Balades Vertes à Orléans : flânerie côté Parc Pasteur, Vieille Intendance et  Charpenterie

Près des lycées Pothier, Jean Zay et Benjamin Franklin, cet ancien cimetière d’Orléans devenu parc Louis Pasteur en 1929, est sans nul doute l’un des plus beaux espaces verts. D’une superficie de quatre hectares il est accessible par les rues Eugène Vignat, Jules Lemaître, Ferdinand Buisson, Pierre Premier de Serbie. On y aimera, parfois sur fond d’échanges de balles d’un court de tennis, ses longues allées, ses lumineuses perspectives et massifs traditionnels, ses bains de lumière qu’elle propose et ses ombres qu’elle dispense avec intimité.

Au pays des enfants

©Tourisme-Orleans Metropole

Aux beaux jours se fait entendre le sifflet du petit train de Wichita offert en 1951 par la ville jumelle du Kansas et qui fait le bonheur des petits et des grands. Toujours pour les enfants, rappelons que le parc est doté d’un joli bassin au pied de la grotte sculpture en marbre « La Source humaine » de Felix Charpentier où voguent les bateaux miniatures.

Soulignons aussi que le célèbre manège Pernin fêtera les 1er et 2 septembre prochains ses 80 ans et que très longtemps le petit Théâtre du parc Pasteur, animé dès 1980 et jusqu’à novembre 2017 par la compagnie La Tortue Magique, fit du parc l’un des jolis lieux culturels festifs et contemporains de la cité. A noter que ce parc est doté d’un kiosque à musique récemment implanté.

En toute poésie

Place également à la poésie, à  la plus grave avec celles des lignes de Roberts Desnos figurant sur le monument des résistants et déportés du Loiret du sculpteur André Bordes (1970) : « Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres, l‘ombre qui viendra et reviendra dans la vie ensoleillée ». Place aussi aux lignes amoureuses du sculpteur Maxime Real des Sarte, l’auteur du couple intitulé « Le premier toit « récemment classé monument historique (tout comme La Source humaine de Charpentier ):  « Enveloppés du ciel immense Et de l’étreinte qui commence Un sombre amour unit leurs yeux Et les destins germent entre eux Ils s’agenouillent tous les deux Ferment l’arceau mystérieux Elle caresse – elle repousse Comme le chêne sous la mousse ».

Pour les amoureux de sculptures et d’architecture, à voir, entre autres, entre hêtres pleureurs cèdre bleu et autres arbres remarquables, « La Sculpture », marbre de Léon Fagel, « L’Homme au loup », marbre de Georges Jacquot ainsi que la porte de l’ancienne église Saint-Samson des Jésuites de la rue Jeanne d’Arc.

Vieille Intendance et Charpenterie

A découvrir, bien caché, à l’angle des rues Alsace Loraine et des Huguenots, le jardin de la Vieille Intendance, espace de 2700 m2 ouvert au public en 1995 et où poussent marronniers, tilleuls et sycomores. Il donne sur l’Hôtel Brachet à la belle et sonore architecture Renaissance. En regardant bien dans les bosquets, on découvrira, à l’entrée du parc un matou souriant qui n’est autre qu’une œuvre de Monsieur Chat peinte sur un mur du jardin.

A découvrir enfin, sur plombant la place de la Loire, le jardin de la Charpenterie de 5000m2 avec pelouse, treille et jeux d’enfants, jardin où l’on accède par la rue du même nom. A deux pas du centre ancien et en quartier piétonnier, il offre une jolie vue sur la Loire, sur des maisons anciennes, et différents monuments de la ville qui émergent de l’agréable océan des toits.

Jean-Dominique Burtin.

Du parc floral à celui de Charbonnière

Pour clore cette promenade verte, flânerie estivale dans les jardins d’Orléans, citons encore deux espaces de La Source : l’Allée des Sapins, espace de détente et circuit privilégié des sportifs entre la place Anatole France et la route de Concyr; et l’incontournable Parc Floral d’Orléans, fort de ses 35 hectares, avenue du parc floral ;  ce site touristique à entrée payante est dédié à la nature et aux animaux. Il accueille la source du Loiret,  se veut « ludique, botanique, didactique, esthétique » (www.parcfloraldelasource.com).

Deux autres étapes à découvrir en bordure d’Orléans : Le Parc de l’Etuvée, jardin  semi-naturel de trois hectares sur l’avenue des Droits de l’homme ;  le parc du château de Charbonnièr , espace de 150 hectares appartenant à la ville d’Orléans mais implanté à Saint-Jean-de-Braye avec château de la fin du XIXe trônant dans un domaine en lisière de forêt d’Orléans.

Balades vertes à Orléans: flânerie au jardin Hélène Cadou et au square Péguy

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.