinaud à la 92e, nouveau coup dur en vue du déplacement à Niort vendredi.

 

Renault au bout du suspens, quelque chose en lui de Croatie

Le premier tir aux buts arrêté par Thomas Renault.

Parmi les tireurs orléanais du soir, seul le buteur Ziani voit son tir superbement détourné par Novaes, alors qu’il avait la balle de match au bout du pied, après les réussites de Bouby, Le Tallec, Tell, El Khoumisti et avant Demoncy et Furtado. Mais Thomas Renault qualifie Orleans en arrêtant deux tirs, dont celui de l’autre buteur Sidibé, passé en 80e mn du but de l’année à l’échec de l’élimination contre ses anciens partenaires. Et au bout de la nuit, le héros Orléanais du jour, recordman des matchs avec l’USO, a quelque chose en lui du portier croate Subasic…En tout cas, il redonne à l’USO envie d’avoir envie, et au public des 2 200 spectateurs de scander : « Thomas, Thomas », et d’y croire en le voyant.

Enfin une victoire, les Orléanais font bloc.

L’USO s’impose dans la douleur 6-5, mais dans une joie qui pourrait bien la sortir du faux-départ en Championnat. Reste à confirmer ce rebond dans les Deux-Sèvres vendredi, avant de recevoir le voisin de Charléty, Paris FC, le 24 août, et d’aller défier Nancy, vainqueur du Red-Star, pour le 2e tour de la Coupe de la Ligue. En définitive, pour la ville de Jeanne d’Arc, passer par la Lorraine avec ses sabots pour se donner un destin national pourrait amorcer une belle épopée.

Paul Jozet

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.