Chemin de l’école : la rectrice évoque une rentrée « apaisée »

Les 466.525 élèves, 28.910 enseignants et 3.711 personnels d’assistance éducative, répartis dans 2.571 établissements ont repris lundi 3 septembre le chemin des écoliers. Fini les tensions de la rentrée 2016 (réforme du collège), et de 2017 avec la suppression des contrats aidés. « Une rentrée apaisée », c’est en tout cas le mot de la rectrice d’académie Katia Béguin lors de sa traditionnelle conférence de presse de rentrée. Priorité du ministre de l’Éducation nationale : les fondamentaux lire, écrire et compter. À l’ordre du jour aussi : le début de la réforme du lycée, la revalorisation de la filière professionnelle et l’interdiction du téléphone portable au collège.


Des effectifs en baisse dans le premier degré public et privé, une légère augmentation dans le second degré public et une stabilité dans le privé : 466.525 élèves (470.077 en septembre 2017) ont repris le chemin des établissements scolaires lundi 3 septembre au matin. Ils seront encadrés par 28.310 enseignants dont 1.200 stagiaires, des nouveaux professeurs tout frais lauréats du concours. 2.571 établissements les accueilleront. La rectrice d’académie Katia Béguin a livré les grandes lignes de cette rentrée scolaire, marquée cette année par le retour aux « fondamentaux » : lire, écrire, compter. Une « évidence » voulue par le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. « L’accent est mis sur les inégalités, à la racine. Nous poursuivons le dédoublement des classes en Rep et Rep +, les CP en REP et cette année les CE1 en REP +. 98 classes seront dédoublées en 2018-2019, contre 91 l’année dernière », précise la rectrice d’académie. La formation des professeurs des écoles suit le mouvement : 9h pour le français, 9h pour les mathématiques.

L’autre trait commun à cette rentrée scolaire 2018 : les évaluations de la maîtrise – ou non – du français et des mathématiques en CP (au début de l’année et au milieu), à l’entrée en 6e et de seconde. « Il s’agit de permettre une approche pédagogique propre en fonction des faiblesses des élèves » insiste Katia Béguin. Ces évaluations devraient se dérouler entre le 17 et le 26 septembre.

Pas de portables au collège

Mesure phare dont les médias se sont déjà largement fait écho : l’interdiction du téléphone portable au collège, afin d’éviter les distractions pendant les cours, et dans la cour de récréation. « C’est l’inversion de la loi. Jusqu’ici c’était à chaque règlement intérieur de dire si le portable était interdit ou pas. Désormais c’est interdit, sauf pour les usages spécifiquement autorisés dans les actes pédagogiques. Il y a une légalisation de ces apprentissages ». Une mesure qui ne s’appliquera pas aux enseignants, devant rester joignables en cas d’alerte attentat, mais qui ne pourront pas téléphoner en plein cours naturellement.

Dans les mesures également mise à l’ordre du jour lors de cette rentrée 2018 : l’accent mis sur la politique artistique et culturelle, avec notamment 10 résidences d’artistes dans des établissements de la région Centre-Val de Loire, et des heures de chorale pour les volontaires intéressés. Katia Béguin précise encore que « du latin est remis pour ceux qui le souhaitent, on recrée des classes bilingues et des classes européennes », ce qui prouve bien qu’avec la réforme du collège (entrée en vigueur en 2016) ces enseignements avaient été diminués, ce que la rectrice précédente Marie Reynier s’était évertué à démentir lors d’une conférence de presse il y a… deux ans presque jour pour jour.

Rendre la filière professionnelle “désirable”

Effectifs de la rentrée scolaire 2018 dans l’académie Orléans-Tours.

