L’ADA Blois Basket 41 inaugure son centre de formation

Tous unis derrière l’ADA Blois Basket dans son combat pour faire triompher la justice sportive. Tel était le message des élus entendu le 30 août dernier lors de l’inauguration du centre de formation du club. Opérationnel depuis le 1er août, il devrait normalement être agréé.

Sous la responsabilité technique de Philippe Sudre, le Centre de formation comprend 18 jeunes dont 6 originaires de Blois.

La présence de Jacqueline Gourault, ministre déléguée à l’Intérieur était plus que symbolique en ce jour d’inauguration de la structure, à la source du contentieux entre le club et les instances du basket français (FFB et LNB). On sait que ces dernières lui refusent l’accession en Pro A (Jeep Elite) faute de l’avoir mis en place en temps voulu.

Lors des discours qui ont suivi l’évolution des 18 jeunes stagiaires sur le parquet du Jeu de Paume, Paul Seignolle, président de la société anonyme sportive professionnelle, en se déclarant « fier de mener ce combat pour la justice sportive », a d’abord réglé ses comptes avec la ministre des Sports Laura Flessel.

Union sacrée chez les élus locaux présent lors à l’inauguration.

« Jacqueline Gourault a été une bonne ambassadrice à nos côtés. Elle aurait dû être ministre des Sports. Car la guêpe n’aime pas l’abeille (1) ». Le ton était donné puisque, tour à tour, Marc Gricourt, Nicolas Perruchot et Jacqueline Gourault ont apporté leur soutien au club dans son bras de fer juridique devant se ponctuer le lendemain devant le tribunal administratif.

Le centre de formation est donc bel et bien opérationnel et chacun a pu constater l’excellence de cette structure dotée d’un staff technique de haut niveau avec deux coachs, deux assistants, deux préparateurs physiques et un intendant et d’une logistique performante. Présidé par David Pipereau et piloté par l’expérimenté Philippe Sudre, responsable technique, ce centre vise d’abord à accompagner la réussite scolaire et sportive des jeunes dont le club veut assurer l’insertion sociale.

« ADA, apprendre, donner, avancer sont nos leitmotivs. Nous voulons que les jeunes mènent de front le sportif et le scolaire. Nous voulons les aider à devenir des hommes » a déclaré David Pipereau en invitant les jeunes à s’accrocher durant leurs années de formation intensive. Au nombre de 18, dont 6 issus des quartiers de Blois, ces derniers évolueront en U18 Elite et N3 et devraient pouvoir s’entraîner dans la salle du Jeu de Paume comme l’a révélé P. Seignolle.

Le budget pas encore calé

Côté finances, il faudra 200.000 € pour faire fonctionner ce magnifique outil. P. Seignolle a donc fait appel à ses partenaires pour boucler le projet : « Je vous demande solennellement de nous accompagner ; de ne pas donner raison à ceux qui pense que Blois ne doit pas être une place forte du basket français ».

La ville de Blois a d’ores et déjà mis la main au pot puisque son maire Marc Gricourt a annoncé le déblocage d’une subvention de 50.000 €. Les partenaires privés devraient aussi contribuer au fonctionnement de ce centre, véritable plus-value pour un club qui s’est professionnalisé en un temps record et qui possède incontestablement les bases pour évoluer parmi les 18 clubs de la Jeep Elite.

(1) Affublée de ce surnom lorsqu’elle était escrimeuse, la Ministre des Sports n’a pas pris position sur ce dossier.

J-L. Vezon

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.