La réforme du lycée débute cette année avec les classes de secondes. Plus d’informations sur les métiers, un meilleur accompagnement lors de l’orientation – cruciale – avec tous les acteurs de l’orientation possibles : les élèves de secondes choisiront leurs « enseignements de spécialités » (qui remplaceront les séries) dès le 2e semestre. Trois seront à choisir pour la classe de première (4 heures chacun), deux en Terminale (deux fois 6 heures). 14 lycées expérimenteront en outre une « ambition PACES » (Première année commune aux études de santé) afin de lutter contre une tendance lourde chez les candidats futurs médecins : le déterminisme social (1), mais aussi l’autocensure des élèves de milieux ruraux qui s’interdisent de tenter le concours. Une « prépa » de service public va également être mise en place, tous les candidats au concours n’ayant pas les moyens de s’offrir les fameuses prépas privées du mois d’août. « Le doyen de la faculté de médecine de Tours (Patrice Diot, Ndlr) le dit : si on met un mois à comprendre ce qu’il faut faire c’est perdu ».

L’autre grand chantier qui va de pair avec la réforme du lycée : « rendre plus désirable aux élèves la filière professionnelle » selon les propres termes de la rectrice d’académie. Pour la filière hôtellerie-restauration, qui peine vraiment à recruter car peu attractive pour les jeunes, un partenariat entre le campus des métiers et la Toscane a été passé, dans la perspective de la célébration du 500e anniversaire de la Renaissance en 2019. Sont prévus des échanges d’élèves, des bourses Erasmus pro et un kit langue pour favoriser les échanges.

F.Sabourin

(1) Voir à ce sujet à partir du 12 septembre le film Première année de Thomas Lilti avec Vincent Lacoste et William Lebghil, qui raconte l’année de préparation au concours de deux étudiants visant médecine, l’un issu d’une famille où le père est médecin l’autre non).

Et Parcoursup, où en sommes-nous ?

La rectrice l’assure : on s’active pour essayer de trouver une formation la plus proche possible de leurs vœux effectués sur la plateforme Parcoursup. Ils sont 180 encore aujourd’hui (3 septembre) à se trouver en phase complémentaire ou en commission d’accès à l’enseignement supérieur. « Ils sont tous contactés un par un pour leur faire une proposition individuelle », indique Katia Béguin, qui précise que « certaines formations sélectives n’ont pas encore fait le plein ». Le point sera fait fin septembre mais d’ors et déjà « les élèves ont pleinement gardé des vœux en attente, mais on sécurisé leurs inscriptions quitte à s’inscrire à l’université ».

Quid des contrats aidés supprimés l’année dernière ?

Ils étaient 2.100 en 2016-2017. 1.400 en 2017-2018. Ils sont descendus à 800 à la rentrée 2018. Les fameux contrats aidés, dont la suppression a été une des premières mesures du tout jeune Président Macron, avaient fait couler beaucoup d’encre l’année dernière. 11.111 élèves sont accompagnés dans l’académie dont 5.000 font l’objet d’un accompagnement humain. « Avant, il y avait un fort turn over des contrats aidés, pas toujours à temps plein, donc mal rémunérés. L’avantage désormais c’est qu’on assiste à une professionnalisation de ces emplois, les AESH sont moins précaires, on essaie le plus possible d’offrir des temps complets ». Neuf mois d’expérience sont désormais requis au lieu de 24 pour pouvoir postuler, ce qui a davantage ouvert le recrutement. En outre, 1.100 contractuels auront été embauchés au soir de la rentrée scolaire 2018, pour palier les absences inopinées ou prévues d’enseignants. Des matières demeurent en tension : maths, physique-chimie, anglais, mais pour le moment l’horizon semble dégagé. « Il faut rester inquiets », ajoute le secrétaire général de l’académie Michel Daumin, « sans ça on se démobilise et il faut attendre quelques jours pour avoir plus de visibilité ».

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Les évaluations en français et mathématiques ne sont pas un vraiment une nouveauté . Entre 1995 et les années 2000 environ chaque année de collège débutait par les” évaluations de 6ème”, avec le même objectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.